Equitation - Euro - Les Bleus visent une revanche aux Championnats d'Europe de Riesenbeck

·3 min de lecture

Décevants aux Jeux Olympiques de Tokyo, l'équipe de France de saut d'obstacles va tenter d'effacer ce souvenir à l'occasion de l'Euro, qui commence ce mercredi à Riesenbeck (Allemagne). Le sélectionneur national Thierry Pomel a retardé jusqu'au dernier moment l'annonce de ses quatre cavaliers titulaires, faisant finalement le choix de l'expérience. Ainsi, Pénélope Leprévost et Excalibur de la Tour Vidal*GFE partiront en numéro un, puis Mathieu Billot et Quel Filou 13 ; Olivier Robert et Vivaldi des Meneaux, et enfin Kevin Staut et Visconti du Telman. Leprévost et Billot faisaient partie de l'équipe alignée à Tokyo. Pour rappel, contrairement au règlement des Jeux olympiques, le classement par équipes tiendra compte des trois meilleurs scores sur les quatre de l'équipe. Cottard sélectionné mais pas titularisé Annoncés dans la sélection tricolore en début de semaine dernière, Grégory Cottard et Bibici n'ont curieusement pas été titularisés. Ils avaient la possibilité de prendre part aux épreuves trois étoiles organisées parallèlement à ce championnat d'Europe. Mais le cavalier a préféré économiser sa jument qui pourrait participer à la finale barcelonaise de la coupe des Nations. Elle devrait rentrer en France dès mercredi, Cottard restant en Allemagne pour soutenir ses coéquipiers. Arrivés à Tokyo pour défendre leur titre olympique 2016 et repartis avec une décevante huitième place, les Bleus vont donc tenter d'effacer le triste souvenir japonais. Champions olympiques potentiels après le passage de Simon Delestre et Mathieu Billot, ils avaient été contraints d'oublier leurs espoirs dorés après le passage désastreux de Pénélope Leprévost. La Belgique sans Guéry Les Bleus vont devoir rivaliser avec quatorze autres nations engagées dans ce championnat d'Europe organisé à Riesenbeck (Allemagne), fief du « Kaiser » Ludger Beerbaum. La Belgique remettra donc en jeu son titre obtenu en 2019 à Rotterdam (Pays-Bas), la France ayant alors terminé à la quatrième place obtenant in extremis son billet pour Tokyo. A noter, toutefois, que Jérôme Guéry, l'un des piliers de l'équipe belge, n'est pas engagé à Riesenbeck. Le cavalier et le propriétaire de Grupo Prom Milton n'ont, en effet, pas souhaité faire participer leur étalon gris de dix ans à un championnat d'une telle ampleur. Pour défendre ses couleurs la Belgique s'appuiera donc sur Pieter Devos, Nicolas et Olivier Philippaerts, et Jos Verlooy. Les Suédois rebattent les cartes Quant à la Suède, titrée début août aux Jeux olympiques pour la première fois depuis 1924 en saut d'obstacles, elle a fait le choix du renouvellement. Exit, en effet, les héros de Tokyo Malin Baryard-Johnsson et Henrik Von Eckermann, médaillés d'or au Japon en compagnie de Peder Fredricson. À Riesenbeck, la Suède sera bien conduite par le multi-médaillé Peder Fredricson. Mais le champion d'Europe 2017 n'aura pas sous sa selle H & M All In avec qui il a été sacré champion olympique. C'est son hongre gris Catch Me Not S, compagnon l'ayant accompagné pour le bronze en finale de la coupe du monde 2019, qui sera en piste avec lui en Allemagne. Par ailleurs, réserviste au Japon, Rolf-Göran Bengtsson, longtemps pilier de la formation suédoise, est titulaire cette fois. Quant à Angelica Augustsson Zanotelli, elle portera également les couleurs suédoises, huit ans après sa dernière participation à un Euro. La formation sera complétée par Douglas Lindelöw.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles