Esport - Counter-Strike : à Cologne, Vitality manque les play-offs et inquiète

Peter « Rasmussen » Dupreeh a rejoint Vitality en janvier. (Adela Sznajder/ESL)

Une nouvelle fois décevante, la formation française Vitality a été éliminée prématurément de l'IEM Cologne, l'un des plus grands rendez-vous de l'année sur Counter-Strike, ce samedi.

Vitality ne verra pas la « Cathédrale » de Counter-Strike. La formation française a été éliminée prématurément, ce samedi, de l'IEM Cologne, l'une des compétitions les plus prestigieuses de l'année. Sortie dès la phase de groupes, après deux défaites contre Movistar Riders (1-2) et MOUZ (1-2), elle rate donc les play-offs, qui se tiendront comme chaque année dans la Lanxess Arena, devant 15 000 personnes la semaine prochaine. Une nouvelle déception pour les Abeilles, qui bouclent une demi-saison difficile.

Un tournoi frustrant

Une fois encore, le cinq franco-danois (n°5 au classement mondial), a soufflé le chaud et le froid tout au long de la semaine. Lors de la phase de qualifications, il a déjà un peu inquiété, tombant une première fois contre Movistar Riders (n°14, 0-2) puis galérant contre les Allemands de Sprout (n°23, 2-1) pour accéder à la phase de groupes. Les doutes se sont confirmés au cours de celle-ci : après une victoire encourageante face à ENCE (n°3, 2-1), jeudi, ils sont encore tombés contre Movistar (1-2) le lendemain, dans une rencontre terriblement frustrante.

Samedi, Vitality n'avait donc plus le droit à l'erreur face à MOUZ (n°18). Après avoir remporté la première manche (16-12), les hommes de Danny « Zonic » Sorensen semblaient partis pour sécuriser la victoire dans la deuxième, où ils menaient (9-6) à mi-parcours, avant de s'effondrer complètement (10-16). Incapables de se remobiliser, ils se sont ensuite inclinés dans la manche décisive (12-16), malgré un Mathieu « ZywOo » Herbaut une nouvelle fois au niveau et qui semble être la seule constante sur laquelle l'équipe puisse s'appuyer actuellement.

Des problèmes de communication persistants

Après avoir raté la qualification pour les quarts du dernier Major fin mai, c'est une nouvelle déception pour le cinq franco-danois, formé en janvier avec l'ambition assumée d'accéder à la place de n°1 au classement mondial. L'équipe n'a toujours pas remporté le moindre tournoi et sa récente finale aux BLAST Spring Finals n'a finalement pas servi de déclic. Si tous ses joueurs sont capables de fulgurances, ils n'ont pas encore réussi à se mettre au diapason et semblent gênés par la barrière de la langue. « Je ne peux pas dire que dans quelques mois, nous aurons réglé nos problèmes de communication, regrettait Emil « Magisk » Reif en début de semaine. Cela peut prendre six mois, ou même deux ou un an. C'est comme ça, il faut faire avec. »

À moins qu'ils n'y aient de changements dans leur effectif, comme commencent à le réclamer une partie des fans, les Abeilles pourront profiter de la pause de tournois majeurs, jusqu'aux groupes de la BLAST Premier Fall fin août, pour tenter de corriger ces défauts. La trêve sera aussi salvatrice pour G2 (n°6), sorti au même stade de l'IEM Cologne que Vitality, après une défaite contre Ninjas in Pyjamas (n°7, 1-2). Mais elle pourrait être fatale à Audric « Jackz » Jug, seul Français de l'équipe, très critiqué depuis quelques semaines, dont la place de titulaire est menacée.

Même sans Tricolores, la phase finale de la compétition se tiendra tout de même à la Lanxess Arena, à compter de vendredi prochain. Directement qualifiés pour les demi-finales, Na'Vi (n°2) et peut-être plus encore FaZe (n°1), qui n'a pas perdu la moindre manche du tournoi, paraissent vraiment un cran au-dessus. Bourreau de Vitality, la bonne surprise Movistar essaiera elle se défaire de Team Liquid (n°15), dans le premier quart de finale, tandis qu'Astralis (n°12) sera opposé à MOUZ dans le second.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles