Esport - Le décevant Tennis World Tour au centre de toutes les attentions

L'Equipe.fr
L’Equipe

La simulation de tennis française profite actuellement d'un tournoi virtuel entre stars de la discipline (Madrid Open Virtual Pro) pour faire parler d'elle. Une opportunité presque inespérée pour un jeu jusque-là fortement décrié. Réunissant depuis lundi plusieurs stars des circuits ATP et WTA, dans le cadre du Mutua Madrid Open Virtual Pro, Tennis World Tour se voit offrir un coup de projecteur inattendu. Commercialisée en mai 2018, la simulation était alors particulièrement attendue. Et pour cause, cela faisait sept ans que les amateurs de tennis n'avaient pu jouer à leur sport de prédilection sur consoles (depuis l'excellent Top Spin 4 en 2011). Malheureusement, le résultat ne fut pas entièrement à la hauteur. Pourquoi Tennis World Tour est si attendu La critique a même été par moments excessive. Au moins autant que l'enthousiasme qu'avait suscité l'annonce de projet franco-français, édité par Bigben Interactive et développé par Breakpoint Studio. Gameplay poussif, graphismes quelque peu désuets et contenu limité, les lacunes apparaissaient évidentes. Mais pouvaient, en partie, se justifier. TWT : la blessure de Rafael Nadal était une blague de Feliciano Lopez À commencer par le lancement « chaotique » du jeu selon l'aveu même d'Alain Falc, le PDG de Bigben, qui confiait au Monde que TWT « n'était terminé qu'à 20 % à quelques semaines de sa sortie ». Une précipitation assumée pour coïncider avec le début de la 117e édition de Roland-Garros. Si la pratique n'est pas isolée de nos jours, les DLC servant à corriger le tir ci et là, dans le cas de Tennis World Tour cela était un peu trop visible. Spécialisé depuis plusieurs années dans les disciplines délaissées par les grands acteurs du marché (handball, rugby, cyclisme), Bigben est un éditeur reconnu à l'international, à l'instar d'Ubisoft ou encore Focus Home Interactive. Ambitieuse, la firme hexagonale ne peut en revanche toujours pas se mesurer aux mastodontes qui occupent l'espace sportif sur consoles. EA Sports avec FIFA, 2K Sports et sa référence en matière de basket : impossible de tenir la comparaison. Bien que tardive, la réédition de Tennis World Tour en mai 2019, laquelle ajoutait au passage Rafael Nadal, a su corriger plusieurs des défauts cités plus haut. C'est sur cette version finale de la simulation que s'affrontent depuis quelques heures certains des meilleurs joueurs et joueuses de la planète tennis. Nadal brille manette en mains

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi