Environnement : Faut-il culpabiliser de manger des avocats ?

Ronaldo SCHEMIDT

CONSO - Les Français en engloutissent 2,2 kg par an en moyenne et, à l’échelle mondiale, le boom de l’avocat est sans égal dans l’univers des fruits et légumes

Avec du sel et un peu de citron, en salade ou en guacamole, en soupe ou en cocktail… « Vous, les Européens, vous consommez l’avocat de multiples façons », pointe Zach Bard, président de l’Organisation mondiale de l’avocat (WAO). Depuis une quinzaine d’années, l’avocat cartonne sur le Vieux Continent, surfant sur ses qualités nutritionnelles de « superaliment ».

Plus d’un tiers des importations mondiales en prennent aujourd’hui la direction. « 770.000 tonnes y ont été consommées en 2021, on devrait dépasser les 800.000 en 2022 », précise Eric Imbert, économiste au Cirad, centre de recherche agronomique français. Avec 2,2 kilos engloutis par an et par habitant, les Français n’y sont pas pour rien. C’est moins que les Danois ou les Norvégiens, d’accord. Mais, en volume importé, nous sommes bien en tête.

Une consommation mondiale partie pour doubler ?

Ce boom de l’avocat est « sans égal dans l’univers des fruits et légumes », note Eric Imbert. Et ce n’est probablement qu’un début. « En Asie, on en découvre tout juste ses vertus », assure Zach Bard qui s’attend à ce que la consommation mondiale double dans les dix ans.

La question, c’est à quel prix ? L’avocat a souvent défrayé la chronique pour les impacts environnementaux et sociétaux (...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Agriculture : Semer des légumineuses favoriserait un système agroalimentaire plus durable
Les fromageries américaines ont du pain sur la planche pour faire accepter le lait cru
Régime : Le jeûne intermittent est une stratégie séduisante… mais compliquée à mettre en place
« L’alimentation ultra-transformée a tendance à favoriser l’apparition de maladies chroniques intestinales »
Bien-être animal : Vers un Noël sans foie gras ?