Equipe de France - Giroud, Matuidi, Payet, leurs places sont en danger

Olivier Giroud, Dimitri Payet et Blaise Matuidi ne peuvent plus se reposer sur leur vécu pour conserver leurs places en sélection.

Le visage de l'équipe de France, par rapport à celle qui avait arraché sa qualification pour le Mondial au Brésil, a bien changé. Des 23 éléments qui avaient participé au barrage contre l'Ukraine, il n'y en a plus que huit dans la liste établie par Didier Deschamps pour les deux prochains matches face au Luxembourg et l'Espagne. Ceux qui ont réussi à rester tricolores ne sont pas nombreux, et ceux qui se sont maintenus comme titulaires en l'espace de trois ans encore moins. Olivier Giroud, Blaise Matuidi et Dimitri Payet font partie de ce groupe réduit d'éléments qui a su garder (ou regagner) la confiance du sélectionneur. Néanmoins, leur crédit n'est pas illimité et leurs places au sein de l'équipe n'ont jamais été autant en danger.

À eux trois, ils comptent 146 sélections. Ils figurent également dans le Top 6 des joueurs les plus capés de l'effectif actuel en compagnie de Hugo Lloris, de Laurent Koscielny et d'Adil Rami. Néanmoins, cette ancienneté n'est pas une garantie de leur présence à Clairefontaine. Ils font partie des convoqués pour les premiers matches de 2017, mais ça n'aurait pas été une énorme surprise de les voir laissés à l'écart. Non pas qu'ils ne sont plus assez bons pour l'Equipe de France, mais simplement parce que le niveau de la concurrence a augmenté. Sous peine de se voir éjecter du wagon et connaitre ainsi le même sort que la plupart de leurs anciens partenaires, Giroud, Payet et Matuidi ont donc tout intérêt à retrouver leur meilleur niveau et montrer à Deschamps qu'ils peuvent encore lui être d'un grand apport.

Giroud, fort dans l'inconfort

Son profil atypique est son principal atout. S'il avait les mêmes caractéristiques que les autres attaquants dont dispose Deschamps, il ne serait certainement plus dans le groupe bleu. Malgré des statistiques qui sont loin d'être ridicules (21 buts en 59 sélections), l'ex-Montpélliérain n'apparait cependant plus comme indispensable aux Tricolores. Et il l'est d'autant moins que son temps de jeu en club a considérablement baissé récemment (1 titularisation lors des 4 derniers matches de Premier League).

Ce n'est pas la première fois que Giroud est au centre des critiques. Et, ce qu'il faut lui reconnaitre c'est que jusqu'ici il a toujours su rebondir après des périodes délicates. Lors du dernier Euro, il avait été l'un des meilleurs français alors qu'il avait attaqué le tournoi avec une grande pression sur ses épaules. Ça serait donc une erreur de l'enterrer totalement, surtout qu'à 30 ans, il a désormais la maturité et l'expérience nécessaires pour bien réagir dans l'adversité. 

Matuidi, le couteau suisse oxydé

Il y a à peine un an, sa place dans le onze de départ de l'Equipe de France ne se discutait pas. Depuis, la donne a quelque peu évolué puisque la question qui se pose désormais : est-ce qu'il fait toujours partie des meilleurs milieux de terrain français ? Le doute est permis. Depuis l'entame de la saison 2016/17, le Parisien affiche un rendement assez moyen, même si ses copies en sélection sont restées plutôt convaincantes lors des matches à enjeux (face à la Suède et aux Pays-Bas). Et quand on connait l'importance du poste qu'il occupe, être bon un match sur deux ne suffit plus.

Face à l'émergence de Rabiot et de Bakayoko, et la confirmation de N'Golo Kanté, sans oublier le statut de Pogba, Matuidi a de quoi s'inquiéter pour sa place. À fortiori s'il ne retrouve pas l'abattage et cette capacité de projection qui fait sa force. L'ancien stéphanois n'est pas ce qu'on appelle un esthète du ballon et s'il ne peut plus mettre en avant ces qualités-là, son utilité apparait comme limitée. Le transfert manqué vers la Juventus en aout dernier a assurément eu des répercussions sur son rendement. Il gagnerait à oublier définitivement cet épisode pour se relancer et redevenir ce milieu "box-to-box" qui offre tant de solutions à Deschamps. 

Payet ne brille plus autant

Son retour à l'OM avait suscité tellement d'enthousiasme et d'excitation qu'on avait presque oublié sa méforme physique et le faible niveau affiché par le Réunionnais depuis le dernier Euro. Le Payet de 2016/17 n'est que l'ombre de celui qui avait brillé à l'occasion du premier tour du tournoi continental. Un manque de continuité qui vient rappeler les reproches que lui formulaient Didier Deschamps lors de sa mise à l'écart de la sélection. Paradoxalement, ce dernier a maintenu sa confiance au joueur ces derniers mois. Mais, il ne pourra pas le faire éternellement et c'est au Marseillais de vite se ressaisir.

Maintenant qu'il a retrouvé son club de cœur, un coach qu'il connait bien et un temps de jeu important, Payet a tous les atouts en main pour recouvrir son meilleur niveau. Il en est capable, mais reste à connaitre l'état d'esprit qu'il affichera lorsqu'il sera confronté à la concurrence. On le sait, l'ancien Lillois n'est pas toujours à l'aise lorsque son statut est remis en question. Et avec tous les joueurs offensifs de qualité qui viennent de débarquer dans le groupe France, il est légitime de se demander s'il saura être costaud pour apporter la réponse sur le terrain. Et uniquement sur le terrain.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages