Esport - Counter-Strike : la France accueillera un Major en 2023

BLAST organisera son premier Major en France. (Adela Sznajder/BLAST)

Le premier Major de Counter-Strike en 2023 sera organisé en France et s'achèvera à Paris. L'information circulait ces derniers jours, elle a été confirmée officiellement ce dimanche soir dans une annonce... du président de la République Emmanuel Macron.

C'est l'un des rendez-vous les plus importants du calendrier international de l'esport avec les Mondiaux de League of Legends ou The International sur Dota 2 : le premier Major de Counter-Strike de l'année 2023 aura lieu pour la première fois en France, au mois de mai (du 8 au 21), et s'achèvera à l'AccorArena de Paris. L'information a été officialisée ce dimanche soir dans un message posté sur Twitter par le président de la République Emmanuel Macron, après des félicitations adressées à l'événement caritatif ZEvent.

Si la vidéo est un peu fourre-tout, le passage sur Counter-Strike n'est pas anodin. La scène esportive française compte de nombreux joueurs professionnels et, avec Vitality, l'une des meilleures équipes de la planète. Cependant, le jeu, certes de guerre mais surtout incroyablement dynamique, tactique et excitant à observer, n'est pas le plus populaire dans l'Hexagone. Il y souffre encore d'un manque de reconnaissance voire d'acceptation du fait de sa nature. Le fait que la France accueille un Major sur son sol pour la première fois dix ans après la création de ce « label » est d'ailleurs assez parlant en soi.

lire aussi

À l'Élysée, Emmanuel Macron félicite l'esport français et lui donne rendez-vous

Catégorie de compétitions la plus prestigieuse sur Counter-Strike, la gestion de ce Major sera confiée à BLAST. Une première là aussi. BLAST est un organisateur de tournois réputé, qui a l'habitude de proposer des scénographies grandioses lors de ses rendez-vous. À l'occasion de celui-ci, il s'associera aux Français de Webedia notamment.

2

Comme le nombre de Majors remportés par des Français, en 2014 et 2015. Les qualifications pour le prochain, à Rio de Janeiro en novembre, sont en cours.

« On veut participer à réduire les réticences en France »

Robbie Douek, président de BLAST : « C'était un rêve en interne de travailler sur un Major mais, ces dernières années, nous n'étions pas prêts. Nous en avons rediscuté début 2022 et après avoir entendu le président Emmanuel Macron en parler, nous nous sommes lancés, persuadés que c'était le moment ou jamais. L'esport est une discipline importante en France, il y a beaucoup de joueurs, de fans... On ne peut pas espérer mieux. La France s'est positionnée comme un pays qui veut accueillir de grands événements. La Coupe du Monde de Rugby, les Jeux Olympiques... Et quand le Président fait la même chose pour l'esport, ce n'est pas rien. C'est symbolique.
Nous avons observé de près les changements au Danemark quand le Premier Ministre s'est engagé pour accompagner l'esport. Là-bas, il y a des gens de toutes générations dans les tribunes. On veut participer à réduire les réticences en France, convaincre à quel point Counter-Strike est un jeu stratégique, collaboratif, qui demande beaucoup d'intelligence pour évoluer au plus haut niveau. C'est aussi un spectacle facile à digérer. [...] Le format ne changera pas, mais nous allons apporter des choses différentes dans la scénographie, l'expérience, avec notamment la création d'une chaîne innovante dédiée au Major. Nous voulons apporter plus de contenu aux fans autour de l'événement et nous avons beaucoup d'idées à ce sujet. »