Equitation - Dans les Yvelines, un nouveau protocole pour lutter contre la mutilation des chevaux

L'Equipe.fr
·1 min de lecture

Quatre mois après la signature d'une convention nationale liant gendarmerie et acteurs du secteur équestre, un nouveau protocole vise à renforcer la sécurité des équidés dans le département des Yvelines. Mercredi matin, à Saint-Nom-la-Bretèche, sous l'autorité de Jean-Jacques Brot, le préfet des Yvelines, a été signé le protocole « Vigilance Équidés », un système qui vise à protéger les chevaux, cibles depuis plusieurs mois d'agressions et de mutilations violentes. Le but est de créer une connexion permanente entre le monde du cheval, très dense dans le département des Yvelines, et la gendarmerie, afin de multiplier les échanges, de gagner du temps, et de lutter contre ce fléau et ce phénomène étrange qui touche tout le territoire national. De nombreux référents dans les clubs hippiques ou propriétaires d'animaux sont donc chargés de faire remonter au plus vite un certain nombre d'informations. Afin de « renforcer ses efforts dans la prévention des attaques », la gendarmerie nationale avait déjà signé, en septembre dernier, une convention avec plusieurs acteurs du secteur. lire aussi Morts, sévices et mutilations sur les chevaux : les cavaliers prêts à lutter Il y a quelques jours, un cadavre de cheval a par exemple été retrouvé dans la Creuse. L'animal qui était âgé de 22 ans avait une oreille coupée, un oeil crevé et une blessure sur les parties génitales. 500 cas auraient été répertoriés par une cellule spéciale de la gendarmerie. Mais pour l'instant, sur la totalité des signalements, 84 auraient été causés par l'homme, le reste pouvant être imputable aux animaux sauvages.