Esport - League of Legends - caPs : « À Malmö, nous serons intouchables »

Favori à sa propre succession en LEC - le championnat d'Europe de League of Legends -, G2 a légèrement peiné le week-end dernier face à Misfits, au premier tour des play-offs. Star du continent, le midlaner danois Rasmus « caPs » Winther revient sur cette victoire et se projette sur la suite. Y compris les Worlds.

« Ça n'a pas été simple pour G2 au premier tour des play-offs contre Misfits (victoire 3-1). Vous vous attendiez à une telle opposition de leur part ?
À première vue je ne dirais pas que Misfits est la principale menace pour nous en play-offs, mais je n'aborde jamais un match en sous-estimant l'adversaire. Honnêtement je ne savais pas trop à quoi m'attendre et je pense qu'ils ont mieux joué que prévu. Nous avons écrasé la première manche, ils ont répondu de la même façon dans la deuxième, les parties suivantes étaient serrées... Je suis curieux de voir ce qu'ils seront capables de faire contre les autres (Misfits jouera contre Fnatic vendredi prochain), dans le loser bracket. S'ils corrigent quelques trucs dans leur jeu ils sont capables de se qualifier pour les Worlds.

lire aussi
Esport - League of Legends : G2 file en demi-finales

Qu'est-ce qui a fait la différence ?
Je pense simplement que nous étions la meilleure équipe des deux. Si nous savons ce que nous voulons faire, si nous nous sentons à l'aise, nous avons l'avantage. La deuxième manche a simplement été une mauvaise partie pour nous, nous avons commis des erreurs. La troisième était très serrée. Généralement nous savons ce que nous devons faire pour nous imposer. Celle-ci n'était pas propre mais nous avons finalement trouvé une façon de prendre le dessus.

Vous avez pris du plaisir à disputer ce match, cette troisième manche notamment ?
Cette troisième partie était vraiment excitante, oui. Les Bo5 ( « best-of-5 ») sont tellement plus appréciables que les Bo1 (en saison régulière les rencontres se disputent en une partie gagnante). Il y a plus d'enjeux d'un coup, en play-offs.

Vous avez vous-même livré une superbe performance individuelle. J'insiste sur cette troisième manche serrée et charnière : vous ressentez quelque chose de différent quand vous disputez ce genre de partie ? Plus de responsabilités peut-être ?
Je ne suis pas sûr... Pour moi, l'état d'esprit est toujours le même. Oui, cette troisième manche était très importante et elle a été déterminante pour le momentum. C'est plus dur quand tu perds ce genre de moment clé. Mais même si nous étions un peu en retard en early, nous avions beaucoup d'options pour l'emporter et nous l'avons montré.

Quand on a gagné autant de fois le LEC comme vous (sept fois titré), est-ce qu'on se lasse de la compétition, sachant que les Mondiaux arrivent ?
Non, chaque saison est différente. Certaines sont plus plaisantes que d'autres à jouer c'est sûr... D'ailleurs je crois que le split que j'ai préféré est celui que j'ai disputé comme adc (rires). Je sais que ça peut paraître étrange, d'autant plus que nous avons joué en ligne (en 2020). Si nous l'avions joué au studio et en public, ça aurait été incroyable pour moi. Plus globalement, aujourd'hui mon engouement pour ces play-offs n'est pas au maximum de ce qu'il pourrait être mais nous venons de commencer. Le niveau va s'élever, nous irons quoi qu'il arrive à Malmö pour les finales et ça sera incroyable à vivre.

Le LEC est toujours un objectif pour vous ? Ou vous voyez la compétition comme une préparation aux Worlds plus qu'autre chose ?
C'est certain que mon principal objectif aujourd'hui est d'être champion du monde. Je joue depuis un moment maintenant et c'est quelque chose que je n'ai pas encore réussi à accomplir. Le LEC, je l'ai gagné quelques fois... Mais la meilleure façon de bien préparer les Worlds c'est d'être bon en play-offs, ici. Bien s'entraîner, bosser la communication, la synergie... Pour gagner le LEC et être prêt pour les Mondiaux, c'est ce qu'on doit faire aujourd'hui.

Vous êtes satisfait du niveau de jeu que vous proposez depuis quelques semaines ? Individuel et collectif ?
Je pense que nous sommes la meilleure équipe d'Europe aujourd'hui, mais ça peut changer. On l'a vu au printemps : nous n'étions pas le favori mais nous avons travaillé dur pour trouver comment nous améliorer et finalement remporter le LEC. À l'heure actuelle nous sommes les meilleurs et nous devons le rester. J'espère qu'on sera capable de proposer un bon niveau de jeu les deux semaines qui viennent. Et puis nous sommes encore dans le winner bracket, il y a un filet de sécurité. Ce serait bien d'aller au bout sans perdre pour une fois (sourire).

lire aussi
League of Legends : le guide de la saison 2022

Vous allez retrouver une grande enceinte à Malmö, trois ans après. C'est un moment que vous attendez déjà ? D'autant plus que c'est proche du Danemark, chez vous...
C'est quelque chose que j'attends pour plusieurs raisons, oui. Le fait de retrouver ce genre d'ambiance déjà, c'est génial. La première finale que j'ai jouée, en Turquie, dans un stade, a été une expérience incroyable. C'est un peu ce qui m'a convaincu de continuer sur cette voie, à devenir joueur professionnel. Je ne suis pas sûr que j'aurais poursuivi sans cette motivation. C'est vraiment différent, à part, de jouer dans ces conditions, cette atmosphère. Ça m'a vraiment manqué ces dernières années. Retrouver cela plus le fait que ça soit si proche de là où j'ai grandi, de ma famille... Beaucoup de mes proches seront là et je n'ai pas l'occasion de les voir souvent. Ça va être bien et cela signifie beaucoup pour moi.

C'est dans ces conditions que vous brillez le plus ? On doit s'attendre à voir le meilleur de caPs à Malmö ?
Clairement. Je crois que... (il rit) Je ne dirai pas que je suis sûr à 100 % que nous gagnerons contre Rogue le week-end qui vient. Nous pouvons perdre, c'est possible. Mais à Malmö... J'ai vraiment le sentiment que nous serons intouchables. Nous pouvons lâcher une manche, mais pas un match. J'en suis persuadé. Sur cette scène, nous allons monter d'un cran. »