Esport - League of Legends : DRX arrache son premier titre mondial

Les Sud-Coréens de DRX ont remporté samedi une incroyable finale. (Colin Young-Wolff/Riot Games)

Les Sud-Coréens de DRX ont remporté leur premier titre de champions du monde de League of Legends tôt ce dimanche matin, à San Francisco. Un succès acquis au terme d'une finale complètement folle contre leurs compatriotes de T1 (3-2).

Il faudra de très, très longues minutes au public estomaqué du Chase Center de San Francisco pour s'en remettre. Sur la scène centrale, les Sud-Coréens de DRX viennent de compléter leur parcours fou aux Mondiaux de League of Legends en remportant tôt ce dimanche matin heure française une finale au moins aussi invraisemblable que leur tournoi jusqu'ici (3-2). Après plus de 4h30 de match et une ultime manche dingue dans son scénario elle aussi, eux-mêmes peinent à réaliser. Personne ne profite vraiment, tout le monde essaye d'intégrer ce qui vient de se passer.

En face de DRX, leurs adversaires et compatriotes de T1 sont effondrés. Favoris, Sang-hyeok « Faker » Lee, star de sa discipline en quête d'une quatrième couronne, et ses jeunes coéquipiers restent prostrés. Min-seok « Keria » Ryu, en pleurs, semble inconsolable. De la finale la plus incroyable en 12 ans d'existence des Mondiaux, ils en resteront comme les perdants.


DRX, la meilleure équipe des deux

Ils l'avaient pourtant parfaitement entamée : plus tranchants, ils ne laissaient aucune chance à DRX dans la première manche et laissaient même penser que la rencontre ne s'éterniserait pas. Grave erreur... Le match prenait en effet une tournure radicalement différente dès la deuxième. Enfin entré dans sa finale, DRX offrait du répondant à T1 et parvenait à égaliser grâce à quelques teamfights mieux maîtrisés et un duo Kingen (Seong-hoon Hwang) - Zeka (Geon-woo Kim) très au point.

L'équipe passée par le Play-In, tour préliminaire des Mondiaux, a souvent donné l'impression de progresser match après match dans la compétition. Elle renvoyait la même image en finale. Même si T1 reprenait la main après une troisième partie remportée grâce à deux vols de Nashor miraculeux, DRX était désormais clairement la meilleure formation des deux. Elle le prouvait lors de la suivante, facilement maîtrisée cette fois, pour revenir à 2-2.

Au-delà des différentes histoires qui entouraient cette finale et de son scénario imprédictible, elle restera probablement un long moment comme l'une des plus grandes grâce à sa cinquième manche. Indécise, sur un fil, d'une tension palpable dans l'enceinte pleine à ras bord, elle voyait les deux équipes se renvoyer la balle comme si elle ne devait jamais choisir un vainqueur. Malgré un troisième vol de Nashor de la part de T1 et une tentative désespérée de faire de même avec la partie, DRX s'imposait enfin après un dernier teamfight au Dragon Ancestral, avant de courir tout droit sur la midlane pour enfin clore ces Worlds 2022.


Deft, la belle histoire

Sous-estimée depuis les débuts du tournoi, il y a un mois, la formation de DRX est ainsi devenue la première à s'imposer en étant passée par la case Play-In. Surtout, elle a écarté en phase finale le champion en titre (EDG, en quarts), le favori annoncé (GenG, en demies) et le plus titré (T1) en faisant affirmer à la majorité des observateurs à chaque tour qu'elle n'irait pas plus loin.


lire aussi

League of Legends : T1 - DRX, en finale des Worlds Deft et Faker bouclent une histoire commune

Si Faker a manqué l'occasion de creuser un peu plus son avance en haut de la hiérarchie des plus beaux palmarès de l'esport, son double dans cette finale (même âge, 26 ans, même année de débuts professionnels, 2013...), Hyuk-kyu « Deft » Kim, jamais titré aux Worlds auparavant, a lui enfin réalisé son rêve. À San Francisco, la belle histoire a pris le pas sur la plus grande.