Esport - LoL - Esport - League of Legends - Caps : « Jouer dans ces conditions, c'est un luxe »

L'Equipe.fr
·6 min de lecture

Quadruple champion d'Europe de League of Legends en titre, le G2 de Rasmus « Caps » Winther compte poursuivre son hégémonie continentale en 2021, après un mercato ambitieux. Ses changements de coéquipiers, sa méthode de travail, son avis sur la concurrence : le prodige danois revient sur ce début de saison.

« Vous avez pris votre revanche contre votre rival, Fnatic, la semaine dernière, après un match aller mouvementé. Soulagé ?
Rasmus « Caps » Winther (midlaner danois de G2) : Ça fait du bien. Surtout pour Martin « Rekkles » Larsson, il jouait encore chez Fnatic l'an passé, dont c'était vraiment spécial pour lui. En général, il y a un petit truc en plus contre Fnatic parce que c'est notre adversaire principal en Europe. Cette année, avec plusieurs nouveaux joueurs, c'est dur d'estimer leur niveau. Mais par le passé, ils ont toujours eu ce petit truc en plus en play-offs...

Qu'est-ce que vous pensez du niveau global du LEC actuellement, avec la montée en puissance de Rogue (l'équipe du Français Steven « Hans Sama » Liv, qui partage actuellement la tête du segment de printemps avec G2) ?
En 2018, l'Europe a brillé aux Mondiaux, alors que j'avais l'impression que nous n'étions pas flamboyants et l'an passé c'était l'inverse, donc bon... Cela dit, je pense que l'Europe est forte. Fnatic est légèrement plus faible qu'en 2020, mais Rogue a fière allure et ils pourraient être l'équipe qui va nous pousser vers de nouveaux sommets. J'apprends beaucoup en les regardant jouer, je suis vraiment heureux qu'ils soient en LEC. Ça nous rend encore plus forts : il nous faut de l'adversité, sinon nous ne ferons rien à l'international.

lire aussi
Esport - League of Legends - Hans sama : « On peut peut-être briser l'ère de domination de G2 et Fnatic »

Revenons sur votre intersaison. Luka « Perkz » Perkovic, votre capitaine, a quitté G2 et a été remplacé par Rekkles, à la surprise générale. Est-ce que ça a modifié votre rôle au sein de l'équipe ?
Je ne pense pas, pas vraiment. Pour l'équipe, par contre... Rekkles et Perkz sont deux personnes différentes, qui ont leurs forces et leurs défauts.

De l'extérieur, Perkz apparaissait comme le leader de l'équipe. Est-ce que quelqu'un a repris ce rôle ?
Perkz a sa manière de faire les choses, avec une voix très forte, ce qui est positif pour une équipe. Rekkles, pas vraiment. Au niveau du collectif, ça se ressent : nous avons moins d'opinions marquées et le travail pour trouver quoi jouer est plus collectif. Je ne crois pas que quelqu'un en particulier dirige ces discussions, on essaie juste d'impliquer tout le monde et d'en retirer le meilleur.

lire aussi
Esport - League of Legends : Perkz, le départ d'un roi

En parlant d'incorporer tout le monde... On a beaucoup vu Rekkles, une personnalité qu'on connaissait jusqu'alors assez froide, beaucoup plus souriant ces dernières semaines, taquinant ses adversaires en jeu. Est-ce qu'on peut dire qu'il a adopté l'esprit G2 ?
Il s'intègre bien à l'équipe. Évidemment, je connaissais déjà Rekkles (les deux joueurs ont déjà évolué ensemble chez Fnatic en 2018), donc c'était assez naturel pour moi de l'avoir à mes côtés, je savais comment il jouait. En jeu, on voit déjà que ça matche bien. En dehors également. Nous avons rencontré des difficultés très tôt dans la saison, mais parfois il faut des difficultés pour rebondir. Ça nous a rassemblés et c'est ce qui va nous rendre fort si nous allons au Mid-Season Invitational (la compétition internationale de mi-saison, rassemblant les champions de printemps de chaque région).

Le but de l'équipe est évidemment de gagner les Worlds. Est-ce que vous pensez avoir plus de chances d'y parvenir avec ce cinq titulaire qu'avec le précédent ?
Chaque année, j'ai été très confiant en mes capacités à devenir champion du monde et ce n'est toujours pas arrivé... C'est dur de dire si nous serons plus forts, parce que chaque Worlds est différent : le style de jeu du moment est hyper important, le niveau des adversaires aussi. Mais je pense que nous serons a minima meilleurs que l'année précédente, parce que nous progressons collectivement chaque année. Et avec un peu de chance, ce sera assez pour être sacré.

Cela fait quatre années que vous êtes parmi les meilleurs midlaners au monde. Comment faites-vous pour continuer à progresser au quotidien ?
Je joue juste énormément. League of Legends est vraiment étrange comparé à d'autres esports, parce que le jeu change tous les deux jours (l'éditeur, Riot Games, publie régulièrement des patch notes, modifiant légèrement la puissance de certains personnages ou objets), donc c'est dur d'être le meilleur tout le temps. C'est pour ça que j'essaie de prioriser les patch notes des Worlds, du MSI et des play-offs et d'être les meilleurs sur ceux-là. Le reste de l'année, je veux juste être assez bon pour aller aux play-offs, mais je peux n'être que le cinquième meilleur midlaner et ça m'ira très bien. Je ne vais pas forcément jouer ce qui est le meilleur là, tout de suite, mais ce sur quoi j'ai encore une marge de progrès ou ce qui va être le plus fort dans les moments cruciaux de la saison selon moi.

C'est un nouvel état d'esprit ou quelque chose que vous faisiez déjà avant ?
Un peu des deux. Pouvoir jouer pour progresser comme ça toute la saison, c'est un luxe. L'an passé, quand Rekkles était encore chez Fnatic, je devais me donner beaucoup plus à fond, parce qu'il y avait un vrai risque qu'on n'atteigne même pas les play-offs si je ne performais pas. Donc je jouais ce qui était le plus fort, même si ça ne nous aidait pas forcément pour les échéances à venir. Cette année, je peux me permettre d'essayer autre chose. C'est un équilibre un peu étrange, il faut parvenir à jauger.

Cela explique en tout cas pourquoi on vous a vu essayer des champions un peu originaux en jeu, ces dernières semaines. Comment G2 arrive à dégager ses nouvelles stratégies ?
Il y a un raisonnement différent à chaque fois, mais la plupart du temps, c'est une histoire de mémoire, plus qu'une vraie volonté d'innover. Par exemple, Blitzcrank ou Ekko (des personnages sur lesquels G2 s'est essayé récemment), c'est des choses que nous avions déjà jouées les années précédentes, même si on ne les avait pas sortis cette année. Nous sommes tous des vétérans et nous sommes très forts pour identifier des situations auxquelles nous avons déjà été confrontés par le passé. Nous essayons juste de nous souvenir de comment on répondait à l'époque et on a la liberté d'expérimenter.

Avoir une telle liberté de choix, ça doit aider à garder le moral, notamment pour tenir toute la saison...
Je pense aussi. Je crois que la flexibilité dans les drafts, c'est quelque chose que G2 a toujours eu depuis le début. Nous sommes tous très créatifs, parfois même un peu trop. C'est cool d'avoir cette liberté de jouer ce qu'on veut, de choisir des champions qui ne sont peut-être pas les plus forts sur le papier mais qui vont surprendre nos adversaires. »