Empreinte environnementale : Pourquoi il devient urgent de « déserter » les grandes villes

Franck Fife / AFP

POLLUTION - Découvrez, chaque jour, une analyse de notre partenaire The Conversation. Ce mercredi, un universitaire dénonce les dangers du processus d’urbanisation globalisée

Vider les villes ? Voilà bien a priori une hérésie. La ville, c’est le progrès et l’émancipation. Tous les grands moments de notre civilisation y sont chevillés, des cités-états aux villes-monde et métropoles d’aujourd’hui. Pourquoi diable vouloir les vider ?

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Simplement parce que tous les mois à travers le monde l’équivalent d’une ville comme New York sort de terre. À moins de croire dans le solutionnisme technologique et le durabilisme des transitions, il est temps de rouvrir une option envisagée dès les années 1970 : la désurbanisation de nos sociétés. Voici peut-être l’unique solution face à la dévastation écologique. Un seul « s » sépare demeure et démesure, celui de notre propre survie.

Aujourd’hui, 58 % de la population mondiale est urbaine, soit près de 4,4 milliards d’habitants (dont presque 40 % résidant aux États-Unis, en Europe et en Chine), contre 751 millions en 1950. Cette proportion est même annoncée à 70 % en 2050 par l’Organisation des Nations unies (ONU).

Avec plus de vingt millions d’habitants, Mumbai a vu sa superficie bâtie presque doubler entre 1991 et 2018, perdant ainsi 40 % de son couvert végétal. Dhaka, dont la population de l’agglomération excède aussi vingt millions d’habitants, a vu disparaître 5(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Montpellier : Découvrez le visage du futur Central Park agricole de la ville
C’est quoi « le PLU en bas de chez vous » voulu par la ville de Paris ?
Lille : La justice va-t-elle annuler le projet du quartier Saint-Sauveur ?