Escrime - Business - Le champion olympique de Tokyo Romain Cannone signe chez EDF

·2 min de lecture

Romain Cannone, champion olympique d'épée à Tokyo, intègre le team d'athlètes EDF tout en devenant contrôleur de gestion du groupe, sponsor premium de Paris 2024.

« Je suis heureux de repartir en compétition et me sens en pleine confiance », se réjouit Romain Cannone. Depuis Deauville (Calvados) où il est en stage, le champion olympique d'épée à Tokyo prépare le Grand Prix du Qatar qui se tient à Doha du 28 au 30 janvier. Avec l'envie de retrouver les sensations qui lui ont permis de décrocher, à la surprise générale, la première médaille d'or française des derniers Jeux d'été. « Les Jeux, c'est le Graal, mais j'ai plein d'autres titres à aller chercher », poursuit l'épéiste (24 ans) qui rêve de monter sur la plus haute marche des podiums des championnats d'Europe ou du monde.

En attendant, il est très heureux d'avoir décroché un premier boulot chez EDF, partenaire premium de Paris 2024. Depuis une semaine, Romain Cannone est en effet contrôleur de gestion de la division Thermique, expertise et appui industriel de l'énergéticien. La suite logique d'un parcours scolaire qui l'a conduit à un master d'audit et de contrôle de gestion à la Skema Business School. Approché par le cabinet Ernst & Young, qui lui offrait un poste en audit, Romain Cannone a préféré le contrôle de gestion et le CIP (contrat d'insertion professionnelle) proposé par EDF.

« Cela me permet de relier sport et travail avec un contrat à mi-temps, deux jours en entreprise et le reste en télétravail », explique l'épéiste. Il a aussi été séduit par la team d'athlètes d'EDF qu'il rejoint dans la foulée et qui se compose notamment de la double championne olympique de judo Clarisse Agbégnénou, du champion paralympique de saut en hauteur Arnaud Assoumani ou encore du double champion du monde de pentathlon moderne Valentin Belaud. « Je connais bien Valentin car on s'entraîne ensemble à l'INSEP ; les autres je vais les découvrir et échanger avec eux sur de nombreux sujets comme le stress en compétition », poursuit l'épéiste.

Une double satisfaction pour le sociétaire de la VGA Saint-Maur très sollicité par les médias depuis son retour de Tokyo. « C'était dur de gérer ce nouveau statut et de concilier entraînement et vie au quotidien », reconnaît-il. Il n'empêche que ses parents restaient ses « plus gros sponsors », comme il nous le confiait encore en octobre dernier. « EDF n'est pas une entreprise qui cherche seulement à sponsoriser le médaillé mais qui parie aussi sur mon double projet (sportif et en entreprise) », apprécie le diplômé.

Élevé au grade de chevalier de la Légion d'honneur par le président Macron le 13 septembre dernier, Romain Cannone se dit « très heureux d'avoir été reçu à l'Élysée. En venant des États-Unis, j'étais très fier [...] J'ai senti un remerciement profond de la part du président », souligne-t-il sans entrer dans la polémique sur l'interprétation des propos du chef de l'État qui a demandé aux athlètes de faire mieux en 2024. « Dans notre sport en général, on ne gagne pas notre vie, c'est pour cela que je vais travailler chez EDF. On pourrait être mieux accompagné, pas qu'au niveau du Gouvernement. Mais on s'engage par passion et le sport peut aussi être un tremplin pour son après-carrière », poursuit-il. À 24 ans, celui qui a découvert l'escrime 12 ans plus tôt à New York rêve évidemment d'un doublé aux Jeux de Paris 2024. D'ici là, cap sur Doha.

lire aussi
Qui est Romain Cannone ?

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles