Enzo Couacaud, éliminé par Djokovic au 2e tour de l'Open d'Australie : « C'était incroyable ! »

Enzo Couacaud a pris un set à Novak Djokovic. (L. Elliott/Reuters)

Enzo Couacaud a livré une belle bataille sur la Rod Laver Arena, face à Novak Djokovic (6-2, 6-7, 6-1, 6-0), jeudi au deuxième tour de l'Open d'Australie : « J'étais surpris par le nombre de personnes qui étaient pour moi. »

« C'était votre première fois dans le tableau principal de l'Open d'Australie et vous avez réalisé une belle performance, sur le court central. Que ressentez-vous ?
J'ai pris énormément de plaisir à rentrer sur le terrain. Je suis même allé parler avec mon entraîneur, il m'a donné des consignes tactiques et au bout d'un moment on s'est regardés, on a tous les deux rigolé et on s'est dit "C'est quand même incroyable, on est en train de vivre un truc spécial" donc c'était vraiment beaucoup de plaisir.

lire aussi : Novak Djokovic élimine Enzo Couacaud

Vous êtes-vous vu gagner ?
Non, franchement il y avait encore un énorme chemin à faire. Je pense qu'au deuxième set j'ai réussi à produire un très bon tennis, ça m'a permis de prendre un set. Je pense que j'ai fait beaucoup de bonnes choses, mais je n'ai pas pu le tenir sur la longue distance. J'espère que d'ici les mois et les années à venir, je vais arriver à être un peu plus constant à ce niveau-là. Il a été meilleur que moi tout simplement. Il a produit un meilleur niveau au troisième et au quatrième. Sur la fin du quatrième j'étais un peu diminué mais il a tout simplement été meilleur que moi.

Comment va votre cheville ?
C'est pas génial... Mais bon, c'est le sport, c'est comme ça. Je me suis complètement vu arrêter. En fait, au moment de l'entorse, j'ai entendu craquer. J'ai eu pas mal d'entorses et je savais que c'était grave. Mais j'ai dû prendre une décision, soit j'arrête, soit je prends le risque de continuer et j'en assume les conséquences. J'ai pris la décision de continuer et j'ai fait un deuxième set de grosse qualité et je suis hyper content de ça.

Qu'apprend-on sur un match comme celui-là ?
On apprend l'expérience. Du stade, du public, de l'atmosphère, c'est ce qui m'a permis de jouer le deuxième set comme ça. C'était une atmosphère incroyable et j'étais surpris par le nombre de personnes qui étaient pour moi. Et puis on apprend sur la qualité de ce genre de joueur, parce que c'est vrai que ce n'est pas quelqu'un que je croise tous les jours et que quelque part je ne joue pas trop mal au tennis quand même ! (Sourire) »

lire aussi : Toute l'actu de l'Open d'Australie