Esport - LoL - Esport - League of Legends : EDG bat DAMWON en finale des Worlds et replace la Chine au sommet

·4 min de lecture

Au terme d'un match extraordinaire, les Chinois d'EDG ont battu les tenants du titre sud-coréens de DAMWON en finale des Mondiaux de League of Legends (3-2), ce samedi après-midi. Une immense surprise. On les pensait intouchables. Finalement, DAMWON a chuté. Tenants du titre, favoris, meilleure équipe du tournoi, les Sud-Coréens se sont inclinés en finale des Mondiaux de League of Legends ce samedi soir, en Islande, face aux Chinois d'EDG (3-2). Ceux-ci ont définitivement balayé la malédiction qui entourait leur équipe aux Worlds. Une surprise, une claque pour DAMWON, subie au terme d'un match au niveau très élevé et une cinquième manche invraisemblable. lire aussi Esport - League of Legends - ShowMaker : « La seule équipe qui pourrait nous inquiéter, c'est EDG »

Beaucoup s'attendaient en effet à une rencontre à sens unique tant DAMWON avait impressionné au fil de la compétition. La demi-finale accrochée face à T1, déjà extraordinaire, avait également donné le sentiment d'une finale avant l'heure. Surtout quand, de l'autre côté du tableau, EDG n'était pas franchement convaincant. Pourtant les Chinois ont été meilleurs ce samedi soir. Plus disciplinés que prévu, ils instillaient rapidement le doute chez les nombreux spectateurs - pic d'audience proche des 200 000 chez OTP, la chaîne Twitch qui diffusait l'événement en français, malgré un engouement limité à l'idée d'observer un duel asiatique - comme chez leurs adversaires, en prenant la première manche puis en bousculant DAMWON dans les deux suivantes. lire aussi Esport - League of Legends : les clés de la finale des Worlds Les Sud-Coréens prenaient tout de même l'avantage grâce à leurs individualités sur la partie haute de la carte - Khan, Canyon et ShowMaker -, et leur capacité à très bien teamfight. Mais le trio s'effondrait dans la quatrième partie, aussi du fait de la performance XXL de Zhao « Jiejie » Li-Jie dans la jungle chinoise. Une cinquième manche de folie Pour la première fois depuis 2016, la finale des Worlds s'achevait donc par une cinquième manche décisive. Celle-ci restera un moment dans la mémoire collective des fans de League of Legends. Indécise jusqu'au bout, elle voyait EDG prendre au fil des minutes un léger avantage face à un DAMWON qui s'immisçait dans la moindre ouverture pour tenter de renverser la tendance. Le baron Nashor réalisé dans la plus grande discrétion malgré la pression imposée par les Chinois sur la midlane restera comme un grand moment de la finale. Malgré cela, EDG dominait les teamfights et parvenait finalement à s'imposer. Deux ans après FPX et d'une façon assez comparable (un niveau de jeu beaucoup plus propre que prévu en finale), la Chine récupère donc le trophée des Worlds dans les mains de ceux qui s'en étaient emparés.

Khan s'en va sur une défaite C'est une belle revanche pour EDG, considéré comme une équipe maudite depuis des années (quatre fois quart de finaliste des Mondiaux, son meilleur résultat, avant cette édition) et son support Tian « Meiko » Ye notamment, présent dans l'effectif depuis fin 2014. Une formation sans doute sous-estimée par son adversaire et les observateurs, qui s'est montrée très solide ce samedi dans tous les compartiments du jeu. Il faut jouer à la perfection pour s'imposer face à DAMWON, les derniers vainqueurs de la LPL (le championnat chinois) l'ont fait.

Comme lors du MSI au printemps, les Sud-Coréens butent donc sur la dernière marche d'un rendez-vous international cette année. Une déception après un tel parcours, mais DAMWON a tout de même montré quelques faiblesses en drafts ou des défaillances individuelles surprenantes en finale. Le coach Jeong-gyun « kkOma » Kim devra patienter avant de remporter sa quatrième couronne mondiale, le toplaner Dong-ha « Khan » Kim partira effectuer son service militaire sans sacre. Un crève-coeur. Cette finale des Mondiaux de League of Legends a enfin été un très grand moment de divertissement et de sport. Le niveau proposé par les joueurs capables de réaliser des choses à peine imaginables, le suspense au fil de la rencontre et la cinquième manche en particulier, la tension, les émotions véhiculées... C'était une mauvaise journée pour détester ou mépriser l'esport. Son futur est brillant, son nom est adapté. N'en déplaise à certains.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles