Espargaró "surpris" par une KTM prête à se battre devant en course

Léna Buffa
·5 min de lecture

assure ce soir se sentir assez fort pour se battre "pour quelque chose de grand" en course dimanche, lui qui a terminé la première journée d'essais libres du Grand prix d'Andalousie à la cinquième place. Le pilote KTM, que l'on avait vu quelque peu frustré de s'être heurté à des Ducati "impossibles à dépasser" lors de la course précédente, a cette fois encore le sentiment de pouvoir nourrir de grandes ambitions, à condition de ne pas se retrouver coincé en début de course.

"Je suis super content", se réjouit-il. "Je pense que c'est la meilleure journée que l'on ait connue depuis qu'on a commencé à courir, surtout cet après-midi où l'on a été les plus rapides en pneus usés. Ce chrono de 1'37"8, avec 17 tours dans les pneus, ce qui est presque la fin d'une course, c'est incroyable − on a été les plus rapides dans cette chaleur. Je suis donc surpris de ce que nous avons fait aujourd'hui."

Lire aussi :

Quartararo a mis son chrono et sa première victoire de côté

Passé à une seconde seulement du podium dimanche dernier, Espargaró sent qu'il touche du doigt la première arrivée de la KTM dans le top 3 sur le sec. "Cet après-midi, on est les premiers en pneus usés et c'est incroyable. Je suis très heureux et j'ai hâte d'être à demain matin, de voir si on peut faire un bon temps et passer en Q2, puis faire un bon tour [de qualifs] et ensuite un bon dimanche et essayer de nous battre pour quelque chose d'autre. J'ai vraiment hâte !"

Après avoir travaillé sur l'amortisseur de la RC16, il a pu observer qu'il se montre non seulement rapide, mais aussi constant, et ce même au plus fort de la chaleur et avec des pneus usés comme ils le seront sans doute dimanche après-midi. "Pour la course, je pense qu'on a un peu progressé, notre rythme est dans la fenêtre basse des 1'38", estime-t-il. "C'est incroyable de rouler comme ça ! C'est la première fois qu'avec la KTM, je me sens fort sur le rythme de course, assez fort pour me battre pour quelque chose de grand. Si la course avait lieu demain, je pense que nous serions prêts, très bien préparés à nous battre contre les autres, peu importe le nom de leur constructeur."

Si la course avait lieu demain, je pense que nous serions prêts à nous battre contre les autres, peu importe le nom de leur constructeur.

Pol Espargaró

Pol Espargaró dit observer à présent des progrès généralisés sur la RC16, avec à la clé le tournant qu'il attendait le plus impatiemment : "une certaine constance pendant le week-end de course". Un châssis désormais un peu plus rigide sur les côtés, qui rend la moto plus maniable, mais aussi un gros travail mené sur les réglages électroniques de la moto la plus jeune du plateau, un point sur lequel il explique s'être beaucoup investi à titre personnel afin de prendre une direction qui lui convenait plus que celle conseillée par Dani Pedrosa.

"On ne sait pas vraiment si ce sont nos changements qui rendent la moto aussi rapide sur le rythme de la course, ou bien si les pneus aident aussi un peu à cela. Il est certain que le pneu est plus constant et que cela nous aide à être plus réguliers pendant toute la course ; il ne se dégrade pas autant et on n'a plus besoin d'utiliser l'électronique autant qu'avant. Je pense que la moto dans son ensemble est beaucoup plus performante. Elle s'améliore, mon pilotage s'améliore aussi, on progresse ensemble."

"Quand on se sent fort, on pousse un peu plus à la limite. Quand on sait qu'on est capable de réaliser quelque chose de grand, on travaille plus dur, on pousse un peu plus, on prend plus de risques... c'est une spirale. Quand la moto fonctionne mieux, au lieu de pousser pendant un tour, on le fait pendant deux tours. Et alors on comprend un peu plus de chose et on améliore davantage les chronos. Quand la moto n'est pas prête, il est très difficile de rester concentré et de continuer à faire des tours. Quand on est P11 ou P12, on a le cerveau qui s'échauffe, on est frustré et on s'arrête au stand parce qu'on se sent lent. Mais quand on se sent rapide, c'est amusant !"

Rien à perdre !

Visiblement surexcité par ce cercle vertueux, Espargaró ne veut se fixer aucune limite à l'heure d'exprimer son objectif pour la course. "Je n'en ai aucune idée. En pneus usés, on est vraiment rapides. Je dirais que cela dépend d'où on part, de la qualité des qualifications et de notre capacité à réaliser un tour rapide", estime-t-il. "On a vu à la dernière course qu'on en avait plus que Dovi, par exemple, mais j'étais coincé et je n'ai pas pu dépasser, donc ma course n'a pas été aussi bonne qu'elle aurait pu l'être. J'étais juste là à me heurter à lui et je ne pouvais pas le dépasser."

"Si on peut prendre un bon départ et partir avec les meilleurs, alors peut-être qu'on pourra faire quelque chose de grand. J'ai vraiment hâte d'y être ! Ce sera une course risquée parce qu'il va falloir pousser fort pour obtenir un résultat, mais on n'a rien à perdre. Bien sûr, j'aimerais bien finir parmi les trois premiers à la fin de l'année, mais on sait que c'est très difficile. Quand on aura la possibilité de faire quelque chose de grand, je risquerai tout pour obtenir un bon résultat. On verra bien. Au moins, je vais vous divertir !" promet Pol Espargaró.