Entretien Charlotte Nizieux (Zoom) : « Nous créons l’avenir du sport »

Thomas
·6 min de lecture
Zoom est à compter de cette saison, un fournisseur de la F1. Selon la responsable marketing France, Charlotte Nizieux, d’autres partenariats de ce type devraient se nouer à l’avenir.
Zoom est à compter de cette saison, un fournisseur de la F1. Selon la responsable marketing France, Charlotte Nizieux, d’autres partenariats de ce type devraient se nouer à l’avenir.

C’est une marque qui ne connait pas la crise. Ou au contraire, lui est-elle profitable. Parce qu’entre repli sur soi et télétravail, les plateformes conversationnelles et de visiophonie s’imposent comme une solution profitable, de maintien du lien social, ou de l’activité professionnelle.

Elles permettent aussi d’aller plus loin dans l’expérience, le partenariat de Zoom avec la FIA (Fédération international du sport automobile) pour la Formule 1, en est l’exemple. Outre de faciliter les échanges en interne, entre ceux qui font la discipline, la logistique permet d’ouvrir des portes jusqu’alors inaccessibles pour le grand public. Des Grand Prix aux autres disciplines, Zoom veut révolutionner le sport et sa consommation. En complément de l’existant.

L’avenir appartient-il au groupe américain ? Charlotte Nizieux, responsable du marketing en France, nous éclaire

Zoom est à compter de cette saison 2021, un partenaire de la F1. Quels sont les spécificités de cet accord ?

Charlotte Nizieux : C’est un partenariat pluriannuel, Zoom devenant la plate-forme officielle de communication de la F1. Nous avions commencé l’expérience en 2020. Fort de ce succès le partenariat a été renouvelé sur plusieurs années.

Qui a démarché qui ?

Charlotte Nizieux : Je n’ai pas les détails, car il s’agit d’un contrat commercial, néanmoins la FIA cherchait des solutions visants à assurer la continuité de l’accès aux courses, pour les amateurs de F1. Et notamment via les paddocks et virtual paddocks pour faire en sorte de créer des packages, qui permettent à des VIP d’avoir accès à des informations exclusives, sur ce qu’ils pourraient voir à la télé.

Le rapprochement a donc débuté en 2020, par des opérations d’hospitalités…

Charlotte Nizieux : Il y a deux aspects, sur ce point. D’abord, la FIA nous utilise désormais pour ses meetings internes. L’autre aspect concerne la partie virtual paddock. Il s’agit pour eux, de créer des packages d’hospitalités virtuelles ou parfois hybrides, pour permettre aux clients qui achètent ces packages de poursuivre leurs opérations de fidélisation, auprès des partenaires.

Quel a été ce premier bilan ? On le devine positif, puisqu’il y a eu une suite entre vous…

Charlotte Nizieux : C’est en effet très positif. Evidemment du côté de la FIFA, car ils ont validé l’aspect technique et valeur ajoutée de nos services. Et de nôtre côté, nous sommes très fiers d’être associés à la Formule 1, parce que nous véhiculons les mêmes valeurs, d’excellence, d’innovation, de haute technologie.

Vous fournissez quoi à la FIFA ?

Charlotte Nizieux : Nous fournissons des technologies Zoom habituelles, mais de manière très développées. On peut parler des événements hybrides, sur place. Ça permet aux personnes invitées sur les paddocks d’accéder à du contenu exclusif, par exemple au coeur des écuries, ou au plus proche d’un pilote qui vient de terminer sa course.

Zoom est-il le futur du sport ?

Charlotte Nizieux : Nous sommes persuadés, et les études le montrent, que l’hybridation ne va pas s’appliquer qu’au travail, mais également au sport. C’est une tendance que l’on voyait déjà avant la pandémie et qui s’est accélérée. On croit à l’hybridation, parce que l’audience et les amateurs sont demandeurs. Ça permet un accès à du contenu que nous n’aurions pas, même en étant sur place.

Ce sont des choses que vous murissez depuis longtemps chez Zoom ?

Charlotte Nizieux : L’ADN de Zoom est d’assurer la continuité des activités. Avant la pandémie, nous avions en 2019, un partenariat avec la NBA et la WNBA, pour leurs meetings interne et le Broadcasting en VIP. Il y a eu à l’époque, 3 700 réunions et webinars, ce qui représentait 3 millions de minutes de flux. Ça, c’était en 2019, avant la pandémie.

Zoom à l’échelle du monde ça représente quoi ?

Charlotte Nizieux : Un chiffre résume la tendance : en quelques semaines au printemps 2020, nous sommes passés de 10 millions d’utilisateurs journaliers, à 300 millions. Evidemment plus de manière aussi exponentielle, mais nous restons sur ces tendances là.

Ce partenariat vous donne-t-il envie de fournir d’autres disciplines ? Et est-ce que ces autres sports viennent à vous ?

Charlotte Nizieux : Toutes les disciplines viennent à nous. Ce partenariat a suscité beaucoup d’intérêt, nous sommes en discussions avec des fédérations, des clubs, ou des organisateurs d’événements. Pour eux c’est l’avantage, de un, d’assurer la continuité du business quand ils ne peuvent plus vendre de places en physique, et de deux, c’est un complément d’opportunité pour eux d’enrichir leur offre d’hospitalités.

Est-ce que le sport est un marché difficile ? Avec des demandes spécifiques ?

Charlotte Nizieux : Il faut s’adapter, mais nous avons vraiment une équipe en France qui grandit et qui bénéficie d’un soutien corporate, sur ce genre d’initiatives. Nous avons été contactés, par le rugby notamment, nous réfléchissons ensemble à ce qu’il est possible de faire. Dans ce genre de projets nous sommes vraiment en partenariat et nous réfléchissons ensemble. Nous créons l’avenir du sport, avec les fédérations ou les clubs qui nous contactent.

Le contexte sanitaire, compliqué pour d’autres, vous est à vous profitable. Zoom est presque rentré dans le vocable commun…

Charlotte Nizieux : Pour moi qui ai une fonction et background marketing, d’avoir le nom de la marque pour laquelle je travaille qui devient un mot commun, c’est très gratifiant. C’est bénéfique dans le sens où, oui, nous avons de plus en plus d’utilisateurs. Nous avons doublé les effectifs en 2020, pour assurer la qualité de service, la simplicité et la sécurité qui sont vraiment nos piliers. Nous pensons que l’hybridation n’est qu’au début. Et en aucun cas, il est question de remplacer le contact physique présentiel. Ça permet de continuer l’activité quand il y a des périodes compliquées et de rationnaliser les déplacements.

En terme de sponsoring peut-on imaginer que Zoom devienne sponsor à part entière, d’une équipe ou d’un événement ?

Charlotte Nizieux : On y réfléchit, régulièrement, car nous sommes très sollicités. Aujourd’hui notre challenge est de passer le message sur le marché que nous sommes une solution pour les entreprises. Ce qui va nous intéresser en terme de marketing, c’est d’aller toucher les grandes entreprises et leurs décideurs. Notre ADN c’est d’aider les entreprises à continuer à assurer la continuité de leur business et leur activité. Y compris les organisations sportives.