Equitation - Route Eiffel - Route Eiffel : Les chevaux sont entrés dans Paris

·4 min de lecture

Notre reporter a traversé Paris à cheval lors de la route Eiffel, organisée dans le cadre du Paris Eiffel Jumping qui se tenait ce week-end. Quatre-vingts chevaux dans la capitale, c'est une autre vision du sport équestre.

Sur la piste qui déroule son velours au pied de la Tour Eiffel, les meilleurs chevaux et cavaliers du monde sont venus s'affronter. À deux pas de ces stars de l'obstacle qui valent des fortunes, d'autres écuries abritent d'autres chevaux, d'autres cavaliers. Des randonneurs, des chevaux venus de la France entière, qui vont traverser Paris, dans une boucle de seize kilomètres, pour aller à la rencontre des lieux historiques de la capitale.

C'est le pari audacieux de Virginie Coupérie-Eiffel, organisatrice du Eiffel Jumping que de faire vivre cette randonnée pas comme les autres, pour emmener les chevaux à la rencontre des gens.

lire aussi
Toute l'actu de l'équitation

Virginie Coupérie-Eiffel est portée par la conviction que le cheval, dans tout son magnétisme, est un extraordinaire facteur de cohésion et de lien social. « Il n'y a pas que le cheval qui fait du sport, le cheval réservé à une élite. Il y a des chevaux, d'autres chevaux, d'autres cavaliers, venus d'autres horizons. Et tous ces gens attirés par les chevaux, mais qui n'ont pas l'opportunité d'en voir, d'en approcher », dit-elle. Alors, après des mois de démarches, de préparation, de demandes d'autorisations, elle a donc fait entrer les chevaux dans Paris, pour la deuxième fois après l'édition de 2019.

Nous avons donc traversé Paris à cheval ! Le claquement des sabots de quatre-vingts chevaux a résonné pendant des heures sur le pavé parisien, ressuscitant des sensations d'un monde d'avant, au plus grand bonheur d'une foule fascinée, curieuse, enthousiaste, rêveuse, émue parfois - « c'est vrai que c'est si beau un cheval »- qui redécouvrait une certaine conscience confuse de ce que le cheval véhicule avec lui.

« C'est mythique », nous a dit aussi ce gérant d'une salle de fitness, scotché sur le trottoir, rue St-Honoré. « Fantastique, je n'ai jamais vu ça de ma vie », lâche cette jeune femme hypnotisée avec ses deux enfants.

Mythique, ça l'était pour nous aussi. Cinq heures de cheval non-stop, pour 16km. Un départ du pied de la Tour Eiffel, puis les lieux magiques de Paris : débarquer à cheval place de la Concorde, puis l'Opéra Garnier, le Louvre, le Jardin des Plantes, le Luxembourg, le Panthéon, St-Sulpice...

Ma partenaire du jour, Iasi, est une jeunette de trois ans, jolie fille de la race Henson, dont le berceau est en baie de Somme. Elle découvre sa première randonnée en milieu urbain, hostile parfois.

Attention, ça peut glisser !
Car les chevaux, comme les coureurs cyclistes, peuvent facilement déraper et glisser sur les bandes blanches des passages piétions, les plaques d'égouts, les ralentisseurs... Attention aussi aux rétroviseurs des voitures en stationnement qu'un étrier négligent peut vite accrocher, aux coups de pied aussi qui peuvent partir vite dans un groupe si important. Il faut veiller à tout.

Mais la troupe est toujours accompagnée par la bienveillance et les encouragements du public, tous portables dehors. Des rues entières où les gens sont aux fenêtres, aux balcons, applaudissent, encouragent, des regards émerveillés, des commerçants qui désertent leurs commerces, pour voir passer cette incroyable cavalerie, les joggeurs courent et ils filment, comme les serveurs des terrasses, et jusqu'aux automobilistes, pourtant obligés de patienter qui sortent de leurs voitures, avec le sourire, pour filmer ce Paris au temps des chevaux.

lire aussi
Ben Maher s'impose à Paris


On aura même remonté une rue au galop, sur le macadam parisien, parce qu'un cavalier qui avait du mal à gérer son étalon avait provoqué une cassure dans le groupe. Et que les chevaux, comme la nature, ayant horreur du vide, avaient détalé pour rattraper ceux de devant...

Et enfin, il y a le retour vers la tour Eiffel, pour faire un tour de présentation, pénétrer sur la piste du Jumping Eiffel, avec l'accueil chaleureux du speaker et du public venu pour voir les meilleurs cavaliers mondiaux. Mais aussi ces chevaux inconnus, qui sont autant de races qui disent la richesse de l'élevage français : chevaux de Henson, de Camargue, Poney Landais, Merens, Pottoks, Selle Français...

La route touche à sa fin, et il faut encore se frayer un chemin dans la foule curieuse et animée qui se presse autour des écuries. Ce dimanche, les chevaux sont entrés dans Paris et c'était magique.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles