Esport - LoL - Esport - League of Legends : en LEC, les débuts prometteurs des rookies français

L'Equipe.fr
·5 min de lecture

Sur les quatre joueurs français qui évoluent cette année au sein du Championnat d'Europe de League of Legends, deux y effectuaient leurs premiers pas le week-end dernier : Vincent « Vetheo » Berrié (Misfits) et Jean « Jezu » Massol (SK Gaming). Des débuts pleins de promesses.

La rentrée s'est bien déroulée pour les petits nouveaux français du Championnat d'Europe de League of Legends (le LEC). Anciens pensionnaires de la ligue tricolore (la LFL), Vincent « Vetheo » Berrié (aujourd'hui midlaner chez Misfits) et Jean « Jezu » Massol (adc chez SK Gaming) ont fait leurs premiers pas dans l'élite continentale le week-end passé. Des débuts encourageants, prometteurs même : il n'a fallu qu'une vingtaine de minutes à Vetheo pour attirer les regards grâce à une action individuelle dingue contre Fnatic, l'un des favoris de la compétition, et Jezu n'a pas démérité face aux deux meilleurs joueurs du championnat à son poste.

lire aussi
Esport - League of Legends - Vetheo : « Je n'ai peur de personne »

Vetheo a bossé
Impressionnant chez LDLC OL en 2020, Vetheo (18 ans) avait éclaboussé la ligue française et les European Masters de son talent dès sa première année chez les professionnels. Le garçon saute les étapes et son arrivée chez Misfits lors du dernier mercato a été vécue comme un nouveau pas de géant. Mais, aussi, une petite surprise : extrêmement doué, il paraissait en revanche encore un peu tendre mentalement et on l'imaginait bien rester une année de plus au niveau national. « Je suis bien moins stressé que lorsque j'ai commencé en LFL, confiait-il vendredi dernier après sa victoire inaugurale. Je ne pouvais pas manger avant les matches, ça m'arrivait de ne pas être bien. Là, c'était différent : il y avait de l'appréhension, mais j'ai surtout senti une montée d'adrénaline. »

Très bon contre Fnatic vendredi puis MAD Lions dimanche, plus effacé face à Vitality samedi, Vetheo a déjà balayé les doutes et montré qu'il avait sa place en LEC. Pourtant, les débuts au sein de son nouveau club n'ont pas été aussi limpides : « Je n'étais pas au niveau quand j'ai rejoint Misfits, je m'en suis rendu compte rapidement, explique-t-il. Il y avait trop de choses que je ne connaissais pas, je me faisais éliminer sans raison apparente. Les gens ne se rendent pas compte à quel point tout va tellement vite, tout est calculé. »

Alors l'ancien pensionnaire de la Solary Academy a bossé. Dur. En faisant appel, notamment, à Thomas « Zaboutine » Si-Hassen (ex-coach français d'Immortals, en Amérique du Nord) pour mieux comprendre ce qu'il se passait autour de lui sur la carte et comment l'exploiter. Un choix payant. « Vetheo, est quelqu'un qui a la hargne, beaucoup d'énergie, mais il ne sait pas toujours comment l'utiliser, assure Jean « TraYtoN » Medzadourian, ex-joueur professionnel, toujours dans les hautes sphères du classement en ligne et aujourd'hui commentateur sur OTP. Là, il est bien encadré, il sait où il va et il avance très vite. Je l'ai vu en solo q (les parties classées online) : entre novembre et aujourd'hui, c'est fou à quel point il a progressé ».

Jezu face à son modèle
Du côté de Jean « Jezu » Massol (20 ans), « il y a eu du bon et du moins bon », selon ses propres mots. Vainqueur face à Astralis vendredi, SK Gaming s'est ensuite incliné contre les quadruples champions d'Europe G2 Esports samedi puis face à une impressionnante équipe de Rogue (les deux équipes sont les seules à avoir gagné leurs trois matches), le lendemain. Les formations de Martin « Rekkles » Larsson et d'un Français plus expérimenté, Steven « Hans sama » Liv, deux des meilleurs adc au monde. « J'ai été dominé mais je suis quand même content de moi. Je ne pensais pas tenir aussi bien. J'ai entrevu la possibilité d'être au niveau », soufflait Jezu lundi à tête reposée, lui qui considère Hans sama comme un modèle.

lire aussi
Esport - League of Legends : G2 et Rogue au sommet, des regrets pour Vitality, les résultats de la semaine de LEC

S'il sort d'une bonne saison avec Misfits Premier, champion de France en 2020, le voir à ce niveau est également une surprise après une seule année passée en ligue nationale. Pour lui aussi, même si SK a décidé très tôt de miser sur cette tête bien faite au parcours fulgurant. « C'est un peu surréaliste parce que je ne m'attendais pas à être là et j'ai encore du mal à me dire que j'y suis. Ça fait quand même quelque chose de se retrouver dans le même lobby d'avant-match que Caps, Rekkles ou Jankos et réaliser qu'on va jouer contre eux. Mais c'est bien, ça me pousse à mieux jouer », confirme celui qui a la particularité de ne visionner que très peu de matches pros, préférant se concentrer sur lui-même. « Pour moi il gagnerait à en regarder plus afin de mieux appréhender ce qu'il se passe sur la carte, mais lui aussi progresse vite. Je suis content de ses débuts, il a joué à son niveau. Il y a une place à se faire à son poste en LEC », glisse TraYtoN.

Un premier duel ce week-end
Pas impressionnés lors de leurs débuts - sans doute un peu aidés par le fait de démarrer en ligne et non sur scène en ces temps de pandémie -, performants, Vetheo et Jezu vont désormais s'atteler à continuer de grandir. Et ces petits bleus partagent la même ambition cette saison : surprendre. « Il y a du travail, mais je pense qu'on peut finir à une très bonne place. On a une équipe jeune, on ne nous attend pas, pourtant on a un vrai potentiel et des grosses individualités. Je suis optimiste », affirme le second, qui a pour coéquipiers deux autres rookies connus du public français : Ersin « Blue » Gören, belge francophone au talent fou - « un vrai appui, surtout quand tu parles tout le temps en anglais » - et Kristian « TynX » Ostergaard Hansen, ancien de la LFL lui aussi.

« Ça fait quand même bizarre de les voir en LEC », conclut un TraYtoN « heureux et fier, quelque part, de pouvoir mettre en lumière leur talent ». Samedi (19h) il commentera peut-être leur premier affrontement dans l'élite. Un duel qui en appelle probablement déjà beaucoup d'autres.