Equitation - CM - Equita Lyon : triple couronne pour Martin Fuchs, Levy sixième

·3 min de lecture

Déjà vainqueur des deux précédentes éditions de l'étape lyonnaise de Coupe du monde, le cavalier suisse Martin Fuchs a triplé la mise avec maestria ce dimanche. C'est un beau roman, c'est une belle histoire qui s'est écrite sur la piste d'Equita Lyon, pour Martin Fuchs. Mi-août, le cavalier suisse, tout récent champion d'Europe par équipes en septembre, était dévasté. Son partenaire de toutes les plus belles victoires, le gris Clooney (leur duo a été champion d'Europe en 2019 et vice-champion du monde en 2018) s'était très grièvement blessé dans son pré, et longtemps le cheval est resté dans un état critique. Le beau gris est désormais tiré d'affaire, mais sa carrière s'arrête là. C'était avec lui que le Suisse avait remporté les deux dernières éditions de cette Coupe du Monde à Lyon.


Mais, il a trouvé un nouveau partenaire, cet étalon bai de quatorze ans, ce Chaplin, avec qui il a survolé le Grand Prix de ce dimanche après-midi. Ils étaient quarante au départ, et se retrouveront à onze pur un barrage dont Martin Fuchs sortira en beauté, même s'il se reprochait un peu trop de foulées entre les deux premiers obstacles, avant de régler le problème par des trajectoires serrées, mais maîtrisées, et un cheval à l'aise au-dessus des barres. « Lyon, c'est un des meilleurs concours indoor et y gagner trois fois, c'est incroyable », savourait le vainqueur. « Chaplin m'a tout donné, il est vite, hyper respectueux, il a un grand coeur, et en barrage je sais que je peux prendre des risques, qu'il va tout me donner ». C'est la confirmation de la belle santé du jumping suisse, puisque Steve Guerdat et Bryan Balsinger, eux aussi champions d'Europe par équipes avec Martin Fuchs, se glissent dans le classement (9e et 11e).


On ne peut pas en dire autant du jumping français. « J'attends d'entendre la Marseillaise à Lyon », nous avait dit la DTN Sophie Dubourg. On ne l'aura pas beaucoup entendue, en tout cas pas au niveau ultime. Il y a bien eu une victoire de Simon Delestre et de Julien Gonin dans des épreuves à 1,50 m, mais au-dessus, ç'a été une vraie débandade. Ils étaient pourtant dix cavaliers français au départ, et un seul au barrage, Edward Levy et sa Rebeca LS, pour relever un peu le niveau (6e). Il a bien joué le jeu, pris des risques, mais son virage serré en sortie de double lui valait une faute sur le vertical suivant. Pour le reste ? Un joli tour de Roger-Yves Bost et de son puissant gris Cassius Clay VDV Z, mais une faute en sortie de triple, un bon tour aussi de Kevin Staut, mais avec une barre sur l'entrée du double, à chaque fois une petite faute qui tue. Et pas grand-chose d'autre. Après la terrible désillusion des JO, puis des championnats d'Europe, et aucune victoire française en GP 5* ici à Lyon, il serait temps de ne plus se voiler la face, de se poser les bonnes questions, côté FFE, pour ne pas laisser partir à vau-l'eau, à moins de 1000 jours des JO de Paris, un sport dont les acteurs (instances, cavaliers, propriétaires) semblent évoluer sans ligne directrice commune, en ordre très dispersé. Résultats 1. Martin Fuchs (SUI), Chaplin, 0 pt, 34''50 ; 2. E. Pereira de Menezes (BRE), H5 Chaganus, 0 pt, 35''14 ; 3. Max Kühner (AUT), Elektik Blue P, 0 pt, 35''87 ; 4. Holly Smith (GB), Denver, 4 pts, 35''52 ; 5. Daniel Deusser (ALL), Killer Queen VDM, 4 pts, 35''63 ; 6. Edward Levy, Rebeca LS, 4 pts, 36''36 ; 7. Kevin Jochems (PB), Turbo Z, 4 pts, 36''67 ; 8. JM Larocca (ARG), Finn Lente, 8 pts, 35''15 ; 9. Steve Guerdat (SUI), Victorio des Frotards, 8 pts, 35''55 ; ... 11. Bryan Balsiger (SUI), AK's Courage, 12 pts, 37''31.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles