Esport - LoL - Esport - League of Legends : « En Chine, la LPL ne se limite plus à l'esport »

L'Equipe.fr
L’Equipe

Grâce au succès de FunPlus Phoenix dimanche, la Chine est désormais double championne du monde de League of Legends en titre. Pas franchement une surprise si on se fie à la structuration de sa ligue locale, en avance sur toutes ses concurrentes.Invictus Gaming en 2018, FunPlus Phoenix en 2019 : si la Chine a longtemps peiné dans sa quête de titre mondial sur League of Legends, la LPL (pour League of Legends Pro League) est désormais la plus puissante de la planète, après deux sacres de suite. « Elle a entre trois et cinq ans d'avance sur toutes les autres », confiait John Needham, le boss de l'esport chez Riot Games (l'éditeur du jeu), il y a quelques semaines. Avant d'assurer qu'en Chine, « League of Legends est le troisième sport le plus suivi derrière le football et le basketball ».Esport - League of Legends : Worlds 2019, un goût d'inachevéSi l'on se fie aux quelques chiffres à disposition - 40 000 personnes dans le Nid d'Oiseau de Pékin pour la finale des Worlds en 2017, des dizaines de millions de spectateurs devant la victoire d'Invictus Gaming il y a un an... - et aux images du retour des joueurs de FunPlus Phoenix en Chine, on a tendance à le croire.Esport - League of Legends : FunPlus Phoenix écrase G2 Esports et remporte le titre mondialJin « Bobby » Yibo, co-PDG de TJ Sports, coentreprise créée par Tencent et Riot Games essentiellement pour gérer l'esport sur League of Legends en Chine, était présent à Paris, dimanche, pour la finale entre FunPlus Phoenix et G2 Esports. Il évoque les raisons du succès de la LPL.« À quel point la LPL est une ligue importante en Chine ?Elle est très populaire et ne se limite plus à l'esport. L'objectif c'est de faire en sorte qu'elle devienne aussi importante qu'un sport majeur. On ne veut plus seulement toucher les joueurs de League of Legends et les jeunes, mais aussi le grand public. En termes de popularité, je pense que la ligue n'est pas loin du niveau de la Coupe du monde de football ou de la NBA. Même si ces compétitions touchent des audiences plus larges et des tranches d'âges plus variées.Comment expliquez-vous cette popularité ?Nous avons beaucoup de joueurs, mais on a surtout énormément de plateformes sur lesquelles on peut s'appuyer. En Chine, l'esport ne se limite pas à une diffusion en ligne. C'est aussi sur certaines chaînes de télévision, dans les bars... (Il sort son téléphone et lance une diffusion en direct montrant des centaines de Chinois devant des écrans géants diffusant la finale des Mondiaux de LoL) Ça, c'est en ce moment, à l'Université des Sports de Wuhan.La LPL paraît très en avance sur les autres ligues...J'aimerais bien pouvoir partager avec les autres Championnats majeurs de League of Legends à travers le monde l'expérience que nous avons accumulée. C'est notre objectif. Maintenant, il y a de grosses différences entre nous. En Chine, LoL est un jeu très accessible et nous faisons en sorte que tout le monde puisse y jouer ou le connaître. Sa popularité n'est pas comparable ailleurs. De plus, Tencent (puissante entreprise chinoise spécialisée dans les services internet, maison mère de Riot Games, l'éditeur de League of Legends) est basé en Chine. Son réseau ici n'a pas d'équivalent en Europe ou ailleurs dans le monde.L'appui de Tencent est décisif ?Tencent est un grand groupe. Il possède des filiales, des installations partout dans le pays. League of Legends appartient à Tencent et partage ce même réseau. Forcément, c'est un atout immense.Les résultats de RNG, d'Invictus Gaming l'an dernier et de FunPlus Phoenix cette saison ont aidé la LPL à grandir ?L'esport est un sport, alors obtenir des résultats est très important. C'est beaucoup de pression. Pendant longtemps, la Chine n'était pas une région performante. Depuis l'an dernier, les choses se sont améliorées. La victoire d'Invictus Gaming a donné de la confiance à tout le monde et poussé les gens à s'intéresser à la LPL. C'est essentiel d'aller voir toujours plus loin et de faire en sorte que la discipline ne se limite pas à son milieu pour grandir. Pour la Chine, gagner une compétition comme les Worlds est très important dans cette optique.Vous avez signé un gros contrat avec Nike également, qui équipe les clubs de la ligue...Travailler avec une référence comme Nike, ça prouve qu'il y a une reconnaissance du milieu. Si on ne communique pas le montant du contrat, il s'étend sur quatre ans. Pour le moment on a peu de chiffres à donner parce que les équipements sont encore réservés aux équipes.Esport - League of Legends : Nike mise gros en ChineVous êtes une ligue majeure du sport chinois, plusieurs équipes ont déjà leurs propres stades, vous avez remporté les deux dernières éditions des Worlds... Quelle est la suite pour la LPL ?Cela fait seulement deux ans que nous existons dans ce format de ligue franchisée. Six équipes sur dix-huit auront leur stade en 2020. Nous sommes déterminés à continuer de grandir, notamment sur le côté domicile-extérieur, mais on prend les choses avec prudence. Nous ne voulons pas aller trop vite. On va consolider ce que nous avons déjà bâti, réfléchir et poursuivre notre développement progressivement.Les Mondiaux 2020 auront lieu en Chine, pour les dix ans de la compétition. À quoi devons-nous nous attendre ?Nous sommes encore dans la phase de conception, on y réfléchit. Mais on avait déjà accueilli la compétition en 2017 et nous voulons faire quelque chose d'encore plus important. On va considérer les Worlds comme d'autres grandes compétitions organisées en Chine, les sortir du cadre de l'esport. »

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi