Equipe de France, Kinglsey Coman tente d’être « plus égoïste »

L’attaquant français du Bayern a indiqué qu’il essaye de faire évoluer sa façon de jouer pour être plus efficace devant les buts adverses.
L’attaquant français du Bayern a indiqué qu’il essaye de faire évoluer sa façon de jouer pour être plus efficace devant les buts adverses.

Buteur seulement à quatre reprises en 21 sélections, Kingley Coman ne se satisfait pas des statistiques qu’il affiche avec l’Equipe de France. L’ailier du Bayern Munich sait qu’il doit progresser devant les buts et c’est ce qu’il essaye de faire en prenant plus d’initiatives. Dans un entretien accordé au Parisien, il a même affirmé qu’il cherchait à être plus égoïste en phase de finition.

France-Moldavie - Les Bleus qualifiés si...

« Je me force à être plus présent et je me crée plus d’occasions. Des fois ça rentre, d’autres fois non, a-t-il déclaré. Ceci dit, je pense que je ne mettrai jamais 30, 40 ou 50 buts. Cet instinct de tueur devant le but, je le travaille, mais ce n’est pas naturel chez moi. J’ai l’amour de la passe décisive. Mais je sais que les buts sont devenus très importants. Donc, je me fais violence. J’essaye d’être plus égoïste ».

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

« Je suis un ailier, mon jeu est d’abord de créer »

Tout en certifiant qu’il voulait gonfler ses chiffres personnels, l’ancien joueur du PSG a tout de même affirmé qu’il n’allait pas « dénaturer son jeu ». « Aller plus loin que 12 buts (son meilleur total sur une saison), c’est mon objectif. Les stats, sont très importantes, je le sais (…) Mais je ne vais pas être tout le temps dans la surface. Je suis un ailier, mon jeu est d’abord de créer. Il faut une homogénéité et des joueurs différents dans l’équipe », a-t-il poursuivi.

Coman est aussi revenu sur la grave blessure à la cheville en 2018 et qui l’a éloigné des terrains pendant plusieurs mois. L’intéressé a avoué avoir eu une appréhension suite à son retour, mais qu’au fil des matches il a repris confiance en ses moyens : « Avec le temps, j’ai compris que les blessures arrivent. J’ai aussi compris pourquoi j’avais rechuté, au-delà du tacle qui a provoqué ma deuxième blessure (…) À un moment, je me suis dit que mon corps n’était peut-être pas assez solide. Aujourd’hui, j’essaye de me renforcer et éviter les tacles trop dangereux (…) Mais il y a beaucoup de joueurs qui se blessent, donc je me suis dit que ce n’était peut-être pas moi le problème »

À lire aussi