Esport - LoL - League of Legends - Mac : « Il y a beaucoup de choses que nous faisons très bien »

·7 min de lecture

Au lendemain du titre continental de MAD Lions, vainqueur (3-1) de Fnatic en finale du LEC, James « Mac » MacCormack, le coach des champions d'Europe de League of Legends, revient sur les clés du succès de son équipe, le travail effectué auprès des joueurs et évoque les Mondiaux à venir. « Vous avez remporté votre deuxième titre européen consécutif après le segment de printemps du LEC un peu plus tôt cette année : le sentiment est-il différent ?
La sensation était incroyable, très spéciale la première fois. C'était différent. La manière avec laquelle nous l'avons emporté change les choses (au printemps, MAD Lions avait renversé Rogue après avoir été mené 2-0). Contre Fnatic, après 15 minutes dans la quatrième manche nous savions que la victoire était pour nous, sous réserve de ne pas commettre de grosse erreur. Et nous avons confiance en nos capacités à ce sujet. Ce segment d'été a surtout été un gros challenge sur le plan personnel : nous avons dû gérer le stress, des burn-outs... Je pense que la chose la plus importante à retenir a été la manière avec laquelle nous avons surpassé ces épreuves. lire aussi Esport - League of Legends : MAD Lions bat Fnatic et conserve son titre européen Qu'est-ce qui vous a permis de l'emporter contre Fnatic ? Il y a quelques jours, Armut (Irfan Berk Tükek, le toplaner) nous expliquait qu'il voyait encore quelques défauts chez MAD Lions dans la gestion de l'early-game, une force de votre adversaire. Pourtant vous avez très bien manoeuvré en finale.
Nos phases d'early game à l'entraînement sont beaucoup plus compliquées que celles de nos matches officiels et nous y avons connu des débuts de parties difficiles contre Fnatic. Mais aujourd'hui... Je pense que nos drafts ont été bonnes. Nous avons pu mettre la main sur beaucoup de champions que nous voulions jouer. Ils se sont également retrouvés à cours d'options face à Armut, il a été un gros souci pour eux en phases de draft. Son Gangplank a été incroyable, son Renekton aussi. Il a vraiment dominé son sujet. Son impact sur le match a été très important puisque Fnatic s'est retrouvé bloqué, avec des choix de bans difficiles à faire qui nous ont profité. Après la deuxième manche, perdue par votre équipe, vous êtes apparu très calme, sûr de vous. Avez-vous douté un moment que le titre puisse vous échapper ?
Non. Même pendant la deuxième manche, que l'on perd essentiellement du fait de cet affrontement dès le niveau un. Après deux minutes, la partie était déjà terminée. Malgré cela, nous sommes passés tout près de l'emporter. Ça s'est joué à une petite erreur lors du dernier teamfight. Ce scénario nous a apporté énormément de confiance pour la suite.

James « Mac » MacCormack «Souvent, vous vous retrouvez dans des situations où vous vous sentez étouffés, vous manquez d'options, la partie se referme sur vous. Rire, sourire, vous permet de relâcher beaucoup de pression qui peut découler de cette situation. » Pendant cette deuxième manche, même avec énormément de retard vos joueurs riaient, souriaient. C'est aussi une preuve de calme, une force ?
Bien sûr. S'amuser, rire alors que nous sommes dominés, je pense que c'est le symbole d'un vrai ascendant mental sur beaucoup de nos adversaires. C'est aussi une preuve que nous analysons clairement les choses. Souvent, vous vous retrouvez dans des situations où vous vous sentez étouffés, vous manquez d'options, la partie se referme sur vous. Rire, sourire, vous permet de relâcher beaucoup de pression qui peut découler de cette situation. C'est un vrai facteur psychologique important parce que quand nous jouons de derrière, nous arrivons à pousser l'adversaire à commettre des erreurs jusqu'à les faire douter. On a souvent décrit G2 comme une équipe qui puisait une partie de sa force de son état d'esprit très joyeux. C'est la même chose chez vous ?
Tout le monde dans l'équipe sait que nous donnons le meilleur de nous-mêmes quand nous nous amusons. Ce n'est pas vraiment surprenant sachant que nous investissons beaucoup de temps dans League of Legends, de manière professionnelle. Sans prendre de plaisir là-dedans, difficile d'avoir un sentiment d'accomplissement. C'est notre vie sept jours par semaine sur une grande partie de l'année... Il est essentiel de s'amuser. Je pense être moi-même quelqu'un de joyeux et d'optimiste de manière générale, j'aime à penser que je transmets ça à mes joueurs. Mais ce sont aussi, très simplement, des garçons adorables. Vous avez le sentiment d'être une bonne équipe aujourd'hui, après ce titre, mais aussi à un mois des Mondiaux et de nouvelles confrontations face aux meilleures formations asiatiques ?
Oui, je le pense. Il y a beaucoup de choses que nous faisons très bien : notre transition mid-late game, notre macro, me semblent supérieures à ce qu'on peut voir ailleurs en Europe par exemple. Tout cela va être challengé aux Worlds bien entendu. Mais si vous regardez les meilleures équipes chinoises ou celle de DAMWON (Corée du Sud, championne du monde en titre), elles font des choses que nous sommes les seuls à produire en Europe. Nous avons beaucoup appris des formations de LPL (le Championnat de Chine). Je pense que nous pouvons dire que nous sommes une bonne équipe, même selon leurs standards. Vous êtes impatients à l'idée d'affronter les meilleures équipes asiatiques ?
J'ai très envie de me confronter à FPX (Chine, champion du monde 2019) ou DAMWON. Je veux voir si nos joueurs sont capables d'obtenir leur revanche contre ces derniers (après une défaite en demi-finales du MSI, en mai). Nous avions eu des regrets après cette rencontre et le sentiment, tous, que nous pouvions mieux faire. Aujourd'hui, avec plus d'expérience, nous sommes naturellement plus confiants. Nous pouvons encore faire mieux contre eux. FPX, je veux juste voir le feu d'artifice que serait notre affrontement (rire). J'espère que nous les croiserons. James « Mac » MacCormack « C'est notre vie sept jours par semaine sur une grande partie de l'année... C'est essentiel de s'amuser. Je pense être moi-même quelqu'un de joyeux et d'optimiste de manière générale, j'aime à penser que je transmets ça à mes joueurs. Mais ce sont aussi, très simplement, des garçons adorables. » Les Mondiaux ont été déplacés de Chine en Europe, vous voyez ça comme un avantage ?
Oui et non. Nous sommes tous très déçus de ne pas pouvoir aller en Chine parce que nous avons apprécié notre passage là-bas l'an dernier. Même après une élimination précoce (au play-in, le tour préliminaire des Mondiaux). Nous voulions tous y retourner quitte à repasser par la case quarantaine. Maintenant, il y a des avantages évidents à rester en Europe. Tout est beaucoup plus simple pour nous et c'est très important. Nous allons pouvoir prendre un break plus long, rentrer voir nos familles. Cela va nous permettre de nous ressourcer avant de repartir complètement reposés. C'est un gros avantage. Vous évoquiez les burn-outs, la fatigue : vous avez le sentiment que grâce au fait de ne pas avoir trop tiré sur la corde au début de ce segment d'été, vos joueurs sont arrivés en pleine forme en play-offs et ont encore de la réserve aujourd'hui ?
Oui, totalement. Je ne prétends pas être un génie à League of Legends, je n'ai pas le même oeil que mes adjoints ou mes joueurs à ce sujet. Mais je pense savoir comment mettre mes joueurs dans les meilleures dispositions possible pour qu'ils offrent le maximum de ce qu'ils ont à offrir et je sais prendre soin d'eux. Je pense que cela a une certaine valeur dans une équipe. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles