Entre Vingegaard, Pogacar et Thomas, des écarts quasiment inédits sur le Tour de France au XXIe siècle

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Geraint Thomas est en quelque sorte le premier de l'autre monde des favoris derrière les deux plus costauds de ce Tour, Jonas Vingegaard et Tadej Pogacar. (B. Papon/L'Équipe)
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

On a vu deux mondes se dessiner sur ce Tour de France. L'un dominé par les deux cracks Jonas Vingegaard et Tadej Pogacar, et l'autre que le vétéran Geraint Thomas survole. Au point qu'il faut remonter au tout début des années 2000, à l'époque de Lance Armstrong, pour trouver de tels écarts entre le premier et le troisième du général après 19 étapes.

Huit minutes. Il faut remonter à 2002, l'époque où Lance Armstrong dominait le Tour de la tête, des épaules, du train postal et encore d'autres moyens, pour trouver un tel écart entre le premier et le troisième du classement général après 19 étapes du Tour de France. Le débours était alors de 8'17'' exactement pour Raimondas Rumsas, qui venait de céder 53 secondes de plus à l'Américain dans le chrono arrivé à Mâcon.

lire aussi

Le classement général du Tour de France 2022

Huit minutes, c'est ce qui sépare donc Jonas Vingegaard, Maillot Jaune incontesté du Tour 2022, de Geraint Thomas, troisième. C'était déjà le cas vendredi matin au départ de la 18e étape et là, il fallait remonter un an plus loin, en 2001, pour trouver un écart plus important - 9'05 d'avance, encore pour Armstrong, sur l'Espagnol Joseba Beloki, après un contre-la-montre, encore.

Dans les deux cas, il y avait aussi un gouffre entre l'Américain et le deuxième du général. Jan Ullrich accusait un retard de 6'44 sur Armstrong après 19 étapes en 2001 ; Beloki de 7'17 en 2002. Tout cela est naturellement effacé des tablettes depuis la révélation du dopage systématique et organisé du Texan, mais les archives chronométriques demeurent.

Cette année, Tadej Pogacar est moins loin de son rival, mais pointe tout de même à 3'26 au départ de la 20e étape, un contre-la-montre ce samedi, sur 40 km entre Lacapelle-Marival - Rocamadour.

Depuis Armstrong donc, personne n'avait écrasé la concurrence comme l'a fait Vingegaard sur ce Tour, à l'exception de Vincenzo Nibali en 2014, qui avait confirmé sa suprématie au sommet d'Hautacam, comme le Danois cette année, et renvoyé Jean-Christophe Péraud, 2e, à 7'10'' et Thibaut Pinot, 3e, à 7'23''.

Tour à deux vitesses

Le Danois n'a donc laissé aucune place au doute et son adversaire slovène peut y être associé car leur mano a mano a vraisemblablement poussé le leader des Jumbo à écraser la course. Pour preuve, bien que battu, Pogacar est encore très fort cette année : il dispose d'une avance inédite sur le troisième du Tour au XXIe siècle. Jamais l'écart entre les deux premiers poursuivants du Maillot Jaune n'avait dépassé 3'21'' après 19 étapes. Lui a repoussé Geraint Thomas à 4'34''.

Ce chiffre-là est peut-être bien plus représentatif de ce Tour à deux vitesses : un match à deux à l'avant, le reste du monde derrière. Si le leader du général a souvent course gagnée, ou presque, à ce stade de la course - c'est la 13e fois en 22 éditions que l'écart entre 1er et 2e est supérieur à deux minutes après 19 étapes -, ses rivaux sont régulièrement dans la même minute et dans la majorité des cas, séparés par moins de trente secondes. Cette année, on en est loin, très loin.

5

C'est la cinquième fois seulement sur les 22 éditions du Tour disputées au XXIe siècle que l'écart entre le 2e et le 3e du général est supérieur à une minute après 19 étapes, après 2001, 2003 et 2015.
À treize reprises, l'écart a été égal ou inférieur à 30 secondes.

lire aussi

Toute l'actualité du Tour de France

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles