Esport : Les Français à suivre à l'EVO 2022

L'EVO rassemble les amateurs de jeux de combat depuis plus de 20 ans. (Red Bull)

Première édition physique depuis 2019, l'EVO rassemblera l'élite mondiale de neuf jeux de combat, de vendredi à dimanche, à Las Vegas. Même si les Français seront moins nombreux qu'à l'accoutumée, certains font figure de favoris.

Après trois ans d'absence pour cause de pandémie, les fans attendent avec impatience le rendez-vous de l'EVO (Evolution Championship Series) en physique ce vendredi. Mais contrairement aux apparences, les choses ne sont pas encore totalement revenues à la normale. Selon Ken Bogard, animateur et spécialiste des jeux de combat, « la délégation française est beaucoup moins importante cette année ; le tournoi risque d'être très américain. Les fans locaux seront très déçus si les Etats-Unis ne ramènent pas de trophée », a-t-il ajouté en faisant référence aux contraintes qui subsistent. Mais cela n'entamera pas les rêves de trophée pour les Français, selon lui. « On a de très gros espoirs de victoires cette année, notamment sur Street Fighter V et Dragon Ball FighterZ. » Tour d'horizon de ces profils prometteurs.

lire aussi

Street Fighter V, dernier né d'une licence fondatrice

Un Français favori pour le titre sur Street Fighter V

Chaque année, tous les regards se tournent vers la licence historique de Street Fighter à l'EVO : le jeu est la vitrine du tournoi depuis sa création en 1996. Mais depuis, seul un Français a remporté le titre. Il s'agit d'Olivier « Luffy » Hay en 2014 sur Street Fighter IV.

Le compétiteur chevronné sera au rendez-vous, mais les temps ont changé depuis son premier titre : pour Ken Bogard, il n'a pas encore retrouvé le même succès sur le cinquième opus de Street Fighter. « Il n'a jamais arrêté d'être au top niveau sur Street, et il est facilement dans le top 16 mondial aujourd'hui. Mais ce ne sera peut-être pas le gagnant car il a du mal à s'approprier son style sur le dernier titre de la licence ; les mécaniques sont différentes », estime Ken.

Ken Bogard

« Mister Crimson est l'un des meilleurs joueurs au monde aujourd'hui »

À la place, tous les espoirs reposent sur Nathan « Mister Crimson » Massol pour ramener le trophée en France. Il est considéré comme le meilleur joueur d'Europe depuis quelques années et empile les trophées. Le dernier date d'il y a seulement une semaine. Il s'agit du Global Esports Tour, compétition pouvant servir de baromètre pour les résultats de l'EVO dans une certaine mesure, puisqu'une partie des participants sera également à Las Vegas vendredi.

En revanche, la concurrence restera rude pour l'espoir européen, puisque deux adversaires redoutables pourraient lui barrer la route : l'Anglais Benjamin « Problem X » Simon, gagnant de l'édition précédente, et l'Américain Derek « IDom » Ruffin, champion du monde en titre. À suivre.

Wawa sur le toit du monde, Yasha pour la revanche

La France est particulièrement présente sur Dragon Ball FighterZ, et cette année, elle est une fois de plus attendue sur le podium. C'est simple : le champion du monde en titre est Français. Marwan « Wawa » Berthe s'est non seulement emparé du trophée le mois dernier, mais il a aussi survolé la compétition. Il l'a emporté sans concéder un seul set à ses adversaires.

lire aussi

Esport - Dragon Ball FighterZ : le Français Wawa impérial au Mondial

Ce dernier n'est pas seul à être pressenti pour le trophée : « Yasha », dans le top 4 du mondial et sacré champion d'Europe fin 2021, est aussi attendu au meilleur niveau. « L'expérience qu'ils ont accumulée est gigantesque... tellement qu'ils en ont dégoûté certains joueurs américains, et même japonais, » explique Ken Bogard. Dans le top 8, l'animateur s'attend aussi à voir Mohamed « Kayne » Sobti, décrit comme « l'éternel second » : si l'absence de trophées le laisse dans l'ombre de ses deux compatriotes, il peut se targuer d'être monté sur beaucoup de podiums (Heat Wave, Combo Breaker et UFA, pour ne citer qu'eux).

Skyll et Super Akouma, seuls contre tous

Sur Guilty Gear, les chances de titre pour des Français paraissent plus étriquées. Mais Jérémy « Skyll » Bernard pourrait néanmoins créer la surprise. « C'est ni plus ni moins le joueur qui gagne tout en Europe, raconte Ken. Mais ce n'est pas la région la plus forte sur le jeu. La concurrence sera rude puisque c'est le jeu qui a le plus d'inscrits dans le tournoi, avec plus de 2 100 participants. »

Même histoire sur Tekken 7 : Vincent « Super Akouma » Homan est le seul Français inscrit. Mais ce n'est pas n'importe qui : non seulement champion d'Europe en titre, il a aussi a remporté la dernière édition de l'EVO - qui était divisée par régions. Cette fois, il aura une chance de soulever le trophée devant un public. Il arrive comme favori après avoir remporté le dernier Major en date la semaine dernière, à Bruxelles.

Mais aussi...

Même si les Français attirent naurellement les regards, plusieurs talents internationaux méritent l'attention des spectateurs. C'est le cas du champion au parcours atypique Arslan « Arslan Ash » Siddique : « C'est l'un des meilleurs joueurs du monde, ce qui est fou car il est issu du Pakistan, qui est un pays émergent. Ils ont du mal à obtenir des visas et à devenir pros. Mais lui a bouleversé Tekken, il est sorti de nulle part et a donné des leçons à tous les meilleurs joueurs au monde bien installés. Il est multiple champion de l'EVO et du monde, c'est un favori de la compétition. »

Les compétiteurs japonais, généralement très réputés sur les jeux de combat, seront aussi suivis avec attention par Ken Bogard cette année : depuis le début de la pandémie du Covid, ils n'ont été que rarement vus en tournois. Sur les jeux de combat, il est impossible de s'affronter à grande distance à cause de la latence inévitable de connexion, ce qui a forcé les Japonais à s'entraîner uniquement sur leur territoire. L'EVO sonnera donc leur grand retour sur la scène internationale.

En plus des traditionnels jeux de niche comme King of Fighters XV et Granblue Fantasy : Versus, un autre tournoi pourrait lancer le titre esport incontournable de ces prochaines années : « Il n'y aura pas Smash cette année, mais il y aura son équivalent pour Warner Bros : MultiVersus, en parallèle de l'EVO. Il y aura tout de même 100 000 dollars de cashprize alors que le jeu n'est pas encore sorti. Il vient de battre le record des titres de combat les plus joués en simultané, donc il semble plaire beaucoup. Le Top 8 sera diffusé, ça pourrait être intéressant à suivre ! »

Le tournoi pourra être regardé en français sur la chaîne Twitch MGG à partir de la nuit du 5 août.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles