« Un entraîneur doit s'adapter », estime Christophe Galtier à l'issue du mercato du PSG

Christophe Galtier, l'entraîneur du PSG qui a échoué à recruter un défenseur comme il le souhaitait, va composer. Même s'il n'entend pas changer son système de jeu pour le moment.

« C'est la fin du mercato. Pouvez-vous faire un premier bilan, départ/arrivées ?

Au niveau départ il y a eu quelques ventes et beaucoup de joueurs prêtés. On savait que pour acheter, il fallait vendre. À l'heure où on se parle, le mercato est fini, c'est un soulagement pour les entraîneurs, on sait avec qui on va jouer, quel groupe on a à disposition.

Le fait de ne pas avoir recruté de défenseur va-t-il vous obliger à changer de système de manière durable ?
Une des qualités de l'entraîneur est de s'adapter, par rapport aux blessures, aux suspensions. Il est toujours préférable de démarrer sur une organisation sur laquelle on travaille depuis plus de deux mois mais peut-être qu'il faudra s'adapter sur le fait qu'il peut manquer un joueur à tel endroit. À l'heure où on se parle, je n'ai nullement l'envie de changer d'organisation.

lire aussi

Une fin de mercato amère du côté du PSG

Comment allez-vous gérer le peu de défenseurs, même si Danilo Pereira peut dépanner à ce poste ?
Je suis satisfait de la prestation de Danilo (aligné en défense centrale à Toulouse) qui n'est pas un spécialiste du poste. Il va nous rendre d'énormes services.

« J'avais été très direct avec les joueurs concernés (par un éventuel départ), beaucoup de joueurs sont partis, beaucoup en prêt mais ce qui est important est de travailler avec le groupe qu'on voulait. »

Le mercato d'hiver sera-t-il très important pour vous ?
Pour un entraîneur, le mercato d'hiver c'est loin. J'ai totalement confiance en Luis (Campos) qui anticipe beaucoup les choses.

Que bilan faites-vous des ventes ?
Ça ne me concerne pas. On avait, avec le président (Nasser al-Khelaïfi) et Luis, ciblé ce qu'on pensait souhaitable de modifier. J'avais été très direct avec les joueurs concernés, beaucoup de joueurs sont partis, beaucoup en prêt mais ce qui est important est de travailler avec le groupe qu'on voulait. Je n'ai pas à juger ce qui s'est passé au niveau des ventes.

Comment s'est passée la cohabitation entre Antero Henrique, Luis Campos et vous ?
(Il sourit) Depuis que je suis ici, je suis en relation permanente avec le président et Luis Campos. Toutes les stratégies, on les a élaborées ensemble.

lire aussi

Ce que reproche Campos à Henrique à l'issue du mercato du PSG

Avec ce groupe, est-ce suffisant pour aller loin en Ligue des champions ?
J'ai un groupe de qualité, à l'image des deux derniers joueurs qui viennent de nous rejoindre (Fabian Ruiz et Carlos Soler). Un entraîneur doit s'adapter, j'ai un groupe de qualité.

Le fait que Keylor Navas soit resté change-t-il votre gestion des gardiens ?
Dans la hiérarchie, ça ne change pas mon choix. Gigio (Donnarumma) est numéro 1, Keylor (Navas) numéro 2. Quant à la gestion, maintenant que le mercato est fini, je ne m'interdis pas de réfléchir pour savoir si Keylor ne doit pas, comme tout numéro 2, jouer quelquefois pour anticiper une suspension ou une blessure.

lire aussi

Comment le PSG va devoir gérer la cohabitation de ses gardiens après le non-transfert de Navas

Pour parler du match contre Nantes (samedi, 21 heures), allez-vous continuer à faire une rotation avec le match de mardi contre la Juventus en tête ?
J'étais satisfait de notre match à Toulouse (3-0) et de ceux qui n'avaient pas énormément joué depuis le début. Ils étaient dans le rythme, dans ce que je souhaitais voir. Là, on est au troisième match en six jours. Il y aura évidemment des changements par rapport au onze de départ, en vue de mardi mais aussi de la série qui se présente. On va avoir un match difficile dans un environnement qui pousse fort, face à un adversaire européen. »

lire aussi

Toute l'actu du PSG