eSport - eSport : pour Yasin «Nisqy» Dincer (Fnatic Academy), «le PSG est plus fort maintenant»

L'Equipe.fr
Ce dimanche, la section League of Legends du PSG eSports affrontera Fnatic Academy pour une place au tournoi de promotion vers les LCS, objectif numéro un des Parisiens. Mais en face le jeune (18 ans) belge Yasin «Nisqy» Dincer, l'un des favoris du public français, leur promet un gros match.

Ce dimanche, la section League of Legends du PSG eSports affrontera Fnatic Academy pour une place au tournoi de promotion vers les LCS, objectif numéro un des Parisiens. Mais en face le jeune (18 ans) belge Yasin «Nisqy» Dincer, l'un des favoris du public français, leur promet un gros match.Originaire de Bruxelles, ancien membre des structures françaises «Infamous» ou «Melty», Yasin «Nisqy» Dincer (18 ans) est aujourd'hui l'un des joueurs favoris du public français. Après avoir arrêté ses études pour se consacrer à sa carrière de joueur professionnel, il a rejoint Fnatic Academy cette saison et s'apprête à affronter le PSG, ce dimanche, pour une place en tournoi de promotion vers les LCS, la première division européenne sur League of Legends.«Vous avez déjà battu le PSG en saison régulière, vous les retrouvez là, c'est un match particulier pour toi, très lié à la communauté française ?Pour moi ça ne change rien. Tant qu'on gagne (sourire)... Pour le public français peut-être, les gens qui me suivent ont l'habitude de supporter le PSG mais comme je joue pour Fnatic Academy, ils soutiennent mon équipe.Comment as-tu réussi à te mettre cette communauté dans la poche ? C'est le fait d'avoir joué pour des équipes françaises ? D'avoir eu le soutien depuis tes débuts de streamers influents comme «Kotei» ou «Kameto» ?Déjà en France j'étais sans doute le meilleur à mon poste, la midlane. Résultat tout le monde me connaissait pour ça, pour mon niveau de jeu. Après, je prends soin de ma communauté. Je ne fais pas n'importe quoi, je réponds souvent sur les réseaux sociaux... Je veux leur montrer que leur soutien est important pour moi. Quand je n'étais personne, «Kotei» et «Kameto» étaient déjà en train de me faire une réputation. Les gens ont suivi. Je les en remercie pour ça, mais ils le savent. Aujourd'hui ils sont beaucoup à me soutenir et j'essaye de faire de mon mieux pour eux.Fnatic Academy a connu quelques changements depuis le début de la saison, avec la montée de «Broxah» en équipe première notamment... Son exemple te pousse à être performant pour faire comme lui ?Non je n'y pense pas, ça n'est pas mon objectif. Ça m'est un peu égal. Je ne sais pas si j'en aurais envie en plus, si on me proposait là, maintenant, de monter en première. Je m'entends bien avec mon équipe, je m'y sens bien, il y a ce match contre le PSG... Je ne veux pas les abandonner.«Rekkles» (Fnatic) avouait que, quand les deux équipes s'entraînaient ensemble, ça vous (Fnatic Academy) arrivait souvent de gagner. C'est vrai ça ?Oui, quand on avait «Broxah», au tout début, on gagnait la plupart des scrims. Maintenant c'est plus équilibré.Vous vous méfiez plus du PSG aujourd'hui qu'il y a deux mois ?Ça sera plus difficile que lors de notre victoire en saison régulière, oui. Le PSG est plus fort maintenant, nous je pense qu'on est plus ou moins au même niveau. Ils ont changé de toplaner et ont montré de gros progrès depuis. Ça sera un match différent. Mais on a plus de joueurs qui ont l'habitude de la scène, je pense que ça nous donne un avantage.C'était quoi le souci au début pour le PSG ?Ils n'étaient pas décisifs. Ils avaient peur de perdre plus qu'autre chose. Ils ne tentaient pas ce qu'ils pouvaient tenter, étaient trop passifs... Je ne sais pas si c'était la pression mais ils ne jouaient juste pas comme ils s'entraînaient. En scrims contre nous ils étaient hyper agressifs, c'était fort. Et en match officiel ils n'ont pas fait grand chose. C'était ça le souci chez eux pour moi, appliquer en compétition ce qu'ils faisaient à l'entraînement.Qu'est-ce qu'il se passe pour toi si Fnatic Academy se qualifie pour les LCS (une structure ne peut pas avoir deux équipes en première division, ndlr) ? On va y aller par étape, voir comment les choses évoluent. Avant tout, il faut gagner contre le PSG.»League of Legends : L'heure de vérité pour Schalke 04 et le PSG eSportseSport : Schalke 04 éliminé des Challenger Series«Duke» (PSG eSports) : «Nous sommes prêts»

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages