Escrime - Dopage - Daniel Jérent souhaite être innocenté et refuse la proposition d'accord de l'AFLD

·1 min de lecture

Privé des JO de Tokyo en raison d'une procédure antidopage, Daniel Jérent refuse par principe la proposition faite par l'Agence française de lutte contre le dopage d'abandonner les poursuites sans sanction à son encontre. Contrôlé positif en novembre 2020 au dorzolamide, un produit à effet diurétique que l'on trouve habituellement sous forme de collyre, Daniel Jérent avait appris le 18 juin 2021, soit moins d'une semaine avant les annonces officielles des sélectionnés pour les Jeux olympiques de Tokyo, être renvoyé devant la commission des sanctions de l'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD). Par mesure de précaution, la Fédération française d'escrime avait choisi de retirer le champion olympique 2016 et triple champion du monde de la liste des épéistes retenus pour participer à la compétition. Daniel Jérent « Le plus important pour moi, c'est d'être blanchi, d'être innocenté et pas de me satisfaire d'un accord entre guillemets, à l'amiable »
Victime d'une double fracture du fémur lors d'un accident de la circulation fin avril 2020, Daniel Jérent avait été hospitalisé et transfusé à plusieurs reprises. Par la suite, il a pu apporter la preuve que les traces de dorzolamide retrouvées dans son contrôle antidopage émanent de ces transfusions sanguines. L'AFLD a alors proposé un accord pour mettre un terme aux poursuites. « Bien évidemment, on ne va pas l'accepter, parce que je n'ai strictement rien à me reprocher, a déclaré Jérent. Le plus important pour moi, c'est d'être blanchi, d'être innocenté et pas de me satisfaire d'un accord entre guillemets, à l'amiable. » S'il refuse la proposition d'accord, Daniel Jérent passera devant la commission des sanctions de l'AFLD.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles