eSport - eSport : sur Dota 2, OG remporte un troisième Major de suite et installe sa dynastie

L'Equipe.fr
L'un des plus importants tournois de l'eSport démarre ce mercredi : The International, sur Dota 2 . Compétition la mieux dotée de la discipline, elle attaque cette année sa septième édition.

Favori du tournoi, OG a remporté à Kiev ce dimanche son troisième Major de rang sur Dota2. L'équipe menée par son coach français Sébastien «7ckngMad» Debs s'installe comme la meilleure de la courte histoire du jeu.«C'est un sentiment de fierté assez extraordinaire». À peine reposé sur scène par ses joueurs, bien décidés à rendre un hommage mérité à leur coach français en le faisant décoller au-dessus du sol, Sébastien «7ckngMad» Debs savourait pleinement cette victoire au goût de dynastie pour OG. «Si j'entends parler d'une équipe qui a gagné quatre Majors, je me dis que c'est de la folie, des extra-terrestres, affirme-t-il. Je ne réalise pas bien qu'il s'agit de nous.»«Un mental en béton armé»Pourtant, ce quatrième titre majeur remporté par OG à Kiev, le troisième de suite après Manille en juin 2016 et Boston en décembre, a mis du temps à se dessiner. En phase de groupe comme en playoffs, chaque victoire se joue à la manche décisive, excepté la demi-finale contre Evil Geniuses (2-0). «On a été mis en danger quasi-systématiquement, confirme «7ckngMad». Plus que jamais il a fallu prouver qu'on avait un mental en béton armé.»Opposé en finale à un Virtus.pro devant son public, annoncé comme l'adversaire principal d'OG par son coach à l'entame du tournoi, l'équipe est menée 2-1, joue une manche décisive à 2-2 sur un fil tout au long de la partie, mais ne lâche jamais. Tout le travail de Sébastien Debs sur l'approche psychologique d'une compétition, aspect essentiel qu'il embrasse «par défaut» depuis sa prise de fonction, se fait ressentir. «J'ai une admiration sans limite pour mes joueurs, poursuit-il. Ils sont restés concentrés sur l'objectif. La communication, la discipline, l'état d'esprit qui convient : tout y était.»Tourné vers «The International 7»Mais tactiquement aussi, «7ckngMad» a mené sa barque où il l'entendait, jusqu'à cette fameuse cinquième manche décisive en finale, qui restera gravée dans l'histoire de Dota2. Pendant la phase de draft qui précède la partie (comme si des joueurs d'échecs choisissaient l'un après l'autre les pions qu'ils voudraient utiliser avant de démarrer), Virtus.pro lit dans le jeu du Français et la formation russo-ukrainienne s'octroie un avantage qu'on pense décisif. Elle prend le large en début de rencontre et pousse Sébastien Debs à quitter son poste en coulisse : «Le stress était devenu insupportable, je commençais à perdre mon optimisme, souffrais pour les joueurs... J'ai décidé de me fondre dans la foule pour regarder le match et hurler «OG, OG» comme les autres spectateurs.» Ses joueurs entament alors un retour aussi spectaculaire qu'inattendu qui les amènent, une fois encore, au sommet de la planète Dota 2.Éliminé dès les premiers tours des playoffs du plus gros tournoi du jeu, «The International», et son prize-money quasiment digne d'un tournoi du Grand Chelem (20 millions de dollars en 2016), l'an dernier, OG se tourne désormais vers la septième édition de ce rendez-vous incontournable, en août prochain. «On espère que, d'ici là, d'autres équipes auront brillé parce qu'on déteste vraiment ce statut de favoris, assure «7ckngMad». On va travailler sur la meilleure façon d'approcher le tournoi, on sait que le mental fera la différence. Ça a été notre plus grand point faible au «TI6» et cette défaite est toujours marquée au fer rouge dans nos esprits». Être, désormais, un triple tenant de titres en Majors atténue sans doute un peu cette déception passée.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages