eSport - eSport : les enjeux de la dernière journée des LCS sur League of Legends

L'Equipe.fr
La première division européenne sur League of Legends , les LCS, termine sa saison régulière ce dimanche. Le point sur les enjeux de cette dernière journée.

La première division européenne sur League of Legends, les LCS, termine sa saison régulière ce dimanche. Le point sur les enjeux de cette dernière journée.En haut, Fnatic veut le dernier billetÀ l'attaque de la dernière journée de Championnat, une seule place pour les playoffs des LCS reste à distribuer : dans le groupe A, où Fnatic (3e, qualifié pour le moment) et Roccat (4e) ont le même nombre de victoires. Et les deux équipes affrontent l'une après l'autre G2, leader de la poule, double tenant du titre et invaincu cette saison. Mais les coéquipiers du Français Paul «sOAZ» Boyer ont l'avantage d'avoir remporté plus de manches, décisif au moment de départager deux structures. Il faudra donc que Roccat, qui reste tout de même sur cinq victoires consécutives, crée l'exploit face à G2 pour doubler Fnatic. Sauf concours de circonstances défavorables colossal, Misfits terminera deuxième.Dans le groupe B, on connaît les trois équipes qui joueront les playoffs du «spring split»... Mais elles peuvent encore toutes accrocher la première place, synonyme de qualification directe pour les demi-finales. Les Unicorns of Love (1er), H2K (2e) et Splyce (3e) se tiennent en deux victoires mais cette dernière formation affronte les deux autres ce week-end. Aucune position n'est encore assurée.En bas, tout est fixéTout l'inverse du bas de tableau. Si l'on ne connaît pas encore les affiches du premier tour du tournoi de promotion pour les LCS, entre les moins bonnes équipes de l'élite et celles s'étant extirpées des playoffs de Challenger Series, la deuxième division, on sait quelles formations lutteront avec les académies de Fnatic et Misfits pour leur survie. Avant même la dernière journée de championnat, Giants (dernière du groupe A) et Origen (dernière du groupe B) ont leur billet en main. Sauvée de justesse lors du dernier split, cette dernière, propriété d'Enrique «xPeke» Cedeño Martinez et finaliste de deux des trois derniers segments, n'a pas remporté la moindre rencontre cette saison (0 victoire, 12 défaites, 2 manches remportées pour 24 perdues). Et la descente aux enfers risque de ne pas s'arrêter là.Un mot enfin sur la structure française Vitality (4e du groupe B), qui, comme la saison passée, est assurée de se maintenir mais ne jouera pas plus. Ambitieuse à l'entame de ce segment de printemps, elle aura finalement lutté pour son maintien sans jamais vraiment pouvoir espérer mieux. Elle peut désormais se projeter sur le summer split avec un temps de préparation plus important que les autres pour mettre les choses à plat. À elle d'en profiter.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages