Esport - League of Legends : la douzième édition des Worlds s'élance de Mexico

Ivan « Razork » Martinez et Martin « Wunder » Hansen disputent le avec Fnatic. (K. Bashkirov/Riot Games)

La douzième édition des Mondiaux de League of Legends démarre dans la nuit de jeudi à vendredi, à Mexico, avec un tour préliminaire plus relevé que jamais, qui pourrait bien s'avérer dangereux pour les équipes européennes.

Pour le mois à venir, les fans d'esport du monde entier devront régler leur réveil à l'heure américaine. Dans la nuit de jeudi à vendredi (à partir de 22 heures), les incontournables Worlds de League of Legends démarrent à Mexico, avec un tour préliminaire, amuse-gueule avant le vrai début des festivités. Au cours de cette phase de « play-in », douze équipes vont se distribuer les quatre tickets restants pour le tournoi principal de cette douzième édition, qui se tiendra du 7 octobre au 15 novembre aux États-Unis. Parmi elles, deux représentants européens, MAD Lions et Fnatic, qui devraient avoir fort à faire pour s'en sortir intacts.

Un play-in hyper relevé


Jamais dans la riche histoire des Mondiaux un play-in n'a semblé aussi dense. La mise en pause pour une durée indéterminée de la ligue d'Europe de l'Est, à cause de la guerre en Ukraine, a en effet complètement rebattu les cartes : cette année, cinq équipes des ligues majeures (Chine, Corée du Sud, Europe et Amérique du Nord) prennent ainsi part à cette phase préliminaire. Un gros nom devrait donc forcément rester à quai, voire plus, si les champions des ligues mineures (Brésil, représenté par LOUD, structure très populaire en son pays, Océanie, Turquie...) créent la surprise.

Fnatic, préparation tronquée


Troisième du dernier Championnat d'Europe, Fnatic semblait parfaitement armé pour accéder tranquillement au tour principal. Mais la malchance s'est abattue sur le quintet orange et noir, dont deux des joueurs - Elias « Upset » Lipp et Zdravets « Hylissang » Galabov - ont été testés positifs au Covid-19 au moment de prendre l'avion pour le Mexique. Pour ses premiers matches, l'équipe va donc évoluer sans repères, faute d'entraînement, et avec un remplaçant pour son premier match - Ruben « Rhuckz » Barbosa -, comme elle avait déjà été contrainte de le faire l'an passé. L'espoir reste tout de même de mise dans un groupe à sa portée, où son principal adversaire sera Evil Geniuses (Amérique du Nord).

MAD Lions, en terrain miné


La tâche s'annonce plus ardue pour les MAD Lions, placé dans le même groupe que les deux poids lourds de ce play-in : les Sud-Coréens de DRX et les Chinois de RNG, vainqueurs du Mid-Season Invitational en mai dernier. Quatrièmes du championnat d'Europe cet été, ils ont décroché leur ticket pour les Mondiaux sans gagner le moindre Bo5 (rencontre au meilleur des cinq manches), ce qui leur a valu de nombreuses critiques des observateurs. Emmenés par leur MVP Yasin « Nisqy » Dincer, ils ont donc beaucoup à prouver sur ce premier tour, surtout face aux équipes asiatiques, qui devraient cette année encore être un cran au-dessus de la concurrence.

lire aussi


Esport - Le guide League of Legends été 2022 : MAD Lions

Mexico, première


Après deux années de restrictions et de bulles sanitaires, pour cause de pandémie mondiale, les Mondiaux vont à nouveau s'ouvrir au public. Pour la première fois, une partie de la compétition se tient au Mexique, où les spectateurs devraient donner de la voix pour l'équipe locale, Isurus. Arrivés cette semaine à Mexico, les participants ont déjà pu se jauger sur un serveur en ligne qui leur est dédié, même si les conditions d'entraînement n'ont pas l'air idéales pour tout le monde : sur leurs réseaux sociaux, les joueurs Fnatic se sont déjà plaints du matériel mis à leur disposition par les organisateurs... Selon leurs résultats du premier jour, la polémique pourrait bien prendre de l'ampleur.