Esport - Trackmania - Esport - Trackmania - CarlJr : « Notre ZRT Cup est déjà gagnée »

·12 min de lecture

Sacré pour la quatrième fois champion du monde de Trackmania début juillet, Carl-Antoni « CarlJr. » Cloutier s'est qualifié ce week-end pour les demi-finales de la ZRT Cup. Le Canadien revient sur sa saison, ses objectifs et sur sa relation avec Bren. Trackmania est un jeu de course où, à la fin, c'est « CarlJr. » qui gagne. L'adage a connu ses exceptions, mais les multiples sacres de Carl-Antoni Cloutier sur la scène internationale placent le Canadien au panthéon du jeu de Nadéo, l'éditeur du jeu. Tout juste auréolé d'un quatrième titre de champion du monde en Trackmania Grand League World Cup (TMGLWC) le 4 juillet dernier, CarlJr. annonçait sa prolongation jusqu'en 2023 chez l'équipe française Solary.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Pas question pour autant de tirer immédiatement le frein à main et de finir cette saison sans honorer sa participation annuelle à l'immanquable ZRT Trackmania Cup (TM Cup), organisée depuis 2013 par le streamer français Adrien « ZeratoR » Nougaret. Quintuple lauréat de la compétition, CarlJr. a, l'an dernier, été défait par un tout jeune Gwendal "Gwen" Duparc, 15 ans, nouveau prodige en pleine ascension. Si beaucoup étaient désireux d'assister à la revanche du champion canadien, celui-ci a très vite désamorcé en annonçant qu'il jouerait cette nouvelle édition en ligne « pour le plaisir » (depuis 2016, les phases finales se déroulent d'ordinaire sur scène, avec du public). Brendan « Bren » Seve, son acolyte de la première heure et lui se sont ainsi entourés du streamer (et non-professionnel) Guillaume « Kenny » Reynaud, pour cette première édition jouée en trio. Ce week-end, l'équipe est parvenue à se qualifier pour les demi-finales de la compétition, qui se joueront le jeudi 29 juillet, remplissant leur objectif initial. CarlJr. a donc garé sa fringante voiture sur le bas-côté pour prendre le temps de répondre à nos questions. lire aussi Esport - TrackMania : CarlJr. remporte la TMGL « Vous avez déclaré après votre victoire en Trackmania Grand League World Cup (la Coupe du Monde), qu'il s'agissait de l'une des plus belles performances de votre carrière. Qu'est-ce qui a rendu ce titre si particulier ?
De 2006 à 2016, il y avait une Coupe du monde tous les ans. J'ai gagné en 2013, 2014 et 2015. Mais il n'y en a pas eu en 2017 et, en 2018, quand la compétition est revenue, c'est Martin « Kappa » Kompolc qui l'a remportée. Après, en 2019 et 2020 il n'y a rien eu non plus. Donc là, c'est le grand retour qu'on attendait. Même en ligne, le tournoi valait beaucoup parce que ça faisait longtemps qu'on n'avait pas eu une compétition aussi prestigieuse. J'ai réussi à gagner mes 6 matches de la phase de groupe assez facilement parce que j'ai trop bien joué. J'étais très fier de ma performance. Sauf que, dans mon groupe, je n'avais pas joué contre l'autre favori du tournoi, Thomas « Pac » Cole. C'était plus facile de tout gagner en évitant le meilleur (rires). J'ai maîtrisé ma demi-finale de A à Z et mon premier match contre Pac était seulement en finale. On a eu un affrontement serré jusqu'à la fin, mais j'ai réussi à gagner. C'est pour ça que pour moi, sur l'ensemble du tournoi, c'est l'une de mes meilleures performances. Parce que j'ai réussi à jouer en match officiel comme à l'entraînement et que mon niveau n'a pas baissé à cause de la pression.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Vous avez indiqué vouloir jouer cette édition de la ZRT Trackmania Cup (TM Cup) pour le plaisir. Cela a pu surprendre, compte tenu de votre position de favori. Pourriez-vous revenir sur cette décision ?
La TM Cup est une compétition énorme pour Trackmania, avec beaucoup de visibilité et de joueurs qui la prennent très au sérieux. Sauf que cette année, avec la Covid-19, elle est encore en ligne. La TM Cup, c'est plus un show qu'une compétition. Il y a peu de d'argent à gagner, mais l'important c'est vraiment de vivre le moment présent, en LAN - un évènement en physique rassemblant plusieurs équipes sur un réseau local -... Avec le format de 3v3, pour moi la victoire n'est pas aussi prestigieuse que les éditions précédentes. D'autant que la Coupe du monde et la TM Cup se sont chevauchées. Je me suis entraîné énormément pour la Coupe du monde et je suis un peu fatigué de jouer en ce moment. Avec Bren, on a vraiment joué toutes les TM Cup sérieusement. Ça voulait dire beaucoup de les gagner donc on n'en n'a pas raté une seule. Mais cette année, on s'est dit pourquoi ne pas la faire en mode fun pour une fois, avant la prochaine édition qui sera Bercy. Et donc il y a ce choix de proposer à Kenny de faire partie de votre trio...
Oui, parce qu'on s'est dit qu'on allait avoir un challenge différent. Si on avait voulu la faire sérieusement, on aurait pris un joueur comme Gwen et on aurait pu viser la victoire. Mais à la place, on s'est dit qu'on voulait essayer d'aller le plus loin dans le tournoi avec un ami qui n'est pas professionnel. Kenny, c'est le meilleur joueur des non-pros qu'on a dans notre entourage. C'était assez simple comme décision, on lui a demandé et il a accepté tout de suite. On s'est donné un nouveau challenge, avec une autre mentalité, et je trouve qu'on a bien fait.

Gwen vous a détrôné l'an passé après trois titres consécutifs, cinq au total. Comment l'avez-vous vécu, n'aviez-vous pas l'esprit revanchard ?
Absolument pas car je visais la Coupe du monde. En 2016 c'était Pac qui l'avait gagnée, en 2017 c'était Kappa. En finale, il y avait les deux, c'était sur eux que je voulais prendre ma revanche. L'an dernier, j'ai terminé deuxième de la TM Cup et je pense que je méritais d'être deuxième. Je n'ai rien à regretter. J'étais content puisque, pour moi, Gwen était meilleur dans cette compétition. lire aussi Esport : Gwen remporte la ZeratoR Trackmania CupVous avez répété que l'objectif d'atteindre les demi-finales cette année n'était « pas réaliste ». Vous y voilà, sans réellement trembler. Comment s'est passé votre quart de finale ?
Il y avait neuf équipes par serveur pour les quarts de finale et il fallait faire top 3 pour passer. On s'en fout de la première place, on s'en fout de la deuxième place, tout ce qu'on veut c'est la troisième place. Sur le premier circuit, ça se passe plutôt bien puis sur le deuxième et le troisième, on prend de l'avance*, parce qu'on joue tous les trois super bien. Dans notre tête, on savait qu'on était qualifiés mais on voulait rester concentrés. Comme on avait beaucoup de marge, on était très relax à la fin du match et on était cotent.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Y avait-il tout de même une forme de pression durant le week-end ?
On avait tous une pression individuelle de vouloir performer pour pousser l'équipe vers le haut. Mais l'ambiance était tellement bien dans l'équipe que je ne l'ai pas ressentie du tout. Avec Bren, on est les deux joueurs qui ont individuellement fait le plus de points dans tout le tournoi. On est très fiers de ça. Peu importe ce qui arrive, dans notre tête, notre TM Cup est déjà gagnée.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Il y a quand même un esprit de compétiteur qui réside en chacun de vous. Maintenant que vos objectifs sont atteints, comment appréhendez-vous la suite ?
Le problème c'est qu'on arrive au format final de « Cup »**, où c'est le « pire » joueur qui fait gagner l'équipe. Ça sera très dur pour Kenny parce qu'on ne joue que contre des professionnels, qui ont tous 10 000 heures de jeu de plus que lui. Je ne crois pas en nos chances, maintenant, ce n'est que du bonus. On veut continuer à prendre la compétition en mode relax mais on va quand même donner le meilleur de nous-même le jour J. Je vais faire des petites sessions d'entraînement cette semaine juste pour dire qu'on garde la forme mais on ne va pas s'améliorer. On ne veut pas avoir l'air gênant (rires). Carl-Antoni « CarlJr. » Cloutier « À Bercy l'an prochain, la ZRT Trackmania Cup sera au moins aussi prestigieuse que la Coupe du Monde » Que pensez-vous plus généralement du niveau de la compétition cette année ?
Le niveau de la finale sera vraiment élevé, mais je trouve que le niveau des quarts de finale n'était vraiment pas bon, assez moyen comparé aux autres années. Par contre, le niveau général de la TM Cup s'améliore d'année en année. Pensez-vous que la TM Cup de ZeratoR soit suffisamment importante pour que certains joueurs la placent au même niveau que la Coupe du monde ?
