Equateur : Un mort lors de violentes manifestations contre la hausse des prix des carburants

Dolores Ochoa/AP/SIPA

REVOLTE - Depuis le 13 juin des milliers d’indigènes sont mobilisés. Le président a décrété l’état d’urgence dans 6 des 24 provinces du pays

La révolte gronde en Equateur. Elle a même tourné au tragique mardi. Au neuvième jour de mobilisation contre la hausse des prix du carburant, des milliers d’indigènes ont manifesté et affronté la police, dont l’un a trouvé la mort.

C’est dans le nord de Quito qu’ont eu lieu des heurts parmi les plus violents avec les forces de l’ordre qui ont fait usage de gaz lacrymogènes, de canon à eau, de véhicules motorisés et de policiers à cheval. Mais c’est dans la localité de Puyo, au sud de la capitale, qu’un indigène quechua a trouvé la mort mardi. « Il y a eu une confrontation et cette personne a été touchée au visage, apparemment par une bombe de gaz lacrymogène », a déclaré l’avocate Lina María Espinosa, de l’Alliance des organisations des droits humains.

L’emploi dans les revendications

La puissante Confédération des nationalités indigènes d’Equateur (Conaie), qui a participé aux révoltes ayant renversé trois présidents entre 1997 et 2005 et mené les violentes manifestations de 2019 (11 morts), organise depuis le 13 juin des marches et barricades pour exiger une baisse des prix du carburant. Des milliers d’indigènes ont entamé lundi une marche pacifique vers le centre de Quito depuis le sud. Plusieurs centaines sont également arrivés par le nord dans la capitale de troi(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Equateur : En six mois, la saison des pluies a déjà fait 57 morts
Equateur : Six morts et 350.000 habitants affectés par des inondations et chutes de cendres d’un volcan
Equateur : Une avalanche sur un volcan enneigé fait trois morts et trois disparus

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles