Escrime - CM - Coronavirus - Cluster à Budapest lors de la manche de Coupe du monde de sabre

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

Une trentaine de personnes auraient été contaminées par le Covid-19 à l'occasion de la Coupe du monde au sabre organisée le week-end dernier à Budapest. Parmi elles, trois Français. Les précautions avaient été prises pour la reprise des compétitions internationales à Budapest, après une année entière passée à l'arrêt pour cause de coronavirus. Déploiement logistique impressionnant côté organisateurs : contrôles en pagaïe, personnels de surveillance pléthorique, combinaisons, masques et même visières pour certains... Pourtant, une fois les armes posées dimanche soir à Budapest, c'est un cluster qui est apparu. Nationalités diverses et multiples : grecque, japonaise, française également. Des tireurs ou tireuses bien sûr, mais pas seulement. Au moins un arbitre aussi, par exemple. Des gens détectés sur place ou une fois rentrés chez eux. Bref, si sur le plan sportif la reprise a fonctionné sans accroc, il n'en a pas été de même sur le plan sanitaire. Un coach et deux tireurs français positifs
La situation a de quoi rendre d'autant plus perplexe que, côté nations participantes, de vrais efforts avaient également été faits. Ainsi, le camp français, par exemple, avait-il multiplié les précautions : tests de dépistage dix jours, cinq jours, puis deux jours avant d'être sur place et nouveau test à l'arrivée. Tests au départ aussi. Membres de la délégation isolés dans des chambres. Contact systématique avec l'ambassade sur place. Interdiction de revenir à l'INSEP. Avant même de partir pour la Hongrie, les équipes avaient été séparées par arme pour tenter de limiter les risques au maximum. Et pourtant, trois cas sont actuellement signalés positifs parmi les Français : un entraîneur et deux tireurs. Du coup, on parle, toujours côté bleu, de trois ou quatre cas contacts mis à l'isolement. Dernière précision : le virus détecté serait le variant anglais récemment apparu. Une situation qui conforte, à postériori, la position de la fédération française de ne pas organiser le traditionnel Challenge Monal à l'épée hommes, pour la deuxième année d'affilée.