Esport - Lol - Esport - League of Legends - Jezu : « Pour le moment, on n'a vraiment pas le niveau »

·5 min de lecture

Cinq défaites pour zéro victoire : la reprise du LEC, le championnat d'Europe de League of Legends, est compliquée pour SK Gaming, l'équipe de Jean « Jezu » Massol, qui a opéré beaucoup de changements à l'intersaison. Le Français tente d'expliquer cette mauvaise passe.

« Vous terminez cette deuxième semaine avec deux défaites et vous n'avez toujours pas gagné depuis la reprise. Comment expliquez-vous ce début difficile ?
Jean « Jezu » Massol : C'est assez simple. Il y a eu beaucoup de changements dans l'équipe, ça a modifié les dynamiques... En plus de ça, Ersin « Blue » Gören a été malade pendant deux semaines, ce qui fait qu'on a moins pu s'entraîner que les autres. Sur nos cinq parties perdues, il y en a trois où on domine au début mais où l'on échoue à concrétiser lors des combats d'équipe, alors que c'était une de nos grandes forces au segment de printemps. Erik « Treatz » Wessén prenait beaucoup nos décisions avant et, là, avec son nouveau rôle, il ne peut plus vraiment le faire. Jesse « Jesiz » Le (son remplaçant) a vraiment un profil différent. C'est à toute l'équipe de s'adapter, ça prend du temps. Je trouve qu'il y a de l'évolution, qu'on commence à progresser.

Avec l'enchaînement de défaites, on sent aussi un manque de confiance...
Oui, peut-être. Pour Jesiz, c'est la reprise (après une année en tant que coach). Il s'attendait à être directement un très bon joueur et peut-être qu'il a un peu plus de mal que prévu. C'est compliqué, mais on fait ce qu'il faut pour s'améliorer et travailler tous ensemble. Au segment précédent, on avait aussi eu cinq défaites de rang et ça ne nous a pas empêchés de faire les play-offs. Forcément, c'est dur. On a plus trop le droit à l'erreur et il va falloir élever notre niveau très vite, parce que pour le moment, on n'a vraiment pas le niveau pour aller en play-offs. Il va falloir un déclic et du travail.

Pendant l'intersaison, vous avez opéré beaucoup de changements. Comment vous l'avez vécu personnellement ?
Au début, c'était un peu effrayant mais on a fait ça pour devenir une meilleure équipe, vu qu'avec Kristian « TynX » Ostergaard Hansen, ça ne marchait pas trop. Il n'avait pas la même vision du jeu que les quatre autres. Mettre Treatz, qui est une grosse voix, en jungle et faire rentrer Jesiz, qui a de l'expérience, sur le papier, c'est une bonne idée. Avec Blue, on était un peu réticents au début, mais on a accepté parce qu'on pensait que ça pouvait faire quelque chose, on en était convaincus. On ne s'attendait pas à faire 0-5, c'est un peu dur...

Dur, parce que ça ne reflète pas vos résultats à l'entraînement ?
(Il hésite.) Ça ne marche pas très bien en entraînement non plus, je ne vais pas mentir et dire le contraire. On a un peu les mêmes soucis, ceux qu'on traîne depuis un moment : les combats d'équipes. J'essaie de prendre un nouveau rôle en ce moment, dont on a besoin. Je veux être une voix qui peut donner des directions pendant les fights. Mais ça prend du temps, parce que je n'avais pas du tout cette fonction auparavant...

Vous aviez déjà joué ensemble avec Jesiz, votre nouveau duo sur la botlane, auparavant, ou vous partiez de zéro ?
On partait de rien. Lui connaît mon style de jeu et ma personnalité, vu qu'il m'a entraîné pendant une demi-saison. On accroche très bien, même en jeu, mais forcément il faut qu'on arrive à se mettre au niveau, parce que les autres duos ont un segment en commun de plus que nous. Je pense qu'on ne s'en sort pas si mal. C'est juste que, comme il l'a dit lui-même précédemment en interview, il est un peu nerveux et à certains moments c'est compliqué.

Vous présentez vos changements comme une « bonne idée », mais ils ont été assez mal reçus par la communauté, qui a été assez critique. Vous comprenez ces réactions ?
C'est tout à fait normal et compréhensible. On prend un support qui joue bien pour le foutre dans la jungle et on fait rentrer en jeu notre coach ? Dit comme ça, ça a l'air aberrant. Mais si on l'a fait, c'est parce qu'on pensait que c'était le mieux, ça a été réfléchi par tous les membres de l'équipe, le staff. Je pense qu'on est quand même les mieux placés pour savoir ce dont l'équipe a besoin. Après, ça peut être une erreur, mais la saison n'est pas terminée.

Au cours de votre carrière, vous n'avez jamais eu de débuts aussi compliqués, pouvant potentiellement déboucher sur une saison galère... Ça vous fait peur ?
Honnêtement, je ne m'en sors pas trop mal, j'arrive à garder un bon état d'esprit. Je ne suis pas encore à me dire « C'est complètement perdu, on peut lâcher ». Ça me motive. À chaque défaite, je m'empresse d'aller m'entraîner en solo. Ça me fait sortir de ma zone de confort de chercher des solutions et de m'adapter aux besoins de l'équipe. Mais oui, c'est la première fois que ça se passe comme ça...

Vous avez déjà perdu contre Misfits, Astralis, Schalke 04, des adversaires à votre portée... Comment vous voyez-vous par rapport à vos concurrents dans la course aux play-offs ?
Astralis ont été les plus impressionnants, parce qu'on ne s'attendait pas à ce qu'ils remontent avec l'avance qu'on avait, même si c'est notre faute. Ce qui est frustrant c'est d'être devant à chaque fois et de se faire remonter. Si on parvient à s'améliorer et à gratter des victoires, là oui on pourra dire que ce sont nos concurrents et qu'on joue les play-offs. Mais pour l'instant, on est juste derrière.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles