Esport - Teamfight Tactics : quatre Français à la conquête du titre mondial

Éric « Voltariux » Gadchaux, Emre « Double61 » Demirtas, Grégoire « Un33d » Bodin et Mathieu « Les Collègues » Nencioni (Riot Games)

Jamais la France n'avait été autant représentée aux Mondiaux de Teamfight Tactics, qui se tiendront en ligne de vendredi à dimanche. Présentation des quatre tricolores aspirant au titre suprême.

Pour la quatrième édition des Championnats du monde de Teamfight Tactics, Riot Games a vu plus grand. Après une phase de qualification étalée sur plusieurs mois, ils seront 32 joueurs, venus du monde entier, à se partager un cashprize de 300 000$ (soit 270 000€) au cours d'une phase finale en ligne, ce week-end. Plus que jamais, la scène hexagonale impressionne par sa densité, puisqu'ils seront quatre de ses représentants à prétendre au titre, de vendredi à dimanche. Présentation des chances françaises.

Emre « Double61 » Demirtas (Karmine Corp), en quête du doublé
Vainqueur des tous premiers Mondiaux de TFT, récent champion d'Europe le mois dernier, Emre « Double61 » Demirtas sait qu'il est l'un des épouvantails du tournoi. « Revenir trois saisons après et les regagner, l'histoire serait belle », confie le protégé de la Karmine Corp, qui n'esquive pas la pancarte de favori. Encore lycéen, à 18 ans seulement, il impressionne par sa rapidité d'exécution, qu'il tient de son passé compétitif sur d'autres jeux, dont Fortnite et Clash Royale.

Même s'il doit encore conjuguer avec ses heures de cours, ce qui l'empêche de s'entraîner à plein temps, son aura lui vaut d'être très redouté par tous. « C'est celui que je crains le plus... parce que c'est Double, explique son compatriote Mathieu « Les Collègues » Nencioni. Il joue peu, ce qui fait qu'on peut difficilement analyser ses parties, mais il a un talent qui lui permet toujours d'être au top. » Bénéficiant de la plus grande fanbase des participants, il sait aussi qu'il pourra compter sur son soutien sans failles tout au long du week-end.

Éric « Voltariux » Gadchaux (Solary), objectif Monde
Parmi les meilleurs au monde sur World of Warcraft, Éric « Voltariux » Gadchaux s'est jeté sur TFT dès sa sortie et y joue aussi les premiers rôles, comme en témoigne sa récente seconde place au championnat d'Europe. Réputé pour sa régularité, le « Sanglier » veut enfin convertir l'essai au niveau intercontinental : en 2020, au moment du premier titre de « Double61 », il avait déjà pris part à la finale mondiale, terminant à la quatrième place.

Depuis, une saine rivalité s'est installée entre les deux Français, représentants de Solary et de la Karmine Corp, structures antagonistes. « C'est un joueur qui fait vraiment peur, analyse Double61. Même s'il n'a pas une vitesse d'exécution folle, il a une vision de jeu excellente. Il sait revenir de situations compliquées et s'il a des circonstances favorables, il les convertit en top 1. Il sera forcément au rendez-vous. »

Mathieu « Les Collègues » Nencioni, le nouveau venu
Moins connu que les autres joueurs français, Mathieu « Les Collègues » Nencioni est pourtant sur une pente ascendante. La semaine passée, le Lyonnais a remporté la Gamers Assembly, une LAN réunissant plusieurs des meilleurs joueurs français, quelques jours après son podium aux championnats d'Europe. De bon augure avant ses premiers Mondiaux, qui viennent récompenser sa première année « à temps plein » sur TFT.

« C'est la première saison à laquelle j'ai pu me consacrer à 100 %, alors qu'avant j'étais étudiant ou je travaillais, raconte « Les Collègues », 23 ans, qui devrait reprendre son cursus de médecine à la rentrée, après avoir hésité sur son orientation ces derniers mois. C'est clairement le travail qui fait que j'en suis arrivé là, ainsi que le soutien des autres joueurs. » Se qualifiant comme un joueur « flexible », il vise la finale, un objectif « tout à fait réalisable » et prépare pour l'occasion « quelques stratégies cachées » avec d'autres top joueurs français.

Grégoire « Un33d » Bodin (Aegis), face à lui-même
Des larmes ont coulé sur le visage de Grégoire « Un33d » Bodin, le 27 mars dernier, lorsqu'il a enfin validé son billet pour les Mondiaux. « J'essaie de me qualifier aux Worlds depuis la première édition, raconte-t-il, les yeux désormais bien secs. C'est une très grande fierté, l'aboutissement de quatre mois de travail acharné vraiment intense et c'est très émouvant. » Ancien professionnel sur Hearthstone, compétiteur depuis la sortie du jeu, le Grenoblois avait jusqu'alors souvent été victime de son propre stress.

lire aussi
Esport - Aegis : « Lancer une équipe, on y pensait »

« J'ai toujours ressenti beaucoup de pression lors des compétitions. J'avais du stress, une crispation de tous les muscles, dont je n'arrivais pas à me séparer. Mais ces derniers temps ça va beaucoup mieux, parce que ma nouvelle équipe, Aegis, a mis à ma disposition un coach psychologique », éclaire-t-il. Au sein de la populaire structure fondée par des influenceurs, Un33d a également à sa disposition un coach stratégique, une première pour un joueur TFT. Une aide bienvenue pour un joueur reconnu par tous pour sa rigueur de travail.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles