Esport - CS - Esport - Counter-Strike : au Major, Vitality opposé à Virtus.pro pour commencer

·3 min de lecture

Le deuxième tour du Major de Counter-Strike démarre ce samedi, à Stockholm. Les Français de Vitality entrent en piste contre Virtus.pro (CIS), ceux de G2 affronteront Copenhagen Flame (Danemark). C'est l'heure pour Vitality. La formation française, n°3 mondiale sur Counter-Strike, attaque ce samedi (dès 13h30) son Major de Stockholm - le premier tournoi de cette prestigieuse catégorie en deux ans, du fait de la pandémie. Exemptée de premier tour grâce à ses bons résultats lors des phases qualificatives, l'équipe à l'abeille, ambitieuse, démarre le « Legends Stage » par un match piège face à Virtus.pro (CIS, n°12) en une seule manche gagnante. Astralis a peiné « Piège », parce que le club russe s'est déjà bien échauffé en réalisant un bon « Challengers Stage » (trois victoires, une défaite), en Suède. Mais Vitality, très solide lors de ses dernières sorties, reste le favori contre une équipe qui a procédé à un changement dans son cinq de départ juste avant le début de la compétition. Les Tricolores voudront surtout bien entrer dans leur tournoi et éviter de se faire peur dans ce format punitif. lire aussi Esport - Counter-Strike : apEX : « Un Major, c'est notre Ligue des Champions »

G2 (n°6), où évoluent deux joueurs français sans compter le staff, affrontera la surprise du premier tour, Copenhagen Flame (n°14, dès 11h), qui s'est qualifié sans perdre le moindre match face à trois équipes mieux classées. Favoris, les Na'Vi (CIS, n°1) joueront Heroic. Les Danois, pourtant n°5 mondiaux, ont peiné pour se hisser au Legends Stage, tous comme leurs compatriotes d'Astralis (n°9). Les vainqueurs des trois derniers Majors étaient même dos au mur après deux défaites, inquiétantes, d'entrée, mais ils renversaient la situation et restent un prétendant solide. Les coaches écartés ? Le Major de Stockholm a été secoué vendredi par l'instauration d'un nouveau point de règlement qui a fait beaucoup réagir acteurs et suiveurs de l'événement : Valve, éditeur du jeu, a demandé aux coaches d'éviter les effusions de joie et les cris derrière leur équipe. Déjà privés de contacts physiques, ils ne seront autorisés à prendre la parole qu'aux moments des pauses tactiques. lire aussi Le club esport, le podcast : Major de Counter-Strike, enfin de retour !

En cause, la possibilité d'inventer des « codes » pour faire passer des informations en dehors des temps prévus à cet effet. « Ils veulent que nous restions assis sur nos chaises et nous autorisent à être actifs uniquement aux moments des pauses tactiques », a ainsi expliqué Danny « zonic » Sorensen, mythique coach d'Astralis. Ceux qui ne respecteront pas ces règles pourraient être exclus du tournoi. Rémy « XTQZZZ » Quoniam, entraîneur français de Vitality, a été l'un des plus vocaux à ce sujet (voir tweets). Certains arbitres ont quant à eux expliqué qu'il s'agissait d'une question d'équité et d'intégrité. Qui vient malheureusement étouffer une forme de passion.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles