Esport - CS - Le FBI et l'ESIC enquêtent sur une affaire de matchs truqués

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

La Commission d'Intégrité de l'Esport (ESIC) et le Bureau Fédéral d'Investigation (FBI) enquêtent conjointement sur une grande affaire de matchs truqués sur la scène Counter-Strike nord-américaine. La Commission d'Intégrité de l'Esport (ESIC) a révélé ce mercredi qu'elle s'est associée au Bureau Fédéral d'Investigation (FBI) dans le cadre d'une enquête sur un scandale de matches truqués sur la scène nord-américaine de Counter-Strike, au coeur de l'une des meilleures divisions de la ligue ESEA (un organisateur de tournois). Dans une interview menée par le créateur de contenu canadien « slash32 », le commissaire de l'ESIC Ian Smith indique que l'enquête est en cours depuis septembre 2020 et concerne les 18 derniers mois de compétitions de la Mountain Dew League, l'antichambre de l'ESL Pro League, le plus haut niveau international.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Il y révèle également que l'enquête est en réalité bien plus importante que prévu, et que l'arrangement de matches était organisé par un petit nombre de joueurs, mais sur une longue période. « Nous travaillons avec le FBI, qui a récemment ouvert une section dédiée à l'enquête sur les paris sportifs. Ils sont encore inexpérimentés parce que le pari sportif n'a pris que très récemment aux États-Unis, donc on est encore en train de tâtonner ». L'investigation implique plusieurs joueurs qui auraient misé sur leurs propres matches, mais aussi des groupes de parieurs qui auraient contacté des joueurs pour décider de résultats à l'avance. « Cette première partie, nous pourrons la régler rapidement parce que nous avons affaire à des idiots, déclare Ian Smith. Mais la seconde sera beaucoup plus compliquée ». lire aussi La cote du pari esportif monte après le confinement Ian Smith espère que les résultats de l'enquête seront dévoilés dans les prochaines semaines. De lourdes peines devraient être infligées. En début d'année, 35 joueurs océaniens ont été bannis pour une affaire similaire dans leur région.