Esport - League of Legends : T1 et Faker de retour en finale des Worlds

Sang-Hyeok « Faker » Lee et T1 joueront une nouvelle finale de Worlds. (Fernando Decillis/Riot Games)

Menés par l'éternel Sang-Hyeok « Faker » Lee, les Sud-Coréens de T1 se sont qualifiés pour leur cinquième finale des Mondiaux de League of Legends. Dans la nuit de samedi à dimanche, à Atlanta, ils ont écarté les Chinois de JDG au terme d'un match d'une très grande qualité (3-1).

Le club de T1 et sa star Sang-Hyeok « Faker » Lee disputeront samedi prochain une cinquième finale (trois victoires pour l'instant, en 2013, 2015 et 2016) de Worlds de League of Legends, en douze éditions. Dans la nuit de samedi à dimanche, au coeur de la State Farm Arena d'Atlanta, les Sud-Coréens ont écarté les Chinois de JDG dans la première rencontre très attendue du dernier carré (3-1) de la compétition.

Pourtant, ce sont bien les joueurs de JDG qui frappaient les premiers : au bout d'une partie serrée, d'un très haut niveau technique et collectif qui donnait le ton de l'affrontement, l'ultime représentant chinois face aux trois équipes sud-coréennes encore en lice prenait le match en main. Jia-Hao « 369 » Bai surclassait Woo-Je « Zeus » Choi sur la toplane, Jin-Hyeok « Kanavi » Seo dominait la jungle et Qi « Yagao » Zeng livrait une prestation quasi parfaite pour dompter T1 après une série de teamfights sur un fil.

Mais comme depuis le début du tournoi, les Sud-Coréens s'adaptaient et répondaient parfaitement dans la manche suivante, en imposant un gros rythme à JDG grâce au champion signature de Faker sur sa midlane : Ryze. Baladés, les Chinois allaient l'être à nouveau dans la troisième partie, notamment par la botlane de T1, en mission sur le duo Lucian-Nami et très supérieure à ses adversaires directs. Min-Seok « Keria » Ryu, le support des triples champions du monde, a été un facteur clé du succès de son équipe.


lire aussi

Esport - League of Legends : entre l'Asie et l'Europe, un écart qui se creuse

Une victoire qui interviendra au terme d'une quatrième manche expédiée : si JDG adaptait sa draft en écartant les champions forts de T1, les choix d'une formation chinoise probablement touchée mentalement par son impuissance face au jeu sans faille des Sud-Coréens ne payaient pas. Après avoir longtemps offert une belle résistance, JDG s'effondrait et laissait son opposant rejoindre la finale. La fin d'une série pour la LPL (la ligue chinoise), qui n'avait pas raté de match pour le titre depuis 2017.

Cinq ans après une défaite terrible au Nid d'Oiseau de Pékin, Faker « l'ancien » (26 ans, six de plus que ses coéquipiers les plus âgés après lui), star incontestée de la discipline, aura lui l'occasion de remporter une quatrième couronne et rentrer un peu plus dans la légende. T1 avec lui. Encore impressionnant à Atlanta, il incarne parfaitement, par son histoire ou ses performances, ce qui rend League of Legends si excitant à regarder au plus haut niveau. Joué comme il l'a été entre T1 et JDG ou la semaine dernière (DAMWON - GenG et EDG - DRX, lors des quarts) le jeu est un formidable vecteur d'émotions.

Quoi qu'il en soit, le titre mondial reviendra à une équipe sud-coréenne : la deuxième demi-finale, dans la nuit de dimanche à lundi (dès 23 heures), verra s'opposer GenG et DRX. Les premiers sont largement favoris et deux de ses joueurs étaient déjà là, en 2017 : Wang-Ho « Peanut » Han, alors coéquipier de Faker, et Jae-Hyuk « Ruler » Park, sacré en Chine. À San Francisco, dans une semaine, la finale des Worlds pourrait bien ressembler à une réunion entre vieilles connaissances.