Esport - CS - Esport - Counter-Strike : l'enquête sur les matches truqués avance

·2 min de lecture

Ian Smith, le commissaire de l'ESIC (l'Esports Integrity Commission) a affirmé ce mardi que l'enquête concernant une série de matches truqués sur Counter-Strike avançait bien. Plus de trente joueurs nord-américains sont ciblés. Invité d'un talk organisé par HLTV - site spécialisé dans l'actualité compétitive de Counter-Strike - ce mardi, Ian Smith, commissaire de l'ESIC (l'Esports Integrity Commission, association qui veille à l'intégrité compétitive dans le monde de l'esport), a évoqué les affaires en cours. Deux en particulier ont fait l'actualité ces dernières semaines. En avril, l'ESIC avait en effet affirmé collaborer avec le FBI aux États-Unis pour une enquête sur un scandale de matches truqués au coeur de la scène professionnelle nord-américaine de CS : GO. Elle implique quelques dizaines de joueurs qui auraient misé sur les résultats de leurs propres matches ou été contactés par des groupes de parieurs pour décider des résultats à l'avance, sur une période supérieure à un an. lire aussi Le FBI et l'ESIC enquêtent sur une affaire de matchs truqués Une investigation au long cours qui semble approcher de son dénouement : « Nous poursuivons 35 joueurs, de six ou sept équipes, affirme Ian Smith. Nous avançons, ne vous y trompez pas, nous avons beaucoup de preuves, mais cela prend du temps. Sachez aussi que beaucoup de ces joueurs, comprenant qu'ils étaient dans le pétrin, ont essayé de passer de Counter-Strike à Valorant (jeu assez proche de CS : GO dans le principe, édité par Riot Games) ou ont disparu de la scène. Nous ne travaillons pas seulement sur un seul jeu ici, nous collaborons aussi avec Riot Games. » Aucun nom de joueur n'a encore filtré.

Ian Smith était d'abord revenu sur la suspension de deux ans infligée à l'ex-joueur danois, désormais coach, Nicolai « HUNDEN » Petersen pour avoir tenté de divulguer des informations sur les stratégies d'Heroic alors qu'il faisait officiellement partie du staff, durant les IEM Cologne (en juillet). Le commissaire a détaillé les étapes de l'enquête ayant conduit l'ESIC, initialement avertie par Heroic, à prendre cette décision. HUNDEN avait déjà été suspendu huit mois l'an dernier, suite à l'affaire d'un bug utilisé par plusieurs coachs pour observer l'équipe adverse.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles