Esport - Counter-Strike : Heroic et Outsiders en finale du Major de Rio

Casper « cadiaN » Moller et Heroic disputeront la finale du Major de Rio. (ESL)

Les Danois d'Heroic ont brisé le rêve des Brésiliens de Furia en demi-finales du Major de Rio ce samedi. Qualifiés pour la finale ce dimanche, ils y affronteront Outsiders.

La belle histoire des Brésiliens de Furia à domicile au Major de Rio, sur Counter-Strike, s'est arrêtée en demi-finales, dans la nuit de samedi à dimanche (16-6, 17-19, 5-16). Les Danois d'Heroic ont éteint une Jeunesse Arena encore pleine à craquer de fans dédiés à leurs favoris, évidemment dépités en fin de rencontre.

Les locaux avaient pourtant mieux entamé leur match : si les deux formations ont des styles offensifs assez comparables, ils profitaient des hésitations de leurs adversaires, sans doute un peu stressés par l'enjeu et la pression imposée par un public encore parfait dans son rôle de sixième élément derrière son équipe. Décomplexé, boosté par l'ambiance comme lors de son quart contre NAVI, Furia jouait parfaitement la carte de l'agression pour faire un pas vers la finale.

Si Heroic se réveillait lors de la deuxième manche en déroulant enfin son jeu, les Brésiliens, menés 15-5, recollaient à 15-15 et s'offraient une opportunité parfaite de conclure en prolongations. Mais les Danois, solides mentalement, parvenaient tout de même à égaliser avant de surfer sur cette dynamique sur Nuke, la dernière carte, pour atteindre leur première finale de Major.

lire aussi : Esport - Counter-Strike : l'exploit de Furia, qualifié pour les demies du Major de Rio

Effondrés, les Brésiliens peuvent avoir des regrets, même si personne ne s'attendait à les voir aller aussi loin dans ce tournoi imprévisible. « Notre moment viendra dimanche, aujourd'hui (hier) il faut saluer Furia », glissait d'ailleurs Casper « cadiaN » Moller, le capitaine danois.

En finale (dès 19h, dimanche), Heroic affrontera Outsiders - un nom qui cache celui de Virtus.pro, une structure russe interdite de participer aux tournois sous son identité officielle du fait de sa proximité avec le gouvernement - et Dzhami « Jame » Ali, leader exemplaire au Brésil, vainqueurs de Mouz un peu plus tôt samedi (16-10, 14-16, 16-7). Une opposition de styles cette fois : l'agressivité danoise contre la passivité des russophones, mais une affiche peu excitante sur le papier. Rares sont ceux qui ont misé sur le duo au début d'un tournoi.