Esport - FIFA - FIFA 21 : les notes du FC Silmi

L'Equipe.fr
·4 min de lecture

En progrès dans le jeu, monté en Division 6 et sur les bases d'une session record ce lundi, le FC Silmi s'est ensuite effondré sous l'effet de l'accumulation des matches dans la nuit, retournant à la case départ en bout de parcours. Cruel. Les notes d'une soirée au goût d'inachevé. lire aussi FIFA 21 : dans les vestiaires du FC Silmi, le club virtuel qui cartonne sur Twitch Élu joueur de la semaine passée pour ses gros progrès d'un lundi à l'autre, celui qui avait gagné le sobriquet de « passoire provençale » au lancement du club a encore proposé une série de bonnes prestations. Il est décisif lors de l'éphémère montée en Division 6 en repoussant deux penaltys notamment. Pourtant bon esprit, comme toujours, la fine fleur du FC Silmi a cependant été à l'origine des petites tensions dans le vestiaire en fin de session. Il a fané lui aussi sous l'accumulation des matches. Le nouveau rempart d'Avignon connaîtra des jours meilleurs. Patron de la ligne défensive, décisif de la tête sur les corners offensifs, Rayou Desolaye est l'un des artisans de la bonne première moitié de session du FC Silmi ce lundi soir. Moins convaincant quand il évolue sur l'aile gauche, il a longtemps croqué avant de surnager quand l'équipe a connu son gros trou d'air. On préfère lui laisser les clés de la défense. Avec une équipe qui commence à mettre le pied sur le ballon, il a été moins en vue que lors des précédentes sessions. Tout de même solide devant la défense, le vétéran a aussi fait honneur à son club en décochant un missile des 25 mètres dès l'entame du match de la montée en Division 6. Toujours vivant, toujours débout, même aux confins de la nuit. Bonne session pour le pilier du FC Silmi. À l'aise techniquement, altruiste, il a quadrillé le terrain, gratté énormément de ballons et n'est pas étranger aux progrès du club dans le jeu. Sa relation avec Luc-Arnaud Posée sur et en dehors du terrain a encore fait des merveilles. Muselé dans sa zone de jeu et par son voisinage, Luc-Arnaud Posée est tout de même monté en puissance au fil de la session grâce à son pied gauche. On le dit impressionnant à l'entraînement sur ses coups francs directs, il n'a pas été récompensé ce lundi soir, touchant les montants à plusieurs reprises. « Un sur deux au fond » ? Il va falloir patienter. Trop souvent oublié par ses coéquipiers sur son côté gauche, il a pourtant plutôt bien exploité ses quelques ballons, délivrant plusieurs passes décisives. Très solide sur ses piges en défense, quand Rayou Desolaye montait d'un cran sur le terrain. Force tranquille, il a su calmer les petites tensions dans le vestiaire. Moins décisif que la semaine précédente dans son couloir, il a tout de même régalé les ultras de quelques « spéciales » du FC Silmi - déboulé côté droit, centre tendu dans les six mètres. Jijou a surtout de nouveau été un précieux leader vocal pour son équipe, tout particulièrement dans les moments durs. En verve, il a toutefois poussé certains coéquipiers, dont son gardien, à bout. Les effets pervers d'une hygiène de vie pas toujours irréprochable à ce niveau de compétition ? Le meilleur joueur du FC Silmi ce lundi soir. Il s'est montré décisif tout au long de la soirée à la pointe du 4-2-3-1, permettant à son équipe de monter en Division 6 en inscrivant les buts du 2-1 puis du 3-1 lors du match de la dernière chance. Toujours fringant au petit matin, il a remobilisé les troupes dans une terrible course au maintien mais il en fallait plus pour se sauver. Un véritable coup de clim'. Trop optimiste en début de soirée quant aux ambitions du club - il visait la Division 5 -, il n'a pas su tenir son vestiaire quand les tensions ont fait surface pour une sombre histoire de fleurs. Peu d'ajustements tactiques en Division 6, alors que l'équipe aurait eu besoin de sang neuf également. On peut lui reprocher l'excès de confiance d'un effectif euphorique avant de s'éteindre, mais on ne peut pas lui demander trop de miracles au sein d'un club qui progresse semaine après semaine. Crédits photos : Eliott le Corre, Clément « Cloumzy » Cellier, Chloé Ramdani