Entre Toyota et Mini X-raid, la lutte est aussi politique

Basile Davoine
·3 min de lecture

Le clan Toyota se félicite de la limite de vitesse instaurée pour l'édition 2021 du Dakar, estimant que cela devrait empêcher les buggys Mini X-raid de s'échapper sur les étapes rapides. En effet, la réglementation 2021 comporte une modification majeure avec une vitesse maximale fixée à 180 km/h pour les véhicules de la catégorie T1, à laquelle appartiennent les Mini, les Toyota Hilux et les BRX Hunter. Cette limite est également valable pour les véhicules de la catégorie T2, tandis qu'elle est fixée à 130 km/h pour ceux des catégories T3, T4 et T5. Ce changement de règlement a été décidé après avoir analysé les données de l'édition 2020, lors de laquelle avait pointé du doigt un avantage de puissance à ses yeux injuste en faveur des machines du team X-raid.

Pour le patron du team Toyota Gazoo Racing South Africa, il ne fait aucun doute que cette mesure va changer la donne et le rapport de forces entre les prétendants à la victoire finale, et permettra à ses hommes de ne pas se faire décrocher à la régulière par les buggys Mini de . "L'un des gros avantages [qu'avait Mini] l'an dernier était la grosse différence de vitesse de pointe", explique Glyn Hall à Motorsport.com. "La FIA a fait un pas en descendant à 180 km/h. Nous nous attendions à ce qu'ils aillent jusqu'à 170, et même 175 ça aurait été mieux. Mais c'est comme ça. Cela les empêchera de s'échapper sur certaines des étapes les plus rapides, et il faut se souvenir que le fait que Nasser puisse se maintenir devant eux faisait que le risque pris était bien plus important. Quand on attaque, on prend beaucoup de risques et ça peut créer des problèmes."

#301 Toyota Gazoo Racing: Nasser Al-Attiyah, Matthieu Baumel

#301 Toyota Gazoo Racing: Nasser Al-Attiyah, Matthieu Baumel<span class="copyright">Toyota Gazoo Racing South Africa</span>
#301 Toyota Gazoo Racing: Nasser Al-Attiyah, Matthieu BaumelToyota Gazoo Racing South Africa

Toyota Gazoo Racing South Africa

Du côté du team X-raid, on n'a d'autre choix que d'accepter une situation qui a évolué tout en regrettant le lobbying qu'a fait Toyota sur la question de la vitesse de pointe. "Toyota a énormément plaidé pour ça", souligne Sven Quandt, le patron de l'équipe, interrogé par Motorsport.com. "Ils avaient peur que les voitures à deux roues motrices soient plus rapides, mais si l'on analyse la situation, elles le sont sur les portions rapides du parcours mais pas dans les portions lentes. On peut se demander si c'est juste ou non, mais il est certain que ça a été mis en place car Toyota a vraiment tout fait pour. Ce n'était pas notre idée. Nous étions un peu plus rapides avec le buggy, c'est vrai, mais Glyn n'est jamais content, même s'il gagne le Dakar. Il pense toujours que nous sommes trop rapides. Il ne sera jamais satisfait à ce sujet, il se plaint toujours et je lui ai dit lors des réunions, mais nous devons l'accepter."

Se pose enfin la question du troisième larron, BRX Prodrive, qui concentre les incertitudes puisqu'il s'agit de la première participation de l'équipe de . "Il est certain que Prodrive sera très rapide", prévient Sven Quandt. "Côté puissance moteur, ils en ont plus que Toyota et nous. Mais les Toyota ont beaucoup progressé aussi. Comme nous l'avons vu sur la Baja Ha'il [en décembre], ils sont vraiment, vraiment rapides et nous devons être très fiables pour nous battre contre eux."

Propos recueillis par Sergio Lillo