Esport - Counter-Strike : à Rio, la folie Furia, Vitality et FaZe déçoivent

Devant leur public, les Brésiliens de Furia détonnent au Major de Rio. (Stephanie Lindgren/ESL)

Le tour principal du Major de Rio de Janeiro sur Counter-Strike s'est achevé mardi soir au Brésil. À domicile et devant ses supporters survoltés, Furia a impressionné. Sortis avant les play-offs, FaZe Clan et les Français de Vitality ont largement déçu.

Les choses très sérieuses vont pouvoir débuter à Rio de Janeiro. Après les deux premiers tours de la compétition, les huit équipes qualifiées pour les play-offs du deuxième Major de l'année sur Counter-Strike rejoindront à partir de ce jeudi la Jeunesse Arena et ses quasiment 20 000 places. Un moment très attendu, encore plus depuis l'annonce d'une fan-zone autour de l'enceinte pour répondre à l'impressionnante demande brésilienne. Plusieurs dizaines de milliers de personnes sont attendues sur site pour ce qui devrait être le plus gros rendez-vous physique de l'esport tout entier.

Vitality, nouveau rendez-vous manquéCôté sportif, le tour principal s'est conclu mardi soir par la qualification surprise de Team Spirit (n°13 mondial avant le Legends Stage) contre Team Liquid (n°3), assez symbolique en réalité d'une compétition invraisemblable en termes de résultats pour l'instant. L'intégralité du podium du classement mondial est déjà passée à la trappe : vainqueur du dernier Major et n°1, FaZe Clan a pris une claque. Aucune victoire, trois défaites (dont une face aux Kosovars de Bad News Eagles, une immense surprise) et un retour express vers l'Europe pour le favori à sa propre succession.

Tarif quasi similaire pour le seul club français en lice (une victoire, trois défaites), Vitality, pourtant n°2. Certes, leur tour préliminaire moyen avait placé Mathieu « ZywOo » Herbaut et ses coéquipiers sur la route d'adversaires difficiles à manoeuvrer et leur destin s'est joué à quelques moments clés mal négociés. Mais cet effectif ambitieux n'a pas répondu aux attentes : irrégulier collectivement, tâtonnant lors de certains rounds, Vitality n'a pas pu compter non plus sur ses individualités pour compenser, loin de leur meilleur niveau.

lire aussi : Esport - Counter-Strike - ZywOo : « Je suis meilleur quand j'ai l'esprit libre »

Ce nouvel échec a immédiatement soulevé des questions sur les choix et la dimension internationale d'une structure à qui pas grand-chose ne sourit en ce moment. Mais il ne faudrait pas oublier le passé récent : cette jeune version de Vitality a remporté la Pro League il y a un mois et les choses se passent bien à l'intérieur du groupe. Ce faux pas est douloureux parce que le club n'y arrive pas en Major (quart de finaliste, au mieux), objectif annoncé depuis plusieurs années. Mais faut-il, comme il y a pile un an après l'échec de Stockholm, tout remettre en cause aujourd'hui ?

lire aussi : Esport : À Rio, la disette historique du Counter-Strike français

Vitality a montré des défaillances techniques et surtout mentales, comme si la pression transpirait de son cinq, au point d'échouer prématurément. Mais, à nouveau, ils n'ont pas été les seuls à se manquer au Brésil. L'analyse approfondie de l'échec viendra, mais à six mois du premier Major français en dix ans, cette formation a besoin de s'ajuster. Probablement pas de tout changer.

NAVI passe de justesse et défiera Furia dans la fournaiseL'autre grand favori du tournoi, NAVI (n°4), a également bien failli rejoindre le club des mauvaises surprises avec une qualification in extremis mardi soir (trois victoires, deux défaites). La formation ukraino-russe ira défier en quarts de finale les locaux de Furia (n°10) dans une ambiance qui s'annonce dantesque puisque leurs fans sont encore plus bruyants que prévu depuis le début du tournoi. Impressionnants devant leur public (trois victoires, aucune défaite), les Brésiliens n'ont pas été gâtés par le tirage. Mais un succès vendredi soir placerait les protégés de Neymar, très vocal sur le Major sur ses réseaux sociaux, comme un prétendant plus que sérieux à la victoire finale.

Dans les autres rencontres du premier tour des play-offs, Cloud9 (n°5), qui monte sérieusement en gammes après un début de Major difficile, affrontera MOUZ (n°9). Heroic (n°7) jouera Team Spirit, les revenants de Fnatic (n°19) seront, eux, opposés à Outsiders (n°8). Un plateau très indécis, qui laisse place aux surprises.

lire aussi : L'actualité de l'esport