Esport - LoL - Esport - League of Legends - Armut : « Nous penserons aux Worlds une fois le LEC terminé »

·4 min de lecture

Rogue-Fnatic ce samedi soir, le vainqueur face à MAD Lions dimanche : le championnat d'Europe de League of Legends s'achève ce week-end. Tenants du titre, Irfan Berk « Armut » Tükek et MAD Lions seront les favoris à leur propre succession.

Le championnat d'Europe de League of Legends (LEC) connaîtra son nouveau champion dimanche soir. Ce samedi (dès 17 heures), une demi-finale unique opposera d'abord Rogue et Fnatic. Deux formations au jeu agressif, notamment lors des débuts de manches, dont le duel paraît indécis. Si Rogue a fini la saison régulière à la première place du classement, Fnatic monte en puissance et arrive en confiance après avoir écarté G2 le week-end dernier.

lire aussi
Esport - League of Legends : MAD Lions défendra son titre européen

Mais quel que soit le vainqueur, il ne sera pas favori face au tenant du titre MAD Lions, qui attend patiemment en finale (dimanche, dès 17 heures) et dont les joueurs rêvent de doublé après leur succès au printemps. Irfan Berk « Armut » Tükek, le toplaner turc de la formation, en premier lieu.

« Vous avez battu Rogue 3-0 le week-end dernier, pour atteindre la finale. Le match a été plus serré que ce que le score laisse penser, mais moins qu'attendu...
Irfan Berk « Armut » Tükek : Je m'attendais à plus de résistance oui. Nous avions jusqu'à 11 000 golds de retard pendant la troisième manche. Mais ils n'ont pas bien géré cette avance. La deuxième partie a été serrée également. Malgré le score, c'était plus difficile qu'il n'y paraît. Rogue a du mal en mid-game, tout particulièrement quand ils ont de l'avance. Ils n'arrivent pas bien à snowball et c'est notre force. Si nous avons de l'avance, nous avons de grandes chances de l'emporter parce que nous jouons mieux la carte : nous prenons les objectifs un par un et nous terminons la partie. Rogue a plus de mal à jouer propre. Notre macro est meilleur en mid-game, c'est pourquoi nous avons gagné contre eux.

Beaucoup vous considèrent aujourd'hui comme la meilleure équipe d'Europe.
J'ai toujours pensé que G2 était notre plus gros adversaire cet été. Au printemps, c'était Rogue. Je ne sais pas si nous sommes les meilleurs aujourd'hui mais nous travaillons vraiment bien.

Vous vous voyez comme une grosse équipe ?
Même si nous perdons, nous ne lâchons rien. Nous croyons toujours en nos chances de victoire, peu importe la situation. S'il faut remonter un gros déficit, nous essayons. Garder cet état d'esprit est important. Nous sommes également très proches les uns des autres, nous essayons de prendre du plaisir à jouer ensemble et c'est ce qui fait de nous une bonne équipe.

Après le MSI (tournoi international de mi-saison), vous étiez fatigués, en burn-out, et ça s'est vu à la reprise du championnat. Du moins les premières semaines. Comment êtes-vous parvenus à vous relever ?
Je me connais mieux que quiconque. Après le MSI j'étais épuisé, à cause du calendrier très serré. J'ai vite compris que si je me mettais à travailler à fond dès le début du segment d'été, j'aurais atteint les play-offs en étant perdu, faible. Nous avons décidé que la meilleure chose à faire était, pendant quatre, cinq semaines, de se reposer, de ne pas se donner à 150 %. Jouer pour gagner bien sûr, mais ne pas trop en faire pour arriver en forme en fin de saison. Ça a bien marché pour moi, je suis content d'avoir eu le soutien de l'équipe dans ce choix.

Avez-vous le sentiment d'approcher de votre pic de performance ?
Je suis très motivé mais loin de mon pic ! J'ai encore une belle marge, beaucoup à apprendre. Je sens que je peux être meilleur. C'est une question de temps aussi, d'expérience. Je dois apprendre des autres. Je pense que je fais ce qu'il faut, que je m'améliore, mais je ne suis pas au maximum de ce que je peux faire.

Parce que vous êtes déjà champions d'Europe en titre, votre regard est tourné vers la fin du LEC ou les Worlds ?
Je pense plus à la finale parce qu'aujourd'hui gagner les Mondiaux paraît très compliqué (rire). Le LEC, nous pouvons y arriver. Nous y sommes presque, à nouveau. Le présent c'est ce championnat d'Europe. Nous penserons aux Worlds une fois le LEC terminé.

Qu'est-ce qui pourrait vous faire perdre ce titre ?
Nous avons encore quelques difficultés en early-game, qui a une importance capitale sur le déroulé de la partie aujourd'hui. Prenez deux formations à peu près similaires, l'early-game définira beaucoup de choses dans leur affrontement. Si une bonne équipe prend de l'avance en début de partie, elle parviendra à snowball jusqu'à la victoire. Si nous perdons nos early en finale, nous pourrions la perdre. »

Le programme du week-end
Demi-finale : Rogue - Fnatic, ce samedi soir dès 17h
Finale : MAD Lions - Rogue ou Fnatic, dimanche soir dès 17h

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles