Encore dans l'ombre de Messi et Mbappé, Neymar revient dans la danse

Pour son retour après deux matches d'absence, Neymar a disputé un peu plus de 80 minutes lundi. (A. Réau/L'Équipe)

Face à la Corée du Sud, l'attaquant du PSG a débuté, marqué et rassuré sur l'état de sa cheville (4-1). Il lui reste trois matches pour refaire son retard sur Messi et Mbappé, les deux stars de ce Mondial. Pour l'instant.

Il a dansé la samba. Et sa cheville droite a tenu le pas. Sept minutes après son retour sur les pelouses de cette Coupe du monde, Neymar se trouvait déjà à la fête, lundi soir. En rond avec les neuf autres joueurs de champ, il a célébré l'ouverture du score de Vinicius comme un enfant (7e). Son entorse face à la Serbie, lors de l'entrée du Brésil dans ce tournoi (2-0, le 24 novembre), semble rangée au rayon des mauvais souvenirs.

D'autant plus que sept minutes plus tard, il a ressorti des cartons sa grimace pour les haters. Après avoir pris le ballon en premier, Raphinha le le lui a donné, pour lui laisser tirer le penalty. Neymar l'a embrassé, avant de gentiment l'envoyer le créditer de son premier but au Qatar. Le voilà buteur dans trois Coupes du monde. Comme Pelé et Ronaldo, avant lui. « C'est une grande fierté d'atteindre des records que je n'aurais jamais imaginés », a-t-il déclaré.

lire aussi : Une Corée bien exécutée

Ce 76e but en 123 sélections le place également à un but du mythique record de Pelé avec la Seleçao, selon la FIFA. Du « Roi », il en a d'ailleurs été question, à Doha, lundi soir. Le célèbre cliché de Pelé en 1970 a illuminé l'une des deux Twin Towers Al Jaber. L'autre a montré un copier-coller de cette photo avec... Kylian Mbappé.

En compagnie de l'Argentin Lionel Messi, autre équipier de Neymar au Paris-SG, le Français s'impose comme l'une des deux grandes stars de ce Mondial. Neymar (30 ans) se sait, une fois de plus, éclipsé. La faute à cette satanée entorse de la cheville qu'il n'a cessé de soigner à base de physiothérapie ces onze derniers jours.

Les fans ravis d'un Brésil «spectaculaire»

lire aussi : Les notes de Brésil-Corée du Sud : Richarlison, Paqueta et Vinicius en cadence

Durant son absence, la question de savoir si le Brésil jouerait mieux sans lui a été posée. Neymar y a répondu balle au pied, lundi. Déjà impliqué dans l'action sur l'ouverture du score, il a adressé l'avant-dernière passe de celle, sublime, du quatrième but (36e). Fin du débat, à écouter Richarlison : « C'est toujours mieux d'avoir Neymar avec nous sur le terrain. Il occupe deux ou trois adversaires en permanence et cela nous laisse plus d'espaces pour attaquer. »

Ce à quoi le Brésil ne s'est plus trop employé, à 4-0 et surtout, après le repos. Restant souvent plus haut que son numéro 9, le « Ney » a joué au pas, veillant à éviter les contacts avec Son Jun-ho, notamment (58e, 66e). Quitte à prendre un petit pont de Kim Moon-hwan (68e). Et s'il a quitté la pelouse du stade 974 en grimaçant, ce n'est à cause de sa cheville (81e). Plutôt que de venir s'asseoir à la gauche de Vinicius sur le banc, Neymar aurait aimé rester sur le terrain pour danser de nouveau la samba.

lire aussi : Neymar : « J'ai pleuré toute la nuit »

Le Brésil, facile vainqueur de la Corée du Sud, affrontera la Croatie en quarts