Esport - Counter-Strike : un titre et une confirmation pour Vitality

Premier titre cette année pour Vitality sur . (H. Kristiansson/ESL)

Vitality a battu Team Liquid dans la nuit de dimanche à lundi, en finale de la 16e édition de l'ESL Pro League (3-2). Premier titre du club français sur Counter-Strike en 2022, il confirme ses belles dispositions.

Vitality a tenu ses promesses. Très en forme lors de la phase de groupes de l'ESL Pro League - l'un des rendez-vous les plus prestigieux du circuit professionnel sur Counter-Strike - il y a un mois maintenant, le club français a confirmé ses bonnes dispositions en remportant la compétition dans la nuit de dimanche à lundi, après une belle semaine de play-offs de sa part.

lire aussi


Esport - Counter-Strike : Vitality, une première place et des promesses

En finale à Malte, le cinq de Vitality (n° 10 mondial) a battu (3-2) un revenant, Team Liquid (l'une des deux meilleures équipes du monde avec Astralis en 2019) au terme d'un match interminable, démarré autour de 17 heures et achevé un peu après minuit. Malgré la longueur de la rencontre, les deux équipes ont proposé un niveau de jeu élevé jusqu'au bout de la dernière carte, Vertigo, finalement remportée au mental 16 - 11 par les Abeilles.

Un peu plus tôt, elles avaient dû s'accrocher aux basques d'un Liquid revenu dans les hautes sphères du classement mondial (n°3) depuis l'intégration du Letton Mareks « YEKINDAR » Galinskis : le club nord-américain a mené deux fois (1-0 puis 2-1) mais n'a pas réussi à conclure. La faute à un bon Vitality mais surtout un exceptionnel Mathieu « ZywOo » Herbaut (143 éliminations en finale, quasiment 92 de dégâts par round en moyenne, MVP du tournoi). Lui aussi de retour à son meilleur niveau, le Français a survolé le match.

Vitality a de la marge


Mais ZywOo n'est pas seul artisan de ce succès collectif : l'intégration de Lotan « Spinx » Giladi à la place de Kévin « misutaaa » Rabier cet été et les modifications tactiques qui ont découlé de ce changement avaient déjà laissé entrevoir une progression de l'équipe lors de ses premières sorties. L'Israélien, plus vocal, plus régulier, a donné une nouvelle impulsion au projet et grandement participé à ce titre.

lire aussi


Esport - Counter-Strike : Spinx, une recrue « ambitieuse » pour Vitality

Un trophée acquis en ne perdant que quatre manches tout au long de la compétition (deux en poule, deux en finale), particulièrement savouré par Peter « Dupreeh » Rasmussen et Emil « Magisk » Reif, qui s'étreignaient longuement une fois le dernier round en poche : recrutés par le club français pour cette saison 2022 après avoir tout gagné chez Astralis, les Danois ont prouvé qu'ils pouvaient encore le faire.

Vitality, vainqueur d'Outsiders (n°16) en quarts puis G2 (n°6) en demi-finales, profite sans doute un peu d'un retour de vacances piano de FaZe Clan (n°1) et NAVI (n°2), mais possède encore une belle marge. Ce titre n'est pas une fin en soi : sa version actuelle est encore toute neuve et peut progresser. La palette du capitaine Dan « apEX » Madesclaire est large - l'agressivité en défense sur Vertigo en est un parfait exemple - mais le tout reste encore un peu irrégulier et, au moins lors de cette Pro League, tout de même assez dépendant de la forme de ZywOo. Avec quelques réglages (communication, automatismes...) qui demandent surtout du temps, ce Vitality-là peut viser haut.