Esport - Esport : les noms qui ont fait 2020

L'Equipe.fr
·5 min de lecture

Chips & Noi, Clément « Clem » Desplanches, San Francisco Shock... Hommage à quelques noms qui ont fait l'année 2020 dans l'esport.

Clément « Clem » Desplanches (Team Liquid, Starcraft II)

Connu de la scène professionnelle de Starcraft II depuis des années malgré son très jeune âge (18 ans aujourd'hui), le Français Clément « Clem » Desplanches a confirmé tout le bien que l'on pensait de lui en 2020. Recruté par Team Liquid en février, l'un des clubs majeurs de la discipline, le joueur terran a progressé de tournoi en tournoi. Sur le podium de la DreamHack Europe Été en juillet, il chutait en finale de celle d'Automne (en septembre) et remportait l'édition hivernale (en novembre). Un premier titre majeur pour lui et la France sur Starcraft II depuis 2016. S'il lui faudra confirmer contre l'armada sud-coréenne et surtout lors des compétitions physiques quand il sera possible d'en organiser à nouveau, Clem s'est déjà placé comme la troisième terreur européenne derrière Joona « Serral » Sotala (Finlande, 22 ans, champion du monde en 2018) et Riccardo « Reynor » Romiti (Italie, 18 ans, vice-champion du monde en 2019).

lire aussi
Esport : l'année 2020 en cinq moments forts

Alexandre « Andilex » Christophe (MCES, Fortnite)

Pas de Coupe du monde de Fortnite en 2020, une scène compétitive dense mais toujours illisible... Le Battle Royale d'Epic Games a connu une année en ligne lui aussi, mais on a le sentiment que cela aurait été le cas sans pandémie. Les défaillances de l'éditeur n'enlèvent cependant rien au talent des meilleurs joueurs de la planète et l'un d'entre eux est Français : Alexandre « Andilex » Christophe. À 17 ans, celui qui défend les couleurs de MCES sort d'une année pleine. Titré en solo, duo et trio avec des partenaires différents, souvent placé quand il n'est pas sur le podium, il a été le joueur européen le plus régulier de 2020 sur un jeu où il est naturellement difficile de l'être à cause de son côté aléatoire. Champion d'Europe en duo aux côtés de Nathan « Nayte » Berquignol en avril, il regrettera sans doute l'absence de Coupe du monde : il en aurait été l'un des favoris. Et il faudra patienter encore un moment avant la deuxième édition de la compétition... À Andilex de confirmer d'ici là.

lire aussi
Esport - Consultation : élisez vos champions et moments marquants de l'année 2020

Chips et Noi (Commentateurs, League of Legends)

Pendant presque dix ans, Fabien « Chips » Culié et Charles « Noi » Lapassat ont aidé à populariser l'esport sur League of Legends, en France, avec O'Gaming. Fin octobre, juste avant la finale des Mondiaux, ils annonçaient leur départ de cette WebTV qu'ils ont cofondée, suite à de nombreuses divergences d'opinions en interne. Une petite bombe dans le paysage de l'esport francophone. Leur dernier match commenté (la finale) a d'ailleurs été l'un des plus suivis depuis la création de la chaîne Twitch d'O'Gaming (environ 100 000 spectateurs de moyenne). En décembre, « Chips & Noi » ont dévoilé leurs projets pour 2021. Ils continueront de commenter les compétitions de League of Legends sur une nouvelle WebTV : One Trick Production (ou « OTP »). Ce nouveau départ, mi-janvier, devrait être particulièrement scruté.

San Francisco Shock (champion de l'Overwatch League)

L'Overwatch League a probablement été la compétition esportive la plus durement touchée par la pandémie. Pour sa troisième saison, le championnat était censé atteindre sa forme finale et se disputer physiquement aux quatre coins du monde - trois journées de championnat devaient ainsi avoir lieu à Paris. Mais les plans ont forcément changé et tout ou presque s'est déroulé en ligne. Un coup très dur pour les clubs et Blizzard, éditeur d'Overwatch et organisateur d'une ligue critiquée depuis sa création pour ses coûts très élevés (20 millions de dollars la franchise en 2018, année inaugurale).

Mais au milieu de ce marasme, San Francisco Shock a réussi à conserver son titre. Tous jeux confondus et malgré la situation du championnat, la performance est remarquable : garder un trophée majeur d'une année sur l'autre est rare dans l'esport, le club californien a fait face à une concurrence importante, évolué à un haut niveau dans des circonstances particulières et a aussi dû composer sans le MVP de la saison 2019, Jay « sinatraa » Won, parti en avril poursuivre sa carrière sur Valorant. Si un brouillard épais entoure les contours de l'Overwatch League, San Francisco (avec, désormais, un Français dans ses rangs : Brice « FDGod » Monsçavoir) devrait encore être l'un des favoris au titre en 2021.

lire aussi
Esport - Overwatch League : San Francisco conserve son titre

Uzi, sOAZ, Bjergsen et Doublelift, quatre grands noms à la retraite (League of Legends)

Quatre grands noms du circuit professionnel de League of Legends ont décidé d'arrêter leurs carrières en 2020 : Jian « Uzi » Zi-Hao (23 ans, Chine), Paul « sOAZ » Boyer (26 ans, France), Søren « Bjergsen » Bjerg (24 ans, Danemark) et Yiliang « Doublelift » Peng (27 ans, États-Unis). Si Uzi, probablement la deuxième plus grande star de la discipline derrière Faker, a été contraint de le faire pour raisons médicales, Bjergsen et sOAZ (qui ne se ferme pas à l'idée de redevenir joueur en 2022) se sont orientés vers le rôle de coach. Doublelift, champion d'Amérique du Nord avec TSM aux côtés de Bjergsen cet été, présent, comme sOAZ, au plus haut niveau depuis 2011, devrait se tourner vers le streaming. Tous titrés à de multiples reprises, tous des références du jeu, tous très appréciés des fans, ils manqueront à la scène compétitive en 2021.