Escalade - CM - Pour Oriane Bertone, son podium est « imprévu, inespéré »

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

à seulement 16 ans, Oriane Bertone a signé une entrée fracassante chez les seniors, en décrochant samedi la deuxième place de la Coupe du monde de bloc à Meiringen. La double championne du monde minimes revient sur sa première compétition chez les seniors et ce podium « inespéré ». « Deuxième à Meiringen pour votre première Coupe du monde. Vous vous êtes surprise vous-même ?
Je ne suis pas vraiment surprise de mon niveau car j'ai globalement une idée de ce que je peux faire, mais je ne pensais pas être capable, dès ma première Coupe du monde, de mettre en place ce que j'ai travaillé récemment à l'entraînement. C'est une très bonne surprise. Je commence tout juste à réaliser ce qu'il s'est passé ce week-end. Je suis très contente ! Et aussi un peu étonnée, car c'était imprévu, inespéré. Je ne m'y attendais pas. lire aussi Oriane Bertone, la grimpeuse pressée Comment vous l'abordiez cette première Coupe du monde à 16 ans ?
J'avais très envie de la faire, j'étais très agitée, mais j'y suis allée pour me faire plaisir. Je suis encore cadette 1 (elle a gagné sa place grâce à sa victoire lors des sélectifs des équipes de France, organisés par la FFME). Etre là, c'était déjà du bonus, donc je n'étais pas trop stressée au début. Un peu car je voyais tous les cadors que je regardais il y a peu à la télé. Ils sont là, ils grimpent devant toi. Et je me disais « wow, je suis là, avec eux ». Et le stress s'est évaporé petit à petit. Puis, c'est revenu lors de la finale, car je ne m'y attendais vraiment pas. J'ai réussi quand même à me faire plaisir, à me laisser grimper sans pression et ça s'est bien passé. « Je vais juste aller à la prochaine Coupe du monde avec un peu plus de confiance en moi. »

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Vous êtes deuxième derrière la star actuelle de la grimpe, la Slovène Janja Garnbret (triple championne du monde en titre). Ça fait quelque chose ?
C'est sûr que c'est très inespéré. Je ne m'attendais même pas à passer en finale... En plus, il y avait d'autres grimpeuses très fortes, comme la Japonaise Akiyo Noguchi (4e), Kyra Condie qui va aux JO, toutes les Slovènes comme Mia Krampl... En fait, toutes celles qui sont en finale d'habitude et qui font des podiums. Et je me retrouve juste derrière la plus forte. C'est sûr qu'elle (Janja Garnbret) a encore une très grande longueur d'avance (elle est la seule à avoir réussi tous les blocs de la compétition, des qualifications à la finale). Elle m'a impressionné, elle a une capacité de réorganisation et un mental... C'est incroyable. lire aussi Mickaël Mawem : « Je fixe tout mon entraînement pour les Jeux Olympiques » Est-ce ce podium va changer vos ambitions pour le reste de la saison ?
Pas spécialement. Je ne m'attendais pas à faire un podium, du coup, je vais aller un peu différemment à la Coupe du monde, mais mes objectifs sont les mêmes : je veux continuer à bien m'entraîner. Je vais juste aller à la prochaine Coupe du monde avec un peu plus de confiance en moi. Vous avez notamment réussi un bloc à l'ultime seconde...
Le tout premier run était bon, je suis tombée tout en haut. Après, j'ai mis beaucoup de runs parasites. J'ai beaucoup zippé, j'étais moins bien placée. Et à 55 secondes, je me suis lancée, et je me suis retrouvée à patauger vers le haut, ne sachant pas trop où placer mes pieds. Je ne savais pas combien de temps il me restait. Heureusement qu'il y avait toute la team qui criait derrière, pour que je me bouge un peu, et j'ai engagé. Et ça a marché. » lire aussi Adam Ondra remporte la première étape de bloc de Meiringen