Oui, notamment Bren, Gwen ou Aurélien « Aurel » Bouard. Ce sont les trois exemples évidents. C'est une compétition où ils sont vraiment bons par rapport aux autres joueurs, donc ils se démarquent beaucoup plus que sur la Coupe du monde. Ce n'est pas parce qu'ils sont moins bons sur les circuits de la Coupe du monde, c'est juste qu'ils sont extrêmement bons sur ceux de la ZRT (réputés particulièrement techniques). D'autant qu'en étant francophone, la compétition de ZeratoR donne énormément de visibilité. L'an prochain, Bercy sera au moins aussi prestigieux que la Coupe du monde. Je vais mettre ces deux compétitions au même niveau.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Votre dernière victoire en TM Cup était en duo avec Bren, en 2018. Vous êtes aujourd'hui engagé dans un trio, que pensez-vous de ces compétitions en équipe ?
Je trouve ça incroyable parce que tu partages les émotions et que c'est quelque chose de différent après dix années en solo. Ma plus belle victoire en TM Cup est celle gagnée avec Bren, parce que c'était un moment qu'on pouvait partager ensemble. En trio, ça peut être aussi bien seulement s'il y a plusieurs équipes qui prennent la compétition au sérieux sur la scène professionnelle. Là, j'ai l'impression que seules deux trios ont une chance de gagner la coupe cette année. Avec plus d'équipes qui ont le potentiel de gagner la compétition, ça peut être fou. Plus généralement, comment jugez-vous l'évolution de la scène compétitive de Trackmania ?
Ça sera toujours sur une phase ascendante. Il y a plein de nouveaux joueurs qui sont motivés pour atteindre le niveau supérieur, donc ça augmente d'année en année. Ce qui est fun, c'est que depuis deux ans, il y a vraiment un circuit professionnel. Ça donne au moins une sécurité financière aux 16 joueurs qui ont la chance d'y être. Je pense que la scène pro va de mieux en mieux, il y a plus d'organisation, de sponsors, d'argent et de visibilité... D'autant que Nadeo s'y investit maintenant. C'est super pour nous. Vous avez récemment prolongé votre contrat chez Solary jusqu'en 2023, est-ce ce contrat qui vous permet de vivre de Trackmania ?
C'est vraiment des amis chez Solary. C'est une relation plus amicale que professionnelle, c'est ça que j'aime chez l'organisation. Depuis que Nadeo présente un circuit professionnel et que les équipes peuvent être rentables, Solary est capable de me donner une sécurité financière, donc je pourrais vivre de Trackmania. Il y a aussi les revenus des streams et les gains des compétitions. Mais j'ai mes études à côté et je ne pense pas que je vais faire du gaming toute ma vie.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Avez-vous été approché par d'autres écuries, peut-être plus importantes dans l'écosystème esportif ?
Oui j'ai déjà eu des contacts, j'ai eu des bonnes offres mais je suis déjà très bien chez Solary, je suis satisfait de ce qu'ils me donnent. Je suis trop content et je n'ai pas du tout envie de changer. Comment avez-vous vécu le départ de Bren - votre ancien coéquipier chez Solary - pour l'équipe rivale qu'est la KCorp l'été dernier ?
C'est une meilleure situation pour nous deux parce que, puisqu'on est seul dans notre organisation, on y a chacun plus d'imporance et on peut y avoir plus de services. Le seul problème, c'est la rivalité KCorp-Solary... disons que sur Trackmania, c'est un peu chiant parce qu'on est vraiment « bros », et que tout le monde nous compare à cause de la rivalité sur LoL (League of Legends)... C'est l'un de mes meilleurs amis même en dehors du jeu aujourd'hui et ça le sera toujours. » Le format de la compétition *Dans le mode « Round », joué jusqu'en quart de finale, les joueurs cumulent individuellement des points à chaque course (20 courses au total avec un système de points dégressif). Les points des trois joueurs sont additionnés et donnent le classement par équipe du match.
** À partir des demi-finales, la ZRT Trackmania Cup passe en mode « Cup ». Chaque joueur cumule individuellement des points de façon dégressive (10 points pour le premier, 8 pour le second...). Les joueurs arrivant à 100 points passent en statut de « finaliste ». Ils doivent alors terminer premier d'une course pour l'emporter. La première équipe avec les trois joueurs qualifiés gagne le match.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles