Escrime - Epée (CM) - Aliya Luty deuxième à l'étape de coupe du monde de Kazan

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

La jeune épéiste Aliya Luty a terminé deuxième à l'issue de l'étape de coupe du monde organisée dimanche à Kazan (Russie). Désormais trente-huitième tireuse mondiale, l'épéiste Aliya Luty n'avait jamais été à pareille fête chez les seniors. Dimanche, la tireuse âgée de 21 ans a terminé deuxième de l'épreuve de coupe du monde organisée à Kazan (Russie). En demi-finale, la Grenobloise triple championne du monde des moins de 20 ans et vice-championne d'Europe par équipes juniors, avait joliment écarté (15-12) la Sud-Coréenne Kang Young Mi, huitième épéiste mondiale. Mais en finale, opposée à la numéro deux mondiale, la Sud-Coréenne Choi Injeong, elle a cédé sur le score de 15 à 9. Aliya Luty « Je suis super contente de ma compétition, car c'était la première depuis un an. J'avais beaucoup travaillé. Et le travail a payé » « Sur la finale, j'étais un peu fatiguée après deux jours de compétition, a indiqué l'infirmière étudiante, deuxième début février 2020 de la coupe du monde par équipes des moins de 20 ans à Dijon. J'ai essayé de tenir bon, mais j'ai fait le grand écart dès le début (menée 2-6, puis 3-7). Ceci étant, je suis super contente de ma compétition, car c'était la première depuis un an. J'avais beaucoup travaillé. Et le travail a payé. » « Elle avait déjà fait deux ou trois tableaux de seize (huitièmes de finale), mais ce n'était pas encore assez mûr, a analysé de son côté l'entraîneur national Jean-François Di Martino. Aliya est naturellement une hyper attaquante. Mais, là, après deux jours, il fallait un gros physique et une grosse présence mentale. Et elle venait de faire une super demi-finale sur Kang. » Chez les hommes, un retour à la compétition décevant Ce beau résultat obtenu par Aliya Luty est venu à point nommé pour masquer le parcours plus délicat des autres Françaises engagées. Exceptée Luty, Océane Tahé (l'autre Grenobloise du groupe, battue en huitièmes de finale par Lutya, a terminé quinzième) a été la plus en vue. À noter que chez les épéistes hommes, les Bleus n'ont pas flambé à l'occasion de cette épreuve de reprise après un an d'arrêt pour cause d'épidémie de Covid 19. Le meilleur d'entre eux, Yannick Borel s'est fait sortir (13-15) en huitièmes de finale par l'Allemand Samuel Unterhauser, terminant neuvième. Unterhauser a d'ailleurs été le bourreau des Français. Car, avant Borel, il avait écarté de son chemin Luidji Midelton en seizièmes de finale (9-15) et Alexandre Bardenet en trente-deuxièmes (10-15). La finale a été remportée par l'Ukrainien Igor Reizlin, vainqueur (15-11) du Hongrois Gergely Siklosi.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Toutefois, le point d'orgue de cette coupe du monde est prévu lundi et mardi avec les épreuves par équipes. Car, si les épéistes français sont assurés de longue date de disposer d'une équipe aux Jeux olympiques prévus cet été à Tokyo, il n'en va pas de même pour les Françaises. À l'issue de ce par équipes en terre russe, elles sauront le sort olympique qui leur sera réservé. Et, parmi l'équipe alignée figurera une certaine Alya Luty, aux côtés des très expérimentées Coraline Vitalis, Joséphine Jacques André Coquin et Alexandra Louis Marie. ------------------------- COUPE DU MONDE EPEE (Kazan, Russie) HOMMES
Finale :
Reizlin (UKR) - Siklosi (HON), 15-11.
Classement des Français
: 9. Borel, 15. Cannone, 19. Jérent, 22. Biabiany, 29. Midelton, 30. Gally, 38. Bardenet, 44. Gustin, 57. Bonnaire. FEMMES
Finale

Choi Injeong (CDS) - Luty (FRA), 15-9.
Classement des Françaises
: 2. Luty, 15. Tahe, 18. Candassamy, 36. Vitalis, 39. Louis Marie, 52. Vanryssel, 54. Ngom. LUNDI : épreuve par équipes H et F (16e et 8e de finales).
MARDI
: épreuve par équipes H et F (quarts, demies et finales).