Esport - League of Legends : G2 et Vitality, débuts parfaits en LEC

G2 a été l'équipe la plus impressionnante de la première semaine du LEC. (Michal Konkol/Riot Games)

G2 et Vitality, avec son jungler chinois Yang-Bo « Bo » Zhou, sont les deux seules équipes invaincues après les trois premières journées du LEC, le championnat EMEA (Europe, Moyen-Orient, Afrique) de League of Legends. Pourtant attendus, Fnatic et Excel ont connu des débuts plus difficiles.

L'équipe de la semaine : G2G2 aurait pu tout rafler dans ce récapitulatif. Le match de la semaine (une domination absolue contre Fnatic), le joueur aussi (Steven « Hans sama » Liv, Martin « Yike » Sundelin...) mais c'est l'ensemble qu'on retiendra après ce lancement du LEC - le championnat EMEA de League of Legends. On le savait, sur le papier, cette équipe a de quoi dominer l'Europe et offrir de l'espoir à la région sur le plan international. Il fallait le prouver sur le terrain et G2 n'a pas traîné. Dès le match d'ouverture contre Excel, pourtant une équipe au potentiel important en LEC, la formation du Français Hans sama a montré qu'elle serait très dure à abattre cette saison.

lire aussi : Le guide de la saison 2023 sur League of Legends

Avec un jeu très offensif, voire carrément étouffant, une capacité à jouer partout sur la carte, un très faible nombre d'erreurs et un Yike, rookie, déjà au niveau de ses coéquipiers beaucoup plus expérimentés que lui, G2 n'a laissé aucune chance à ses trois adversaires de la semaine. Pourtant un choc du LEC, l'affrontement face à Fnatic a tourné à la démonstration. La troisième rencontre, contre Astralis, a permis à l'équipe d'exposer sa capacité à être flexible en draft. Tout y est déjà et il est difficile de ne pas s'enflammer devant ce qu'a proposé G2 en ouverture. Il faudra confirmer, certes, mais cette équipe a de l'avance.

lire aussi : Esport - League of Legends - Hans sama : « Mon heure viendra »

Le match de la semaine : Fnatic - VitalityBDS et Excel ont offert une partie très plaisante lundi soir, pleine de rebondissements... Mais la rencontre entre Fnatic et Vitality, conclusion de la journée d'ouverture du LEC, probablement aussi divertissante, était plus attendue. D'un côté, le retour de Martin « Rekkles » Larsson là où il a connu tous ses succès ; de l'autre, les premiers pas du jungler chinois Yang-Bo « Bo » Zhou, grande curiosité de la ligue en ce début de saison. Les deux équipes sont ambitieuses et présentent des effectifs qui doivent viser le haut du tableau : sur le papier, c'est l'un des premiers chocs du championnat.

lire aussi : Le guide de la saison 2023 : Fnatic

Et s'il démarrait très fort pour Vitality et sa nouvelle star asiatique (avec un gank d'entrée et une première élimination... sur Rekkles), il basculait petit à petit du côté de Fnatic grâce à l'excellente réponse d'Ivan « Razork » Martin dans la jungle et aux quelques erreurs successives du club français. Les abeilles restaient toutefois au contact, à la faveur d'une excellente prestation de son rookie sud-coréen Gyu-tae « Photon » Kyeong sur Jax.

C'est lui, avec Bo, qui inversait la tendance suite à une faute de jugement de Marek « Humanoid » Brazda quand Fnatic semblait pourtant avoir fait le plus dur. Un premier teamfight remporté grâce aux mouvements sans faute du duo, un autre après une superbe inspiration de Luka « Perkz » Perkovic sur Ryze, et Vitality démarrait sa saison par un succès. Au-delà du scénario renversant, les deux équipes, ont proposé un style de jeu agressif et plutôt inspiré malgré les quelques bévues, qui laisse augurer de bonnes choses. Vitality a d'ailleurs largement confirmé en remportant tous ses matches. Débuts plus difficiles pour Fnatic et son calendrier infernal (G2 puis KOI, dimanche et lundi), mais la semaine s'est achevée par un succès.

Le joueur de la semaine : Yang-Bo « Bo » ZhouBo était la curiosité du LEC. Vendu par beaucoup comme un crack, il en avait le profil de par son style agressif, son passé en Chine et ses performances récentes en ligne... mais à l'image de G2, il fallait assumer en match officiel. Il ne lui a pas fallu longtemps. Auteur d'un début solide contre Fnatic, ponctué d'un gank très tôt dans la partie, comme s'il fallait marquer son entrée, et d'une action décisive jouée à la perfection après une erreur d'Humanoid, le jungler chinois a enchaîné contre Team Heretics puis, surtout, MAD Lions.

lire aussi : Esport - League of Legends - Bo : « Il faut être agressif à haut niveau »

Très à l'aise avec son midlaner Luka « Perkz » Perkovic, mécaniquement au-dessus du lot, il semble également déjà prendre de l'importance dans la communication, avec des mouvements parfaits autour du Nashor dimanche et lundi soirs. Bo, comme ce G2, c'est du pur divertissement, ce pour quoi on regarde du League of Legends compétitif. S'il est toujours invaincu en ligue majeure (13 victoires), tout le monde attend désormais la suite... et une confirmation.

Mais aussi...MAD Lions a montré beaucoup de belles choses face à SK Gaming et Astralis, moins contre un Vitality inspiré ce lundi soir, mais il faudra compter avec l'équipe du Belge Yasin « Nisqy » Dinçer cette saison. Même bilan de deux victoires et une défaite pour KOI - ex-Rogue - et son effectif où évoluent encore quatre champions d'Europe en titre. Débuts timides toutefois, avec une partition gâchée lors de la défaite face à Fnatic.

Si Excel présente un gros effectif en LEC cette saison, le démarrage a été difficile. Après deux défaites assez logiques contre G2 et KOI, l'équipe de Vincent « Vetheo » Berrié a tremblé contre BDS. Early game difficile, botlane dans le dur : il y a beaucoup de travail, comme l'a dit le midlaner français en interview d'après match. Pour son adversaire du lundi soir et sa cohorte de Tricolores, il y a des regrets de commencer par une seule victoire. Mais le club suisse a offert trois performances intéressantes. À suivre.

lire aussi : Le Guide de la saison 2023 : KOI

Team Heretics et SK Gaming démarrent avec un seul succès également, mais au-delà du même bilan négatif que certains ce duo a montré plus de lacunes et un niveau de jeu irrégulier voire incertain. Même constat, en pire, pour Astralis et ses trois défaites. Dans ce format punitif (neuf journées de championnat seulement, deux équipes hors course après trois semaines de compétition), c'est déjà dangereux.

Le classement du LEC